> Tech >

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Aux Etats-Unis, pour le moment, le gouvernement américain préfère laisser investir l'industrie du câble. Et s'il n'agit pas sur le potentiel du réseau à  haut débit, en revanche beaucoup de majors américaines s'en chargent. L'investissement initial dans ce type de réseau pourrait coûter plusieurs milliards de dollars, mais c'est une

bagatelle en comparaison de la rentabilité potentielle de ces entreprises.

Les grandes compagnies rachètent les divers prestataires de services à  haut débit
– en particulier les câblo-opérateurs – et les consolident. En tête de ces acteurs
on trouve AT&T. Son nouveau président, Michael Armstrong, comprend assurément
que si on possède les câbles, on peut posséder la programmation. C’est pourquoi
AT&T investit dans les deux aspects de cette activité.

A la mi-mai, AT&T Broadband & Internet Services (BIS) a remporté une guerre d’enchères
contre Time Warner, American Online (AOL) et Comcast pour acheter MediaOne Group
pour 54 milliards de dollars. Ce marché donne à  AT&T l’accès par câble à  25 millions
de foyers américains et l’accès téléphonique à  56 millions de foyers, monte les
services à  haut débit à  10 % du CA d’AT&T et fait de celui-ci un acteur dominant
de ce secteur en plein développement.
L’affaire donne aussi à  AT&T 25 pour cent de Time Warner Entertainment et une
participation dans le service d’accès par câble et par Internet Road Runner, une
joint venture de Time Warner et MediaOne Group.

Pour les entreprises possédant les fils qui existent dans des millions de foyers,
les possibilités vont au-delà  de l’accès à  Internet. La Convergence numérique
(Digital convergence) est l’association de l’accès aux données de l’ordinateur
avec les informations, la publicité et les divertissements que livrent les autres
médias tels que la télévision, la radio et la presse.
Les connexions à  haut débit sont les tuyaux par lesquels circulent ces signaux.
Les entreprises comme Microsoft et Sun Microsystems rivalisent pour dominer le
marché des boîtiers dédiés, qui contrôlera, selon eux, l’accès au haut débit et
fournira le mécanisme de sélection du contenu qui circule dans le système d’informations
et de divertissement que permet la convergence numérique. Les boîtiers installés
aux extrémités des réseaux à  haut débit fonctionneront au moyen de nouveaux OS
hyper légers spécialisés comme Windows CE ou Windows NT Embedded 4.0 de Microsoft,
et Jini de Sun. Mettre la main sur ce marché est l’un des projets chouchous de
Bill Gates et une priorité chez Microsoft. Le marché AT&T boostera également Windows
CE (qui ne fait pas vraiment un carton sur le marché de l’Assistant personnel).
Vous ne serez peut-être pas surpris d’apprendre que Microsoft a apporté une contribution
de 5 milliards de dollars dans l’acquisition de MediaOne Group par AT&T. Grâce
à  ce marché, l’éditeur obtient une part de 5 pour cent des installations d’OS
dans les boîtiers qui tournent sur le monopole grandissant d’AT&T sur le câble.
AT&T et Microsoft considèrent ces boîtiers comme un portier pour les informations
numériques qui vont entrer et sortir des foyers.
Dans des villes pilotes aux USA, AT&T utilisera Windows CE sur les premiers boîtiers
à  haut débit dont il prévoit de faire une distribution générale. AT&T peut utiliser
des OS d’autres éditeurs, mais lorsque Microsoft aura ses 5 premiers millions
de clients Windows CE, les éditeurs comme Sun ne voudront peut-être pas tenter
leur coup. AT&T teste le boîtier de General Instrument, le DTC-5000, qui contient
des connexions pour le câble, Ethernet et FireWire, USB, la téléphonie, un routeur
interne, le son, la vidéo, une carte PC, un moniteur d’ordinateur et le cordon
d’alimentation nécessaire. Mais ce boîtier externe a encore besoin d’un OS, qui
sera probablement Windows CE.

Ce marché conclu est la partie consommateur du potentiel de services à  haut débit
que Microsoft veut traiter, mais ce n’est peut-être que la partie visible d’un
iceberg. L’accès aux réseaux à  haut débit de Microsoft constituera aussi la voie
expresse permettant au applications de circuler entre Microsoft et les entreprises
clientes.
Pour le moment, Microsoft réfléchit sérieusement à  cette possibilité, en particulier
dans le domaine de l’hébergement des applications et a un programme en cours pour
tester l’hébergement des applications BackOffice pour les VAR (distributeurs intégrant
leur logiciel au matériel d’un constructeur). Le réseau à  haut débit offre beaucoup
de possibilités difficiles à  imaginer dans le contexte de l’architecture des systèmes
d’aujourd’hui.

Avec les procès en monopole intentés contre Microsoft, on peut parier qu’AT&T
marchera sur des oeufs tant que le marché du MediaOne Group ne sera pas conclu.
La consolidation des services à  haut débit a fait l’objet récemment d’une discussion
à  la séance de la Commission Fédérale américaine des communications, à  laquelle
MCI WorldCom, AOL et d’autres ISP ont présenté leur argument pour empêcher les
cablo-opérateurs de créer des connexions à  haut débit exclusives.
Les lois américaines régulant la transmission des informations par les lignes
téléphoniques exigent le libre choix des ISP. Pourtant pour acheter des services
à  haut débit à  AT&T, il faut d’abord acheter le service à  la filiale d’AT&T, At
Home – bien que l’on puisse continuer à  utiliser son ISP et donc payer deux fois
pour l’accès.

AT&T a opposé plusieurs arguments aux ISP concernés, mais soutient principalement
que les acquisitions de cablo-opérateurs lui permettent de concurrencer plus efficacement
les sociétés locales de Bell.

Bien sur, tout ceci se passe aux Etats-Unis, mais de telles manoeuvres se produiront
partout dans le monde. Les sommes concernées sont telles, tant pour les investissements
que pour les profits que l’on peut en espérer, qu’il est probable que la bataille
sera homérique. Le rôle des pouvoirs publics dans ce domaine ? Il n’est pas évident
de faire un pronostic. Souvenons-nous seulement que les autoroutes françaises,
pourtant construites au temps reculé du tout état, devaient devenir gratuites
à  l’issue d’une période de concession. Or, les péages sont toujours en place.
Qui croire ?

Téléchargez gratuitement cette ressource

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Dans ce livre blanc, nous vous donnons les clés pour concevoir votre projet de dématérialisation RH. Vous découvrirez chacune des étapes qui vous permettront d’apporter de nouveaux services aux collaborateurs, de vous adapter aux nouvelles pratiques et de renforcer la marque employeur.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010