> Data > La fin des systèmes de stockage externes et l’avènement de l’hyper-convergence

La fin des systèmes de stockage externes et l’avènement de l’hyper-convergence

Data - Par Jean-Baptiste Grandvallet - Publié le 15 janvier 2016
email

Dans un monde où le volume de données créées, collectées et traitées ne cesse de croître de façon exponentielle, on pourrait penser que le secteur du stockage est en plein boom.

La fin des systèmes de stockage externes et l’avènement de l’hyper-convergence

Or il n’en est rien. Les systèmes de stockage traditionnels n’étant pas adaptés à l’infrastructure technologique actuelle, les investissements dans les systèmes de stockage sont en déclin depuis plusieurs années. Cela nous amène à nous interroger… Les systèmes de stockage externes vont-ils subir le même sort que les dinosaures ?

Si tel est le cas, la question est de savoir ce qui va les remplacer. Il est donc intéressant d’analyser les facteurs contribuant au déclin des systèmes de stockage externes, et plus important encore, ce vers quoi le marché s’oriente, à savoir le cloud et l’hyper-convergence.

L’infrastructure d’hier : les dirigeants contraints de repenser leur stratégie face aux contraintes informatiques

Les systèmes de stockage externes ont été conçus il y a plus de dix ans pour les couches traditionnelles d’un datacenter. Souvenons-nous des années 1990 et du début des années 2000 lorsque la « nouvelle génération » de start-ups utilisait des systèmes de stockage externes sans mémoire flash, ni virtualisation, ni cloud. A l’heure où de nouvelles technologies voient le jour et où le monde dans lequel nous vivons devient de plus en plus mobile et multi site, la fin est proche pour les systèmes de stockage traditionnels.

Ces derniers s’avèrent en effet difficiles à gérer et deviennent rapidement un fardeau en termes de temps et de coût, affectant non seulement le département informatique, mais aussi l’entreprise dans son ensemble. Un système de stockage externe est par ailleurs difficilement compatible avec les machines virtuelles et puise considérablement dans les dépenses d’exploitation. Il n’est donc pas surprenant que les responsables IT reconsidèrent leurs options et leurs capacités de stockage. Ils auraient plutôt besoin d’un datacenter qui :

•    minimise les risques pour leur entreprise,
•    améliore leur efficacité opérationnelle (à moindre coût),
•    soit suffisamment flexible et souple pour satisfaire leurs besoins actuels et futurs.

Les enjeux actuels de l’informatique obligent les dirigeants à envisager de nouveaux investissements capables de stimuler la croissance de l’entreprise, de favoriser l’innovation, de renforcer la souplesse de l’entreprise et de conférer à cette dernière un avantage compétitif certain.

L’infrastructure d’aujourd’hui

Voilà qui nous amène aux départements informatiques et aux applications de stockage. On exige toujours plus d’efficacité de la part des responsables IT, alors que les systèmes de stockage externes la limitent. Améliorer leur efficacité implique de révolutionner le fonctionnement de l’IT au sein de l’entreprise, ce qui exige l’introduction de nouvelles technologies.

Les entreprises d’aujourd’hui, telles que Facebook ou LinkedIn, sont nées dans le cloud et ont été structurées de manière à apporter de la souplesse au niveau de la couche applicative. Ces applications ne requièrent pas de système de stockage externe. Cela ne signifie cependant pas que les applications traditionnelles des entreprises comme Microsoft Exchange ne peuvent pas repenser leurs datacenters à la manière des nouveaux acteurs du marché. Toutes ces applications s’appuient désormais sur le cloud et sur la virtualisation, des technologies qui n’existaient pas à l’époque de la création des systèmes de stockage externes. En bref, les systèmes de stockage externes sont en voie de disparition car ils ne sont tout simplement pas adaptés aux infrastructures d’aujourd’hui.

L’essor de l’infrastructure hyper-convergée

De nos jours, les entreprises refusent de prendre des risques, mais exigent un ROI important lorsqu’elles investissent dans de grands datacenters. Dans ce contexte – et au regard de la fin annoncée des systèmes de stockage externes-, l’infrastructure hyper-convergée fait désormais partie du mouvement de modernisation des datacenters d’aujourd’hui. Cette technologie hyper-converge toute l’infrastructure informatique sous l’hyperviseur et délivre les avantages attendus par les dirigeants et les départements informatiques : amélioration de l’efficacité opérationnelle, flexibilité et souplesse, réduction des risques, tout cela sans perturber les opérations de l’entreprise.

L’hyper-convergence améliore l’efficacité des datacenters et réduit la complexité de la gestion, ce qui en fait une technologie supérieure à celle des systèmes de stockage externes. Elle offre également des avantages similaires à ceux du cloud en termes d’économie et d’évolutivité sans perdre la performance, la fiabilité et la disponibilité attendues du datacenter. En outre, l’hyper-convergence garantit la récupération, la restauration et la protection des données en cas de perte ou d’altération des données, exigence fondamentale des départements informatiques.

L’hyper-convergence est également attrayante d’un point de vue opérationnel. Elle génère en effet des gains d’efficacité sans perturber les opérations de l’entreprise et permet au département informatique de mieux investir son temps, ce qui représente aussi un gain d’argent pour l’entreprise.

La mise en œuvre d’une infrastructure hyper-convergée

L’hyper-convergence n’exige pas nécessairement de se débarrasser de l’infrastructure existante et de la remplacer par une autre pour pouvoir en tirer des avantages immédiats. Cet aspect est d’ailleurs particulièrement apprécié par les responsables informatiques et directeurs techniques.

L’hyper-convergence s’appuie sur des produits qui s’intègrent parfaitement à un environnement déjà en place en consolidant le datacenter et le serveur. Elle permet également de moderniser la technologie existante en supprimant progressivement l’architecture en place tout en installant la nouvelle en fonction des ressources financières et physiques disponibles. L’un des principaux avantages de l’hyper-convergence est l’évolutivité qu’elle offre pour l’infrastructure. Les entreprises peuvent démarrer à petite échelle et évoluer à mesure que l’environnement grandit, sans risque financier.

L’hyper-convergence étant contrôlée par un seul et unique système de gestion, les succursales et les bureaux distants peuvent être gérés comme s’ils étaient implantés localement, ce qui est un avantage déterminant par rapport aux systèmes de stockage externes. Dans un contexte de restriction budgétaire et de réduction du personnel IT dans les succursales, l’hyper-convergence promet efficacité et protection des données, ainsi qu’une gestion unifiée qui lui permet d’être aussi souple que performante pour s’adapter aux besoins de l’entreprise.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Migration Windows Server 2008

Guide de Migration Windows Server 2008

L’année 2019 marque la fin de vie de Windows Server 2008/2008 R2 et SQL Server 2008/2008 R2, deux briques très populaires dans l’offre Microsoft et largement adoptées en France par des entreprises de toute taille. Il y a urgence à étudier les solutions possibles, découvrez-les dans ce Guide Thématique.

Data - Par Jean-Baptiste Grandvallet - Publié le 15 janvier 2016