> Cloud > Cheops : des « contrats Cloud de droit français »

Cheops : des « contrats Cloud de droit français »

Cloud - Par Sabine Terrey - Publié le 16 février 2015
email

Une position parmi les leaders du Cloud en France, un business model innovant, Cheops Technology livre ses perspectives pour l’année 2015 par la voix de son PDG, Nicolas Leroy-Fleuriot.

Cheops : des « contrats Cloud de droit français »

Avec en prime, quelques conseils judicieux sur la souveraineté des données…

Souveraineté et criticité des données

Avant tout, il faut différencier deux notions quand on évoque le Cloud… soit on transfère les applications non-stratégiques, soit on transfère les applications stratégiques de l’entreprise (gestion, production…).

A ce niveau, les questions commencent et prennent une dimension particulière. « La double expertise, infrastructure et production informatique, de l’opérateur de Cloud doit être réelle et requise pour gérer cet aspect stratégique » commente d’emblée Nicolas Leroy-Fleuriot. Autres recommandations, l’opérateur doit être certifié ITIL pour apporter un service de qualité aux clients finaux, être certifié 27001, norme internationale en matière de sécurité des systèmes d’information, enfin être capable de personnaliser la prestation dans le Cloud.

Il ne faut pas imposer la migration d’un environnement si le client ne souhaitait pas le faire initialement, « cette capacité de personnaliser la production informatique par des engagements de niveau de service répondant à la demande de l’entreprise cliente, est un savoir-faire différenciateur vital » ajoute le PDG.

Les données doivent être localisées en France, non soumises ainsi au Patriot Act, le tout avec un contrat de droit français dès qu’on aborde des notions de pénalités, criticité, haute disponibilité…

« Donner ses données critiques, sensibles, confidentielles  à une entreprise américaine, c’est risquer d’être espionné industriellement ». Par ailleurs, en matière de sécurité des données, un opérateur de Cloud dont c’est le métier, dispose de beaucoup plus de moyens et de technologies que le client dans son infrastructure interne.

L’ « incontournable » Cloud

Nicolas Leroy-Fleuriot est catégorique sur le sujet, « quelle que soit la taille de l’entreprise, le Cloud est devenu LA solution pour affronter la criticité et disponibilité des systèmes d’information, la course à l’armement technologique à laquelle on assiste maintenant depuis quelques années et les compétences internes ». Le Cloud est la seule réponse possible afin de garder un système d’information compétitif, agile, et performant.

L’inévitable réversibilité

Dans tout contrat Cloud, la phase de réversibilité doit apparaître au sein d’un article définissant les moyens mis en oeuvre, les processus, les coûts et les délais. En fonction de la complexité configurée dans le Cloud, il faut prévoir un délai de préparation suivi d’un délai de transfert des données, sans omettre les qualités des équipes internes ou du nouveau prestataire. La réversibilité va ainsi s’appuyer sur une collaboration tripartite à savoir le client, l’informatique interne du client ou le nouveau prestataire, et le prestataire titulaire du contrat, « cette collaboration tripartite mise en œuvre doit être intelligente », il en va de la souveraineté des données !

Quid du Cloud souverain ?

Pour Nicolas Leroy-Fleuriot, le Cloud souverain a des difficultés à trouver sa voie, autant pour Cloudwatt que Numergy qui avaient grandement misé sur l’émergence du SaaS. Or, les éditeurs de logiciels ont du mal à transformer leur modèle économique pour aller vers le SaaS…

Le retard de ce marché, entraîne une lenteur ressentie chez les deux acteurs du Cloud souverain français. « Avoir fait deux Cloud souverains est une énorme erreur, il fallait mettre plus de moyens pour lutter face à la concurrence, Google, Amazon, Microsoft… c’est un non-sens économique et stratégique, la fusion est la seule solution aujourd’hui » maintient Nicolas Leroy-Fleuriot.

Une nouvelle stratégie pour « Cloud hybride »

Cheops Technology lance une toute nouvelle offre de Cloud hybride pour les clients ne souhaitant pas externaliser leur système d’information en totalité dans le Cloud. Cette offre innovante Connect2Cloud (C2C) répond à une forte attente du marché et permet aux entreprises de progresser et de construire un Cloud privé interne.

Il sera possible de faire des débordements avec des connecteurs, pour disposer de services de serveurs de fichiers, notamment chez Cloudwatt dans un premier temps, avec d’autres prochainement. « Le client, chez qui nous posons cette infrastructure de Cloud privé, sera aidé grâce à un portail applicatif, des unités d’oeuvre, une automatisation et une industrialisation des processus de VMs » précise Nicolas Leroy-Fleuriot.

Et de conclure, « avec les offres iCod lancées en décembre 2009, nous avions pris une certaine avance sur la compétition, avec Connect2Cloud aujourd’hui, fruit de plusieurs années de R&D, nous poursuivons cette avance ». Cheops Technology reste également attentif aux opportunités de croissance, notamment à l’étranger… A suivre donc !

 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Avec Cloud in One, les entreprises ne gagnent pas uniquement en agilité, en modernisation et en flexibilité. Elles gagnent également en sécurité et en résilience pour lutter efficacement contre l’accroissement en nombre et en intensité des cyberattaques. Découvrez l'axe Cybersécurité de la solution Cloud In One.

Cloud - Par Sabine Terrey - Publié le 16 février 2015