> Tech > 5. Une commande est une commande et rien d’autre qu’une commande

5. Une commande est une commande et rien d’autre qu’une commande

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

J'ai décrit comment utiliser des commandes spécialisées comme CMD et PARM pour créer de nouvelles commandes, et comment utiliser d'autres commandes spéciales, comme PGM, DCL et IF pour construire des programmes applicatifs CL. Intéressons-nous maintenant à  toutes les autres commandes CL.
L'un des points forts de CL est son niveau

5. Une commande est une commande et rien d’autre qu’une commande

d’intégration aux systèmes
d’exploitation et autres produits programmes.
Quelques exemples concrets
vont me permettre de démontrer
qu’il ne s’agit pas d’un simple discours
marketing. La majorité des commandes
fournies par IBM sont créées
pour servir dans des environnements
très divers :
A partir d’une ligne de commande.
Beaucoup de panneaux et de
menus des systèmes d’exploitation offrent
soit une ligne de commande en
bas de l’écran, soit une touche de fonction
chargée de faire apparaître une
ligne de commande. Les panneaux et
menus écrits par l’utilisateur peuvent
aussi se servir du système d’exploitation
pour fournir une ligne de commande
en appelant le programme
QCMD ou l’API QUSCMDLN (Display
Command Line Window) fournie par
IBM.
Comme l’une d’une chaîne de
commandes stockées dans un
membre de fichier source et exécutées
séquentiellement dans un job batch en
invoquant la commande STRDBRDR
(Start Database Reader) ou la commande
SBMDBJOB (Submit Database
Job).
Dans un programme CL compilé
ou une procédure CL ILE, qui peut
être exécuté dans un job interactif ou
batch.
Dans une procédure REXX interprétée,
que l’on peut démarrer dans
un job batch ou interactif en invoquant
la commande STRREXPRC (Start REXX
Procedure).
En passant une chaîne de commandes
CL qui indique le nom de la
commande et toutes les valeurs de paramètres
requis pour l’une des API de
système d’exploitation, comme QCMDEXC
(Execute Command) ou QCAP
CMD (Process Commands). L’API
QCAEXEC est également disponible
pour exécuter des chaînes de commandes
CL qui utilisent la syntaxe de
commande S/38 pour des noms qualifiés.
Le côté sympa est que le format de
la chaîne de commandes est essentiellement
le même, indépendamment du
mode d’exécution de la commande ; et la même vérification de syntaxe aura lieu, quels que soient le
mode et le lieu d’invocation de la commande.
Le support intégré des commandes CL va au-delà  du
système d’exploitation. Tous les compilateurs fournissent
un moyen d’exécuter une commande CL, soit en documentant
la manière d’utiliser l’une des API de commande
(comme QCAPCMD), soit en fournissant une fonction spéciale
(comme system dans C et C++). De plus, des
commandes peuvent s’exécuter au moyen du support de
commandes à  distance intégré dans la famille de produits
iSeries Access.
Si l’on exécute l’application client FTP TCP/IP iSeries, la
sous-commande SYSCMD permet bien sûr aux chaînes de
commandes CL de s’exécuter, mais elle supporte également
l’invite de commandes si un point d’interrogation précède le
nom de la commande. par exemple, syscmd ?crtpf invitera la
commande CRTPF et exécutera la chaîne de commandes résultante.
Les applications TCP/IP client FTP sur d’autres
plates-formes supportent la sous-commande RCMD, qui
peut exécuter une chaîne de commandes CL, mais vous ne
pourrez pas solliciter la commande par une invite.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010