> Cloud > Dossier Développement : Revue de détail 2010 du développement d’applications (1/3)

Dossier Développement : Revue de détail 2010 du développement d’applications (1/3)

Cloud - Par Kathleen Richards - Publié le 25 février 2011
email

Vous êtes toujours attaché aux modèles de développement d’application traditionnels ? L’apprentissage des compétences et des processus pour englober les scénarios d’applications à demeure et SUR LE CLOUD est fondamental pour les développeurs Visual Studio en 2010.

Depuis janvier 2010, les applications .NET et leurs composants peuvent exister et accéder à des ressources au sein d’un large éventail de serveurs et services à demeure et sur le cloud.

« A la base, Windows Azure c’est du Windows », affirmait l'ancien architecte logiciel en chef Ray Ozzie, pendant un discours prononcé au cours de la PDC (Microsoft Professional Developer Conference) de novembre 2009. Cette annonce a été faite à l’occasion du lancement de la plate-forme pour le cloud Windows Azure et du stockage de données relationnelles SQL Azure. Et Ray Ozzie d’ajouter : « C’est du Windows Server. Vous devez l’envisager comme un vaste ensemble homogène constitué d’une plate-forme matérielle Windows Server et des instances Windows Server virtualisées. Tous ces serveurs sont contrôlés par un système de gestion sophistiqué hautement parallèle, intitulé Azure Fabric Controller, lequel correspond en quelque sorte à une extension des fonctions de gestion de System Center au niveau de l’entreprise. »

« Avec Windows Azure, Windows Server et System Center, vous disposez d’un modèle cohérent de gestion de cette infrastructure sous forme de service tant au niveau du cloud public de Microsoft que des clouds de nos partenaires d’hébergement », explique Ozzie. Toujours selon lui, Windows Azure pour les développeurs constitue une « extension de Visual Studio basée sur des modèles », laquelle permet aux professionnels d’exploiter leur maîtrise de SQL, IIS, ASP.NET et .NET. Avec Windows Azure, de nombreux développeurs vont être amenés à explorer les possibilités offertes par l’exécution d’applications ou de composants dans des scénarios de cloud.

Dossier Développement : Revue de détail 2010 du développement d’applications (1/3)


Yousef Khalidi, ingénieur éminent de l’équipe Windows Azure chez Microsoft, a souligné ce qu’il appelle « l’éventail des possibilités » au cours de sa session de la PDC 2009, « lequel comble le fossé entre les scénarios à demeure et le cloud ». Avec l’avènement de l’informatique via Internet, les applications peuvent résider dans des centres de données classiques ou virtualisés, ainsi que sur des clouds privés ou publics (dédiés ou partagés). « Les choix sont nombreux sur l’ensemble de l’éventail et nous continuerons de prendre en charge tout ce spectre », a déclaré Khalidi. « Par ailleurs, il existera toujours des données ou un ensemble d’applications qui doivent résider dans une certaine partie du spectre, par exemple sous haute protection au sein d’un centre de données, du fait des réglementations, des exigences de conformité ou des lois nationales. » Microsoft n’a pas dévoilé publiquement une stratégie définitive concernant les clouds privés. Toutefois, plusieurs annonces effectuées lors de la PDC 2009 laissaient entrevoir une orientation de l’éditeur dans cette direction. Au cours de la PDC 2009, Microsoft a continué de prôner l’utilisation d’un modèle d’applications de prochaine génération cohérent sur les différents environnements. « Peu importe l’emplacement et l’endroit où vous voulez placer les éléments, l’application doit s’insérer dans un modèle d’application pour le cloud », a conseillé Khalidi. Avec le modèle d’application pour le cloud, a-t-il expliqué « vous avez la possibilité de disposer de ressources virtualisées évolutives dynamiques pouvant être fournies sous forme de services via une connexion réseau sur Internet ».

Bob Muglia, président de l’activité Server and Tools Business chez Microsoft, a captivé l’audience pendant son discours de la PDC 2009 avec des attributs caractérisant la vision de Microsoft concernant le modèle d’application pour le cloud : évolutivité horizontale (scale out), orientation service, orientation modèle, self-service (aucune intervention humaine), toujours disponible, partagé, fédéré et résistant aux pannes. Windows Identity Foundation, le composant développeurs du Geneva Framework faisant partie intégrante des outils pour la création de systèmes d’identité basés sur les revendications, a été lancé lors de la PDC 2009.

« Les nouveautés de la PDC ont porté sur la consolidation, plutôt que sur des annonces audacieuses », déclare Vishwas Lele, responsable des technologies chez Applied Information Sciences Inc. « L’équipe Windows Azure a écouté les commentaires de la communauté et des premiers utilisateurs, et elle a apporté les ajustements correspondants. »

A noter parmi les annonces de la PDC 2009, les indications de Lele : « La prise en charge du type VM ; la possibilité de choisir entre différentes classes d’instances Windows Azure, à savoir deux ou quatre coeurs ; le projet Dallas, qui permet d’accéder à des données de référence d’une collection de fournisseurs ; et certaines nouvelles fonctionnalités de stockage de Windows Azure notamment les snapshots et les réseaux de diffusion de contenu (CDN). »

La nouvelle prise en charge des VM, attendue cette année, permet aux développeurs de configurer leurs propres images et de gérer les droits administratifs. « Ainsi, dans l’environnement Windows Azure, nous allons avoir un ensemble d’images Windows Server prédéfinies, lesquelles hébergent différents infrastructures, différentes versions de .NET et d’autres choses similaires chargées sur celles-ci », a expliqué Muglia pendant son discours à la PDC 2009. « Et vous serez en mesure de prendre une de ces images, de la monter et d’introduire le bureau à distance dans celle-ci. Vous disposerez des accès d’administration complets à cette image et pourrez charger tous les logiciels souhaités dans l’image, et prendre un snapshot de machines virtuelles, puis le mettre de côté en vue d’une utilisation ultérieure. Ces images seront en outre à votre disposition pour une utilisation au sein de votre infrastructure applicative, tout comme vous utiliseriez une image Windows Azure déployée en standard. » Ce type de prise en charge est stratégique pour les sociétés qui souhaitent migrer leurs configurations logicielles existantes vers le cloud. Amazon Web Services LLC propose un service similaire pour les instances Windows Server dans sa solution Elastic Compute Cloud (EC2).

Téléchargez gratuitement cette ressource

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Dans ce livre blanc, nous vous donnons les clés pour concevoir votre projet de dématérialisation RH. Vous découvrirez chacune des étapes qui vous permettront d’apporter de nouveaux services aux collaborateurs, de vous adapter aux nouvelles pratiques et de renforcer la marque employeur.

Cloud - Par Kathleen Richards - Publié le 25 février 2011