> Tech >

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

SQL Server 2005 sera la première version dans laquelle les outils de base de données convergent avec les outils de développement de Visual Studio. Pouvez-vous nous parler du travail qu'il a fallu accomplir pour aligner ces deux versions et des avantages qui en résulteront pour les clients ?

Jusqu'à

…

présent, les bases de données et les applications constituaient deux mondes distincts, mais de plus en plus, les personnes reconnaissent les similarités entre le développement des applications et celui des bases de données. Par exemple, quelle application métier intéressante ne stocke et ne lit pas des données dans une base de données ? Avec Visual Studio 2005 (nom de code Whitbey) et SQL Server 2005, nous franchissons une nouvelle étape dans la fusion de l’expérience acquise dans le domaine du développement des applications et des bases de données. Nous avons basé BI Development Studio sur Visual Studio et toutes les fonctionnalités Visual Studio pour le développement en équipe et en entreprise, y compris le contrôle de code source et le déploiement, sont également accessibles au développeur de data warehouses et d’analyse décisionnelle. Nous avons créé un environnement unique dans lequel tout le monde peut développer l’ensemble des composants d’une application de data warehousing ou d’analyse décisionnelle, y compris la conception relationnelle, les fonctions ETL, les cubes, les rapports, le data mining, voire le code si quelqu’un en a envie. Il n’existe pas d’autre environnement professionnel complet pour l’analyse décisionnelle sur le marché.

Selon certaines affirmations, l’introduction du modèle UDM estomperait la limite entre les architectures des bases de données relationnelles et multidimensionnelles. Cette approche est nouvelle pour la plate-forme d’analyse décisionnelle de Microsoft. Quelles sont les fonctionnalités les plus intéressantes apportées par UDM ? Et, à partir de votre expérience, quelles seront celles qui, à votre avis, se révèleront être les plus précieuses pour les clients et les ISV ?

Au final, OLAP est génial car il combine la navigation et les requêtes. Les analyses croisées dynamiques (pivoting) et l’exploration des données (drill down) constituent en fait des requêtes. Mais OLAP n’a jamais été très riche en attributs. Les moteurs OLAP n’ont jamais disposé de méthodes judicieuses pour exprimer des attributs et l’ajout d’une information aussi simple qu’un numéro de téléphone à une dimension aurait entraîné des problèmes de taille et de performances dans les versions précédentes de SQL Server. Avec UDM, nous établissons une passerelle entre l’exploration hiérarchique et le reporting d’attributs afin de présenter une vue dimensionnelle des données sans perdre la richesse des attributs présents dans celles-ci. UDM permet également d’exprimer la logique métier, dans la mesure où les cellules et les membres calculés MDX sont des expressions de cette logique. UDM ajoute une intelligence temporelle, une intelligence des comptes et des indicateurs de performances clé (KPI). Vous pouvez penser que ces indicateurs sont uniquement des calculs, mais ils représentent bien plus. Un indicateur de performance clé SQL Server 2005 inclut le calcul, une expression pour l’objectif, une expression pour la tendance et un moyen de visualiser les résultats. Il s’agit d’éléments de premier plan du modèle UDM

Quels outils Microsoft va-t-il ajouter à l’IDE Visual Studio afin d’aider les développeurs à créer et gérer des utilisateurs, groupes et droits pour SQL Server (et d’autres plates-formes de base de données), en vue de mieux isoler les données privées des personnes non autorisées à y accéder ?

Les équipes de développement de Visual Studio et SQL Server travaillent ensemble sur la question de l’intégration et sur de nouvelles méthodes de gestion des données. Notre équipe fournit des composants pour Visual Studio et ils fournissent des composants pour SQL Server. Dans SQL Server 2005, nous avons ajouté des fonctions d’isolation des données (Data Insulation) au moteur SQL Server proprement dit. Il en résulte que les développeurs qui se servent de Visual Studio peuvent facilement créer les éléments de base de données nécessaires pour leurs applications. Nous prévoyons que les utilisateurs feront appel à SQL Server Management Studio pour les activités de gestion d’entreprise.

Au cours d’un discours stratégique prononcé lors d’une conférence, vous avez indiqué que Microsoft ajoute un nouvel ensemble de contrôles à Visual Studio 2005 afin de permettre le reporting sans Reporting Services. Pouvezvous nous dire en quoi consisteront ces composants, à quel moment ils feront leur apparition dans Visual nouvel ensemble de contrôles à Visual Studio 2005 afin de permettre le reporting sans Reporting Services. Pouvezvous nous dire en quoi consisteront ces composants, à quel moment ils feront leur apparition dans Visual Studio 2005 et à quel emplacement ils seront documentés ?

Les contrôles de reporting seront fournis avec Visual Studio 2005 et SQL Server 2005, et ils permettront aux développeurs d’incorporer des fonctions de reporting dans leurs applications. Nous prenons en charge les WinForms et les WebForms. Les développeurs fourniront le langage RDL (Report Definition Language) et un ensemble de données au contrôle de reporting ou pointeront vers un serveur Reporting Services existant. Nous pensons que toutes les applications, quelle que soit leur sophistication, peuvent effectuer au minimum un peu de reporting sur les données qu’elles contiennent. Ces contrôles facilitent tout simplement cette tâche.

Quel avantage le 64 bits apporte-t-il au décisionnel SQL Server et pensez-vous que cette architecture puisse réellement aider la plate-forme d’analyse décisionnelle de Microsoft à évoluer vers les niveaux actuels visés aujourd’hui par la plate-forme concurrente basée sur UNIX ?

La réponse tient en un seul mot : mémoire. L’architecture 64 bits permet aux clients de s’affranchir de la limite de 3 Go liée à la version 32 bits de SQL Server, d’où la possibilité de créer des dimensions nettement plus vastes dans OLAP. Elle permet aussi au nouveau moteur ETL dans SQL Server Integration Services de contenir plus de données et de traiter les lignes nettement plus rapidement. Enfin, nous sommes fermement persuadés qu’avec le 64 bits nous allons atteindre le haut du pavé en termes d’évolutivité.

Pouvez-vous citer quelques-uns des fournisseurs avec lesquels vous travaillez au développement de l’informatique décisionnelle 64 bits ?

L’important n’est pas de connaître les fournisseurs qui prennent en charge le 64 bits, mais de savoir que SQL Server 2005 fonctionne aussi bien en 32 bits qu’en 64 bits sur les platesformes AMD et Intel. Nos clients et partenaires peuvent démarrer en 32 bits et évoluer facilement vers le 64 bits ultérieurement ou faire passer les applications 32 bits au 64 bits de manière quasiment transparente. Cette prise en charge signifie que nos clients et partenaires n’ont pas à se préoccuper des différences car elles sont minimes et bien documentées.

Avez-vous laissé de côté des fonctionnalités d’analyse décisionnelle que vous envisagiez d’ajouter à SQL Server 2005 en raison des échéances ou pour d’autres raisons ?

Nous savons que SQL Server 2005 proposera une solution d’analyse décisionnelle complète, capable de résoudre les problèmes métier de nos clients. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos clients depuis plusieurs années afin d’identifier leurs points d’achoppement et de créer des outils d’analyse décisionnelle qui leur facilitent la tâche. Nous avons commencé à proposer ces outils avec SQL Server 7.0 et OLAP, et avons continué dans cette voie avec SQL Server 2000, DTS et Reporting Services. Grâce à SQL Server 2005, les clients disposeront de l’offre complète pour intégrer et analyser des données, et les mettre en forme dans des rapports. Malgré toutes ces réalisations, nous avons encore des millions d’idées ! Nous rêvons déjà à ce que nous allons faire après Yukon et vous pouvez parier que, juste après la sortie de SQL Server 2005, nous serons gonflés à bloc pour la prochaine étape. Il est trop tôt pour aborder des points spécifiques, mais nous allons, comme toujours, travailler avec nos clients afin de définir de nouvelles fonctionnalités et technologies.

Votre équipe consacre un sacré nombre d’heures de travail à vos côtés sur l’analyse décisionnelle SQL Server. Qu’est-ce qui vous pousse, vous et vos développeurs BI, à vous investir autant sur le plan personnel dans ce produit ?

Lorsque j’ai démarré avec l’équipe BI il y a 8 ans, nous tenions déjà les mêmes propos qu’aujourd’hui : les entreprises s’améliorent à mesure qu’augmente le nombre de leurs employés qui utilisent l’analyse décisionnelle. « L’analyse décisionnelle pour tous » est une vision très motivante. A la différence de certains de nos concurrents, notre équipe ne travaille pas pour apporter une réponse aux offres rivales. Elle travaille d’arrache pied afin d’améliorer notre produit pour qu’il apporte une réponse optimale aux besoins de nos clients. Cela peut sembler un peu vieux jeu, mais le voyage proprement dit est tout aussi important que la destination à atteindre. L’investissement personnel à tous les niveaux est impressionnant et incite à l’humilité, et je suis admiratif devant les efforts consentis chaque jour par notre équipe. J’espère que cela transparaît dans notre produit.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Avec le recours généralisé au télétravail, les entreprises ont ouvert davantage leur SI. En dépit des précautions prises, elles ont mécaniquement élargi leur surface d’exposition aux risques. Découvrez 5 axes à ne pas négliger dans ce Top 5 Sécurité du Télétravail.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010