> Mobilité > Exchange 2013 – La nouvelle cuvée du serveur de messagerie de Microsoft

Exchange 2013 – La nouvelle cuvée du serveur de messagerie de Microsoft

Mobilité - Par Pascal Creusot - Publié le 11 mars 2013
email

Avec Exchange 2013, l’équipe produit de Microsoft a entendu et pris en compte un certain nombre des remarques et besoins des utilisateurs et des administrateurs d’Exchange Server.

Exchange 2013 – La nouvelle cuvée du serveur de messagerie de Microsoft

Bien sûr, ce millésime apporte aussi son lot de nouveautés et d’innovations tant au niveau de l’architecture et de l’administration, qu’au niveau des fonctionnalités pour les utilisateurs finaux.

Dans ce dossier, nous allons principalement évoquer les évolutions et les nouveautés apportées au niveau de l’architecture, de la sécurité, de la gestion des informations et aussi au niveau des fonctionnalités. Les impacts de ces évolutions seront aussi analysés tout au long de ce dossier. Pour cela, commençons par les bases de la mise en place de la mise en place des serveurs, à savoir l’architecture.

Vers une simplification de l’architecture

Du point de vue de l’architecture, Exchange 2013 apporte de nombreuses évolutions, dont la plus visible et la plus importante est une forte diminution du nombre de rôles au sein des serveurs Exchange. Avec Exchange 2007, sont apparus les cinq rôles possibles pour chacun des serveurs (Hub, CAS, Mailbox, UM et Edge). Ce découpage avait pour but de permettre une meilleure répartition de la charge et une réponse adaptée en termes de consolidation et de  ‘scalability’ pour les grandes entreprises. Plusieurs de ces rôles peuvent être consolidés sur un seul et même serveur (colocalisation), mais cela apporte des contraintes, en particulier au niveau de l’architecture réseau. De plus, les besoins des entreprises ont évolués avec les technologies de virtualisation et les regroupements de serveurs de messagerie (consolidation au sein d’un groupe) n’ont pas été au centre des besoins des entreprises qui souhaitent avant tout diminuer les coûts et réduire aussi le nombre de serveurs.

Les difficultés et les contraintes rencontrées lors des tentatives de la co-localisation des rôles Exchange 2007 et 2010 au sein des mêmes serveurs sont à l’origine de coûts supplémentaires au niveau du réseau. Conscientes de ces contraintes, les équipes de développement Microsoft sont revenues en arrière et n’ont conservé, dans la version actuelle d’Exchange 2013 (version Exchange 2013 RTM), que deux rôles qui sont nommés Client Access et Mailbox…( Humm…. cela me rappelle des souvenirs… Cela ressemble fortement à l’architecture Exchange 2003 avec Front-End et Backend).

Cette simplification de l’architecture Exchange engendre une diminution du nombre de serveurs requis (consolidation) mais aussi une simplification de l’administration globale et la mise en place d’une architecture plus ‘green’ ou ‘écologique’. La prise en compte des contraintes réseau par Exchange 2013 apporte aussi une diminution notable des contraintes au niveau des réseaux. Le rôle EDGE n’est actuellement pas reconduit dans cette première version d’Exchange 2013, mais des serveurs en version Exchange 2010 peuvent être utilisés pour assure cette fonction. Pour les deux autres rôles qui sont Unified Messaging (UM) et HUB Transport, ils ont été divisés en plusieurs services qui ont été répartis sur les rôles CAS et Mailbox. La répartition des services de routage (ex rôle HUB) sera détaillée plus loin dans ce dossier.

Téléchargez gratuitement cette ressource

DFI : La Transformation Digitale au Service de l’Innovation

DFI : La Transformation Digitale au Service de l’Innovation

A travers cet eBook, D.FI vous propose de faciliter les développements d’applications avec les outils IBM Cloud Paks et les solutions associées, afin de faire de l'innovation le véritable moteur de votre croissance. Découvrez les meilleures pratiques !

Mobilité - Par Pascal Creusot - Publié le 11 mars 2013

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT