> Tech > Bull mise sur ses solutions intégrées pour promouvoir DataCenter

Bull mise sur ses solutions intégrées pour promouvoir DataCenter

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

propos recueillis par René Beretz
Avec l'arrivée de Windows 2000 DataCenter, Bull renforce son partenariat avec Microsoft, engagé depuis plusieurs années. Systems Journal a demandé à  Bruno Pinna, Directeur du marketing des systèmes ouverts chez Bull, quels moyens la société allait mettre en oeuvre pour diffuser cette offre.

Bull mise sur ses solutions intégrées pour promouvoir DataCenter

René Beretz : Comment l’arrivée de DataCenter s’intègre-t-elle
dans l’offre existante des produits de Bull ?



Bruno Pinna : Bull conçoit et commercialise des serveurs de plusieurs
natures : des mainframes  » historiques  » (GCOS, DPSxx), des systèmes ouverts Unix,
en particulier les serveurs Escala sous AIX (sous licence IBM) et des plates-formes
basées sur des processeurs Intel. Commercialisées depuis 4 ans, ces dernières
proviennent d’un partenariat avec NEC entamé pour les processeurs Pentium et qui
se poursuit pour les processeurs Itanium. La technologie de ces machines a été
élaborée en commun par NEC et Intel : il s’agit de la gamme Express5800. Leur
distribution est assurée par une filiale commune à  Bull et Nec, Express Servers,
qui gère la ligne de produits et assure le support européen. Elle comprend 50
personnes en France, NEC Japon assurant le back office ingénierie. Le marché Intel
chez Bull se développe de manière significative en France, en Espagne et en Italie.



Bull fournit une panoplie complète de stations à  ses clients. Du biprocesseur
Pentium 3 à  l’octoprocesseurs Pentium 3 Xeon, les stations existent sous plusieurs
formes : en tours et de plus en plus en racks. Les serveurs fins optimisés pour
la configuration en racks sont très utilisés pour les front ends Internet. Les
racks vont jusqu’à  36U et 42U. Ce type de serveur d’entreprise a été choisi pour
supporter DataCenter : le modèle Express5800/180Rb-7 a été certifié par Microsoft.
Il est aujourd’hui livré avec un seul noeud et un disque externe EMC.



R.B. : Comment vont évoluer les serveurs sur lesquels doit fonctionner
DataCenter ?



B.P. : Le marché du Pentium est très standard : Bull a mis à 
son catalogue des machines basées sur des processeurs Pentium III cadencés à  1
GHz et Pentium III Xeon à  900 MHz. L’expérience importante de Bull dans les clustering
sous Unix se retrouve sur les serveurs Wintel. La certification DataCenter d’un
cluster de quatre noeuds est prévue pour juin 2001. Il sera constitué de quatre
octoprocesseurs mais Bull ne compte pas aller au-delà  avec les Pentium III.



En effet, l’intérêt du marché Windows se situe surtout dans l’avenir grâce à  l’arrivée
de l’Itanium dans l’entreprise : la capacité de Windows en 64 bits va permettre
des montées en charge importantes. Bull fournira très vite des clusters de 4 et
16 noeuds basés sur des serveurs Itanium dès la disponibilité commerciale du processeur.
L’offre DataCenter suivra avec la disponibilité de Whistler, successeur de Windows
2000, qui devrait intervenir en 2002. Ainsi, les très gros serveurs d’entreprise
qui fournissent plus de 100.000 transactions par minute pourront tourner sur des
architectures SMP bâties autour de serveurs Itanium avec DataCenter. Le gros de
l’investissement de Bull se fait sur Itanium : le développement de ces adaptations
a commencé. Les équipes ont accès au code source de Windows 2000 grâce à  l’accord
de support et auront accès, dans les mêmes conditions, au code de Whistler sur
Itanium.



R.B. : Comment Bull va-t-il mettre en place les services spécifiques
à  DataCenter ?



B.P. : Bull est OEM de Microsoft depuis deux ans pour Windows
: toute la chaîne de support fonctionne donc déjà . L’arrivée de DataCenter entraîne
une simple extension des contrats existants. Pour ce nouveau contexte, Bull a
décidé de jouer sur la proximité : l’originalité de l’offre consiste à  mettre
en place la première chaîne de support intégralement européenne, y compris le
back office. Le service est assuré dans les bons fuseaux horaires avec la bonne
langue sans back office au siège américain de Microsoft. En pratique, la Joint
Support Queue se fait en collaboration avec Microsoft en Europe. Basée en France,
la JSQ mobilise des équipes de Microsoft France, de Bull (Paris – Les Clayes-sous-Bois)
et d’Integris, filiale de Bull pour les services (Nantes). Au moment où les premiers
clients européens sont livrés, les équipes de support sont opérationnelles.



Bull possède une vision éprouvée du service grâce à  l’expérience acquise dans
le domaine des mainframes et d’Unix. Un centre de support à  haute disponibilité
fonctionne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 depuis plusieurs années. En particulier,
une équipe de 70 personnes se consacre aux plates-formes Unix à  Grenoble. L’installation
du centre de support DataCenter à  Nantes s’appuie sur des techniques qui ont fait
leurs preuves : le support européen de Bull reçoit 350.000 appels par an. Potentiellement
4.000 personnes sont disponibles chez Bull pour le support, de la prise d’appel
à  l’intervention sur site en passant par la qualification.



Nous avons la capacité d’offrir de façon régulière un service de proximité et
de nous adapter rapidement aux technologies nouvelles. L’offre standard Bull comprend
plusieurs niveaux de services qui se distinguent par la rapidité du temps de réponse
garanti : bronze, argent, or, platine. Les fortes exigences de l’offre DataCenter
imposent des services de niveau or et platine.



R.B. : Parallèlement à  l’offre spécifique à  DataCenter, quelle
évolution voyez-vous dans les services proposés aux clients ?



B.P. : Avec DataCenter, on assiste à  la généralisation des services
: audit préalable, assistance à  la configuration, à  la gestion des performances.
C’est une approche utilisée de façon générale dans les systèmes ouverts. En effet,
il faut sécuriser au maximum l’environnement du client et fournir une disponibilité
maximale. Pour cela, il faut anticiper avec un service pro-actif. Dans ce but,
Bull a mis en place le programme  » We-commit « . C’est une charte d’engagement
de Bull auprès de ses clients qui leur donne une garantie forte. Elle implique
des méthodes, des outils, des services qui s’appliquent dans plusieurs axes :
performance, flexibilité, disponibilité. Cet engagement peut s’étendre aux solutions
applicatives des grands éditeurs : SAP, Baan, BEA, Oracle. Cela peut se concrétiser
par une garantie chiffrée de disponibilité applicative (99,99% par exemple). L’offre
de services pour DataCenter reprendra cet aspect car DataCenter représente un
nouvel espace de déploiement des applications.



En effet, si jusqu’ici les clients préféraient Unix, DataCenter ouvre de nouvelles
portes et Bull encourage ses clients dans cette direction. Le processus de certification
de DataCenter donne des garanties de qualité sur les plates-formes installées
sur les sites. En particulier, la certification de DataCenter pour des plates-formes
spécifiques avec des périphériques bien identifiés supprime des causes d’instabilité
provenant de drivers mal maîtrisés. Les contraintes de la certification garantissent
une bonne qualité de la plate-forme : le processus de certification dure 14 jours
pendant lesquels le fonctionnement ne doit jamais s’interrompre.



R.B. : Au-delà  des aspects de qualité et de service, quels autres
problématiques Windows 2000 DataCenter cherche-t-il à  résoudre ?



