> Tech > Enregistrement non-conventionnel

Enregistrement non-conventionnel

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Chez IBM comme chez d'autres industriels, on cherche comment repousser l'arrivée de l'effet super-paramagnétique. Certaines des solutions trouvées commencent tout juste à  entrer en application.
La figure 1 décrit la technique d'enregistrement conventionnelle utilisée jusqu'à  présent. Ici, les bits sont stockés horizontalement dans le matériau magnétique à  la surface

du disque. Sur la figure, la direction des flèches indique la polarité
générale des grains dans le bit, c’est à  dire si le bit est 1 ou 0.



Il faut environ 1000 grains pour créer un champ magnétique suffisamment fort pour
que la tête de lecture détecte la polarité en passant sur la surface du disque.
Les disques peuvent n’avoir que 1000 grains par bit grâce à  la découverte d’IBM
en 1997, la tête GMR. Celle-ci a constitué un énorme progrès par rapport aux têtes
introduites par IBM en 1991, les têtes magnéto-résistives plus faibles. Ce progrès
réside dans la capacité à  lire des champs magnétiques beaucoup plus faibles. Les
têtes actuelles sont un mélange d’éléments d’écriture inductive et d’éléments
de lecture GMR, elles permettent des densités de données et des performances élevées.




Environ 95 % de tous les lecteurs de disques vendus aujourd’hui sont dotés d’une
tête similaire à  la tête GMR inventée par IBM. L’utilisation de ce type de tête
permet d’avoir moins de grains par bit, donc des bits plus petits et plus tassés
et serrés.





Le seul moyen d’obtenir des densités encore plus grandes avec cette technique
conventionnelle d’enregistrement est de poursuivre la réduction des grains et
donc des bits horizontaux. Cette technique a encore une petite marge de manoeuvre,
mais elle sera bientôt limitée par l’effet super-paramagnétique.

La figure 2 présente une autre technique d’enregistrement très prometteuse : le
matériau est magnétisé verticalement. Ceci permet de réduire la longueur des bits
et donc de réduire la place nécessaire à  chaque bit et par conséquent d’accroître
la densité par zone. Le plus important réside dans le fait que l’on peut réaliser
cela sans réduire la taille des grains.



Dans cette configuration verticale, les bits sont orientés de façon à  ne pas s’opposer
les uns aux autres mais à  s’accoler dans un champ magnétique. La tête perpendiculaire
possède une zone de réception du champ magnétique qui passe par un support via
une légère sous-couche magnétique. Ce système d’enregistrement est plus efficace
ainsi. Cette géométrie permet aussi d’améliorer la stabilité des bits.



Il faut une nouvelle tête d’écriture pour inscrire les transitions magnétiques
dans le support. IBM fait des essais de nouvelles têtes, dont la CPP (current
perpendicular to the plane) amélioration dérivée de l’actuelle CIP (current in
plane). On peut raisonnablement penser que la future technologie des têtes au
delà  de GMR sera reprise par IBM dans ses lecteurs de disques pour atteindre des
densités de données encore supérieures.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide des Services Managés pour se moderniser et se sécuriser

Guide des Services Managés pour se moderniser et se sécuriser

À l’heure où les talents du numérique sont rares et difficiles à séduire, comment bénéficier des meilleures compétences en infrastructure Cloud ou en cybersécurité pour gagner en agilité et en cyber-résilience ? Découvrez le Guide des Services managés dédiés aux PME.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010