> Cloud > À quoi sert Windows Azure ?

À quoi sert Windows Azure ?

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 27 avril 2012
email

Automobile, téléphonie ou encore audiovisuel, découvrez les différents usage de l’offre Platform-as-a-Service de Microsoft.

À quoi sert Windows Azure ?

Depuis son lancement en novembre 2010 Windows Azure a séduit plus de de 450 clients français qui développent actuellement sur la plateforme.  Et ils sont encore plus nombreux à tester l’offre grâce à l’accès gratuit proposé par Microsoft. « Un simple mail suffit pour recevoir en quelques minutes une clé d’accès à Azure et pouvoir découvrir la solution », indique Julien Lesaicherre, chef produit Windows Azure. L’utilisateur profite en effet d’une instance Azure pendant 30 jours avec une base de données SQL Azure. Les clients qui choisissent de donner leur numéro de carte bancaire bénéficieront quant à eux d’une rallonge de 60 jours gratuits supplémentaires. Si Microsoft ne communique pas sur le nombre de clients dans le monde, ce afin d’éviter une bataille de chiffres avec ses concurrents, la société indique que le nombre de 30 000 utilisateurs, annoncé lors des derniers TechDays, a été largement dépassé.

Des processeurs par milliers

Alors à quoi leur sert Windows Azure ? De grands noms sont là pour témoigner de l’intérêt de l’offre Cloud de Redmond et ce, sur tous les continents. Au Japon, Toyota s’apprête à commercialiser une gamme de véhicules d’un nouveau genre. Grâce à un accord signé il y a quelques mois, le constructeur asiatique proposera en 2012 des modèles de voitures électriques incluant des services basés sur la plateforme Azure. Données audio ou vidéo, cartes routières, emplacements des bornes de recharge seront ainsi envoyés directement au véhicule via le nuage Microsoft. « Nous allons vers une nouvelle génération de devices associés à des services. Il ne s’agit plus seulement de développer des applications mais des modèles intégrant de nouveaux objets intelligents », explique le responsable Microsoft.

De l’autre côté de l’océan Pacifique, c’est le très renommé studio américain Pixar qui tire profit de Windows Azure pour mettre à disposition son puissant outil de rendu 3D baptisé RenderMan. « Azure engendre de nouvelles opportunités business », commente Julien Lesaicherre. En effet, avec cet outil, un ordinateur simple mettrait plus de 250 ans à calculer le rendu d’un long-métrage comme Toy Story 3. Si Pixar peut se permettre d’investir massivement dans une infrastructure dédiée au rendu de ses films d’animation, les studios de taille plus réduite n’ont en général pas à leur disposition plus de 700 ou 800 processeurs pour effectuer ces calculs. En accédant à Renderman sur la plateforme Azure, ces entreprises pourront bénéficier de plusieurs milliers de machines en ne payant que pour une durée limitée la quantité de ressources informatiques nécessaires au rendu de leur projet.

Plus proche de nous, l’éditeur français Mobiles Republic utilise les différents datacenters de Microsoft dans le monde pour offrir à ses utilisateurs des flux d’actualité personnalisés via l’application mobile News Republic. Plusieurs dizaines d’instances tournent en permanence dans le cloud pour assurer le service et permettre à cette start-up de s’implanter sur les marchés étrangers. « En seulement quelques heures de travail, nous avons amené le moteur de gestion des news de Mobiles Republic dans nos centre d’Amsterdam, Dublin et aux Etats-Unis. Azure permet aux entreprises de se développer n’importe où ». Et sans surcoût puisque le choix de la localisation des données est intégré à l’offre. L’application est aujourd’hui un des plus gros succès de l’AppStore et de l’Android Market avec 300 000 nouveaux utilisateurs chaque mois dans le monde.

Déjà 600 applications sur la Marketplace

Pour Microsoft, cette diversité de clients, aussi bien en termes d’industries que de localisation, est une preuve de l’ouverture de sa plateforme. « De la voiture au smartphone tous les devices sont concernés », souligne Julien Lesaicherre. Et pour attirer les développeurs, Microsoft tente de leur simplifier la tâche le plus possible. Pour les smartphones par exemples, des Toolkits leur viennent en aide pour gagner un maximum de temps sur la conception des applications. Et ce pas seulement sur Windows Phone. Des kits iOS et Android sont également disponibles.

Des « Training Kits » sont également lancés à chaque mise à jour du SDK de Windows Azure. Ces packs contiennent toutes les informations pour tester la plateforme de manière simple avec de la documentation et de l’applicatif. Il est par exemple expliqué comment soumettre une application sur la Marketplace Windows Azure. Lancée en juillet aux États-Unis, cette place de marché recense déjà 600 applications et ne devrait pas tarder à faire son apparition en France.

Et pour finir de convaincre les entreprises à se lancer dans l’aventure, Microsoft baissera le prix de l’ « extra small instance »,  la plus petite actuellement disponible, à compter du 1er octobre. Destinée au test ou à l’hébergement de blogs, cette instance d’entrée de gamme, déjà facturée à l’origine quelques centimes d’euros par heure, verra donc son tarif diminuer de 20 %. La facturation des données entrantes vers les datacenters Windows Azure va par ailleurs disparaître pour l’ensemble des clients Azure. « Nous ajustons nos prix à mesure que nous découvrons les usages », justifie Julien Lesaicherre, qui réfute au passage toute volonté de se rapprocher de l’offre découverte gratuite EC2 d’Amazon. « Il ne s’agit tout simplement pas de la même offre puisque Amzon fait du IaaS et que Windows Azure est une offre PaaS. De plus, Microsoft bénéficie d’un ancrage local très fort. Nous sommes les seuls à avoir cette proximité avec nos clients et partenaires via des équipes sur le terrain ».

La firme de Redmond a donc bien l’intention de donner toutes les chances à sa plateforme Cloud. Des mises à jour viendront d’ailleurs enrichir le service tous les six mois afin d’affirmer toujours un peu plus Azure comme la pierre angulaire de la stratégie cloud de Microsoft.

Dossier publié dans Exchange Magazine – Septembre 2011.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Que vous souhaitiez développer ou renforcer votre approche du Cloud hybride, évaluer les meilleures options ou encore enrichir votre processus de prise de décision, découvrez dans ce Guide, 4 stratégies de Cloud hybride alignées avec vos objectifs business & technologiques.

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 27 avril 2012