B.P. : Le deuxième axe de DataCenter est la consolidation. Les
clients Bull ont vécu ce problème dans l’environnement Unix : c’est pour eux une
préoccupation majeure. Certains d’entre eux s’inquiètent de perdre la maîtrise
de leurs environnements Unix et Windows. Bull a bâti une méthodologie de la consolidation
qui comprend plusieurs étapes. Dans un premier temps, la consolidation physique
consiste à  regrouper physiquement les serveurs. En effet, la dispersion des serveurs
dans des agences constitue un réel problème d’administration et de suivi. En pratique,
on peut tous les regrouper en un point unique ou opérer un regroupement partiel.
Une consolidation logique éventuelle intervient dans un deuxième temps au niveau
des applicatifs, des middlewares, des systèmes d’exploitation. Bull a apporté
des solutions avec des serveurs Escala sous AIX, en particulier avec le serveur
EPC2450 qui peut assurer jusqu’à  220.000 transactions par minute, soit une puissance
trois fois plus importante que celle d’un serveur Wintel moyen.

De nombreux clients sont aux prises avec des environnements Windows qu’ils ont
du mal à  maîtriser. DataCenter va assurer la consolidation Wintel. Sa taille permet
une exploitation informatique solide et sécurisée. Le système répond bien aux
besoins d’une informatique au service des clients. En fonction des applications,
une solution DataCenter peut s’envisager à  partir d’un système d’informations
comportant une cinquantaine d’utilisateurs.



R.B. : Comment vont s’effectuer les livraisons et les installations
des serveurs DataCenter ?



B.P. : Bull s’est beaucoup investi dans le domaine de l’intégration.
Pour répondre à  des demandes précises, nous pouvons effectuer des intégrations
industrielles qui diffèrent des solutions standards. Pour cela, nous réalisons
une intégration physique et logique en usine : le concept de  » R@ck’ Roll  » permet
de configurer en usine une installation complète dans des racks et de la livrer
telle quelle au client sans aucun besoin d’adaptation.



Cette formule particulièrement souple permet d’intégrer en usine n’importe quel
élément de la gamme : serveurs (éventuellement clusters), stockage, onduleurs,
et d’y effectuer toutes les connexions. Cela concerne aussi bien les serveurs
à  haute disponibilité que les SAN ou que des solutions complètes intégrées. L’intégration
comprend aussi le chargement et le test des logiciels. Les gains de temps sont
spectaculaires. L’installation de clusters MSCS et de SAN avec switches Brocade
s’effectue dans les baies en usine. Au lieu de mobiliser de trois à  cinq jours
d’ingénieur sur un site pour installer un cluster MSCS, une journée à  une journée
et demie suffit pour installer chez un client une configuration testée en usine.
Inaugurée avec Windows NT et Windows 2000 Advanced Server, ce processus s’applique
maintenant à  Windows 2000 DataCenter. La formule permet aussi de configurer dynamiquement
le système en fonction des contraintes ou des besoins des clients. Des configurations
spécifiques à  des clients sont possibles : il est possible de reconstituer en
usine l’environnement du client pour effectuer toutes les mises au point et les
tests.



Par son réseau de revendeurs, Bull va aussi diffuser DataCenter de manière indirecte.
En effet, le système offre une meilleure sécurité aux intégrateurs qui maîtrisent
donc mieux les risques mais cependant au prix d’une moindre flexibilité.



R.B. : En conclusion, quels sont les points forts de DataCenter
pour Bull ?



B.P. : En résumé, la stratégie de Bull pour DataCenter repose
sur une stratégie de forte proximité avec le client, une capacité d’engagement
(We-Commit) et des solutions d’intégration industrielle. Bull comprend bien les
contraintes d’architecture et de fiabilité de ses clients qui vont de grosses
PME avec quelques centaines de personnes à  des grandes entreprises avec plusieurs
dizaines de milliers de personnes.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Une véritable révolution se prépare progressivement... les entreprises doivent veiller à ne pas rester à l’écart et se faire prendre de vitesse. Tout comme la mobilité ou encore le cloud, la blockchain est une composante essentielle de la transformation numérique. Découvrez, dans ce dossier, comment aborder, comprendre et démarrer la Blockchain

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010