> Tech > Créer et éditer des parties EGL

Créer et éditer des parties EGL

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Un projet EGL peut contenir un ou plusieurs fichiers EGL. Un fichier EGL contient un ensemble de parties, dont chacune est une unité de déclaration dans la déclaration globale du programme. Vous pouvez déclarer les parties dans n’importe quel ordre et vous pouvez nommer chacune d’elles. Les parties peuvent être

Créer et éditer des parties EGL

classées en trois catégories : données, logique ou build :

Les parties données définissent les structures de données dont dispose votre programme. Une partie données peut inclure une structure, qui est une présentation hiérarchique des éléments de la structure, dont chacun correspond à une zone de mémoire.

Les parties logiques sont les instructions que vous écrivez dans le langage procédural EGL qui sont exécutées au runtime. Les parties logiques peuvent être :

  • une partie de programme qui définit l’unité logique centrale au runtime. C’est similaire à une classe Java.
  • une partie fonction qui est une unité de code qui est soit le premier dans le programme, soit invoquée à partir d’une autre fonction. La fonction qui contient le premier code dans le programme est appelée principale. Une fonction est similaire à une méthode Java.
  • une partie pageHandler qui contrôle l’interaction d’un utilisateur avec une page Web. Un gestionnaire de page fournit des données et des services à un JSP qui affiche la page. Le gestionnaire de page lui-même inclut des variables et des gestionnaires d’événements, dont chacun est invoqué en réponse à une action utilisateur spécifique (par exemple, quand l’utilisateur clique sur un bouton). Le squelette pageHandler est généré automatiquement quand vous utilisez les wizards JSF/EGL, mais vous devez ajouter votre propre code EGL pour mettre en oeuvre la logique.
  • une partie bibliothèque – un ensemble de fonctions et de variables qui est généré et compilé indépendamment de tout programme ou gestionnaire de pages. Les ressources de bibliothèque peuvent être mises à disposition dans votre programme.

Les parties build définissent le processus de génération. Les descripteurs build sont créés en même temps qu’un projet EGL. Chaque application doit avoir un descripteur build associé qui contient de l’information sur la manière dont l’application sera générée (par exemple, génération Java ou Cobol, information d’accès aux bases de données). Pour créer une partie données, faites un clic droit sur le dossier source EGLSource et sélectionnez New|EGL Source File. La boîte de dialogue New EGL Part apparaît. Donnez un nom au fichier source. Une extension (.egl) est automatiquement donnée au nom du fichier. Pour créer une partie programme EGL, faites un clic droit sur le dossier EGLSource et sélectionnez New|Program. Les descripteurs build sont définis dans un fichier avec l’extension .eglbld. L’ouillage EGL dans WDSc fournit un EGL Build Parts Editor que vous pouvez utiliser pour changer les options build (c’est-à-dire, la génération de code).
Double-cliquez sur le fichier qui se termine par l’extension .eglbld pour ouvrir la partie build dans cet éditeur.
Vous pouvez double-cliquer sur un fichier avec une extension .egl pour l’ouvrir dans l’EGL Editor. L’éditeur contient de nombreuses fonctions qui simplifient le travail de développement. Voici les fonctions les plus marquantes :

Syntax highlighting.
L’éditeur met en évidence certaines sections du source pour en faciliter la lecture. Mots-clés, types de données, chaînes, et commentaires sont de couleur différente. Content assist. Si vous appuyez sur Ctrl+Espace dans l’éditeur, vous obtenez une liste d’options à ajouter au fichier source. Par exemple, la figure 4 montre comment ajouter un enregistrement SQL à un fichier source EGL en utilisant content assist. A noter que chaque option proposée est accompagnée d’une description.

EGL templates.
Quand vous utilisez content assist pour ajouter un bloc de code au fichier source, l’éditeur utilise un modèle prédéfini pour l’option que vous choisissez. Vous pouvez visualiser ou changer les modèles pour diverses constructions dans Preferences ; sélectionnez simplement EGL |Editor|Templates. La figure 5 montre le modèle pour un enregistrement. Vous devez aussi vous servir de certaines des autres fonctions EGL fournies par l’outillage WDSc pour vous aider pendant le développement. La vue Outline présente votre code EGL de manière hiérarchisée. Vous pouvez ainsi identifier rapidement des sections spécifiques du code et y sauter dans l’éditeur.

Quand vous sauvegardez votre code, le compilateur EGL compile le code et présente les éventuels messages d’erreur dans la vue Tasks. Double-cliquez sur une erreur dans la vue Tasks pour ouvrir l’emplacement dans le source cause de l’erreur. Enfin, si vous avez de nombreux projets EGL ou beaucoup de parties EGL dans un projet, il peut être long et fastidieux de trouver la partie dans le Project Navigator pour l’ouvrir dans un éditeur. Si vous vous trouvez dans la perspective EGL ou Web EGL, sélectionnez Navigate|Open Part (ou tapez Ctrl+Maj+N) pour ouvrir une boîte de dialogue dans laquelle vous pourrez choisir une partie en tapant les premières lettres de son nom.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Avec le recours généralisé au télétravail, les entreprises ont ouvert davantage leur SI. En dépit des précautions prises, elles ont mécaniquement élargi leur surface d’exposition aux risques. Découvrez 5 axes à ne pas négliger dans ce Top 5 Sécurité du Télétravail.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010