> Tech > Interface réseau

Interface réseau

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Après avoir analysé la mémoire, la CPU, et les mesures des disques d'un système, l'étape suivante consiste à  examiner le sous-système réseau. Pour que l'utilisateur final constate des temps de réponse acceptables, il faut que les machines clients et autres systèmes puissent se connecter rapidement au sous-système d'I/O du réseau

Interface réseau

du système NT Server. Pour localiser les goulots d’étranglement du réseau et comment les corriger, il faut connaître les éléments suivants : le type de charge de travail que les systèmes clients génèrent, les principaux composants de l’architecture réseau utilisés, et le type de protocole de réseau (Ethernet, NetBEUI, par exemple) et de réseau physique présents. Performance Monitor collecte des données pour chaque adaptateur du réseau physique. Pour déterminer le degré d’occupation des adaptateurs, on utilise les compteurs suivants :

· Network Interface: Output Queue Length – Mesure la longueur de la file d’attente des paquets sortie d’un adaptateur. Une valeur de 1 ou 2 est acceptable. Si ce chiffre est souvent égal ou supérieur à  3 ou 4, on peut en déduire que l’adaptateur d’I/O du réseau ne peut pas suivre le rythme des requêtes du serveur pour transférer des données sur le réseau.

· Network Interface: Bytes Total/sec – Mesure tout le trafic du réseau (nombre d’octets envoyés et reçus) qui passe par un adaptateur de réseau, en incluant l’overhead inhérent au protocole de réseau (TCP/IP, NetBEUI, par exemple) et au protocole physique (Ethernet, par exemple). Si, par exemple, dans un réseau 10Base-T, la valeur est proche de 1 Mbps et que la longueur de la file d’attente de sortie continue d’augmenter, il est probable qu’il y a un goulot d’étranglement du réseau.

· Network Interface: Bytes Sent/sec – Indique le nombre d’octets envoyés par l’intermédiaire d’une carte-adaptateur de réseau spécifique.

· Server: Bytes Total/sec – Indique le nombre d’octets que le serveur a envoyés et reçus sur le réseau par l’intermédiaire de toutes ses cartes-adaptateurs de réseau.

· Server: Logon/sec – Indique le nombre de tentatives de connexion (logon) par seconde pour l’authentification locale, l’authentification sur le réseau, et l’authentification du compte de service. Ce compteur est utile sur des contrôleurs de domaines (DC, domain controllers) pour déterminer la quantité de validation de logon constatée.

· Server: Logon Total – Indique le nombre de tentatives de connexion (logon) pour l’authentification locale, l’authentification sur le réseau, et l’authentification du compte de service depuis le dernier démarrage de l’ordinateur.

S’il apparaît que le sous-système réseau souffre d’un goulot d’étranglement, il existe de nombreuses mesures correctives. On peut ne relier l’adaptateur du réseau qu’aux seuls protocoles actuellement utilisés, hisser les adaptateurs de réseau au niveau des drivers les plus récents, passer à  de meilleurs adaptateurs, ou ajouter des adaptateurs pour segmenter le réseau (de manière à  isoler le trafic sur les segments appropriés). On peut vérifier le débit total du réseau et améliorer les composants de la couche physique (commutateurs, hubs, par exemple) pour confirmer que la contrainte se situe au niveau de la « tuyauterie » du réseau. Enfin, on peut essayer de distribuer la charge de traitement sur des serveurs supplémentaires.

Dans un réseau TCP/IP, on peut ajuster la taille de la fenêtre TCP pour améliorer potentiellement les performances. La taille de la fenêtre de réception TCP/IP indique la quantité de données de réception (en octets) que le système peut tamponner à  un moment donné sur une connexion. En NT, la taille de la fenêtre est fixée et est de 8.760 octets par défaut pour Ethernet, mais on peut ajuster cette taille dans le registre. On peut soit modifier la sous-clé HKEY_LOCAL MACHINE\SYSTEM\Current ControlSet\Services\Tcpip\Parameters\TcpWindowSize pour modifier globalement le réglage sur l’ordinateur, ou utiliser l’appel Windows Sockets setsockopt() pour modifier le réglage de chacun des sockets. La taille optimale dépend de l’architecture réseau. En TCP, le débit maximum réalisable est égal à  la taille de la fenêtre divisée par le délai aller-retour ou le temps de latence du réseau.

Enfin, il ne faut pas utiliser le mode Autosense sur les adaptateurs de réseau. Il faut régler les NIC sur la vitesse précise souhaitée. Pour changer le réglage, utiliser le programme de configuration qui accompagne l’adaptateur de réseau.

Téléchargez gratuitement cette ressource

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

Comment faire évoluer son patrimoine IBMi en le rendant Cloud compatible ? Comment capitaliser sur des bases saines pour un avenir serein ? Faites le point et partagez l'expertise Hardis Group et IBM aux côtés de Florence Devambez, DSI d'Albingia.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010