> Tech > iSeries everywhere

iSeries everywhere

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

C'est à  Bill Zeitler, Senior Vice President & Group Executive du Server Group, dont certains d'entre vous se rappellent puisqu'il a précédé Tom Jarosh à  la tête de la Division AS/400, qu'est revenue la vedette de la session d'ouverture du dimanche après-midi. Tout n'était en fait qu'embrassades et chaudes poignées

iSeries everywhere

de
main entre IBMers et membres de COMMON et de la communauté AS/400 ce jour là ,
pour cette 81ème conférence, commémorative des 40 ans de COMMON, placée sous le
signe des souvenirs et des marques de reconnaissance.

Au delà  des traditionnelles remises de prix et de l’hymne américain chanté avec
maestria et a capella par un officier US, par ailleurs digne représentant de la
gent féminine, Bill Zeitler a largement évoqué les raisons du « rebranding » des
serveurs IBM, et expliqué que ce changement était nécessaire à  l’ère du e-business
« sérieux ». « Trois raisons fondamentales ont présidé à  cette stratégie, explique-t-il
« Les technologies innovantes, la nécessaire souplesse des applications, et les
nouveaux outils e-business. » Et d’établir la comparaison des machines actuelles
avec leurs ancêtres, comme le System/3, dont un magnifique exemplaire bleu roi
trônait sur la scène. « La décision la plus importante qu’avait à  faire un client
à  cette époque là , était de décider de la couleur de son ordinateur, qui pouvait
aller d’orange vif à  grenat, en passant par le bleu IBM et le blanc. » 25.000 de
ces systèmes ont été vendus. Un succès important, que le System/36, avec ses 300.000
exemplaires, est venu largement surclasser. « Nombreux étaient ceux d’entre vous
qui pensaient que le S/36 leur conviendrait parfaitement éternellement », a alors
poursuivi Bill Zeitler. « OK. Cela m’est égal. Mais ce n’est pas que nous allions
forcément de l’avant. C’est le marché qui bouge. Au fil du temps, COMMON a contribué
à  faire voir à  IBM dans quelles directions le marché souhaitait aller. »

COMMON a contribué à  faire voir à  IBM dans quelles directions le marché
souhaitait aller Bill Zeitler

La V5R1 sera la plus version la plus conséquente de l’histoire
de la plate-forme

Ian Jarman, iSeries Product Marketing Manager chez IBM, affirme que la première
moitié de 2001 verra la sortie de « la plus importante release de l’OS/400
que Rochester ait jamais réalisée ». Bien qu’il ait refusé de nous le confirmer,
il y a toutes les chances pour que cette release réponde au doux nom de
« V5R1 ». Une version donc. Payante, comme toute les versions. Parmi les nombreuses
nouvelles améliorations et innovations de cette version, quatre domaines
sont particulièrement importants.

Le partitionnement logique
La vedette de la V5R1 ira sans conteste au partitionnement logique (LPAR
: Logical Partitionning), avec deux aspects majeurs: le partitionnement
dynamique, qui permettra de définir plusieurs partitions logiques sur un
seul processeur (aujourd’hui, seuls les systèmes multiprocesseurs permettent
l’utilisation de LPAR). Intéressant pour les petites structures.
Et puis, la V5R1 verra la possibilité d’installer Linux dans une partition
logique. Notons qu’au départ l’association Linux-partitionnement dynamique
ne sera pas possible. « Il sera nécessaire de dédier un processeur à  la partition
Linux, et aucun autre partitionnement dynamique (OS/400) ne sera possible
sur cette machine », nous explique Craig Johnson, iSeries Server Consolidation
Segment Manager. Linux ne pourra être installé que dans une partition secondaire;
la partition primaire sera obligatoirement de l’OS/400, mais on pourra panacher
les partitions secondaires Linux et OS/400.

Adaptateur xSeries intégré
Voici au moins un an qu’on en parle. Et le voici, ce serveur NetFinity (xSeries)
attaché par un lien à  grande vitesse à  l’AS/400. Nous avons même eu le privilège
de le voir fonctionner, en avant première mondiale! Il s’agit d’une carte
occupant deux ports PCI, reliée à  l’AS/400 par une boucle en cuivre. Se
limitant au seul Windows 2000 (à  l’exclusion de Windows NT, contrairement
aux INS), il concerne les modèles en rack de xSeries 7100 et 7600 ainsi
que le modèle 6000R, qui devrait sortir prochainement. Dépourvus de disque
ils utilisent l’espace disque de l’AS/400), ces serveurs pourront être équipés
de jusqu’à  4 processeurs Intel SMP.

Operations Navigator
De nombreuses nouveautés sont à  attendre dans ce domaine, notamment au niveau
de la gestion des ressources disque (gestion des unités, des ASP et des
partitions logiques), des jobs (jobs actifs, files d’attente de travaux,
pools mémoire et sous-systèmes) et du réseau. IBM s’attache également de
plus en plus à  présenter toute les ressources graphiquement.

Clustering
La V5R1 devrait comporter des possibilités de mise en oeuvre de disques switchables,
qui offrira une haute disponibilité de leur installation même aux utilisateurs
n’ayant pas implémenté de solution de haute disponibilité. Ces disques switchés
feront partie de l’architecture de clusters; la première release sera toutefois
d’un intérêt limité puisqu’elle devrait s’appliquer aux unités de disques
externes uniquement, et seulement à  certains types d’objets (et notamment
pas aux bibliothèques, programmes et fichiers physiques, qui représentent
les objets AS/400 les plus courants).

Enfin, parmi les nouveautés, signalons également que Management Central
permet dès aujourd’hui, puisque cela fait partie de la V4R5, de surveiller
en temps réel de multiples systèmes en WAP, c’est-à -dire à  partir d’un téléphone
portable ou d’un Palm Pilot équipé d’un modem sans fil.

BH

Le lendemain, lors de la séance d’ouverture AS/400 (pardon iSeries; eh oui, deux
séances d’ouverture ne sont pas de trop pour une telle conférence), Tom Jarosh,
General Manager de la Division AS/400 sur le départ (cf. encadré « Tom Jarosh vers
de nouveaux horizons ») a pris le relais de Bill Zeitler sur les iSeries, et enfoncé
le clou. « Nous souhaitons ne plus jamais opérer de retour en arrière avec l’AS/400 »,
a-t-il dit. « Les iSeries sont stratégiques pour la Compagnie. C’est l’une des
raisons pour lesquelles nous ne rendons plus l’ancienne gamme (7xx, 150 et 170)
obsolète dès la sortie de la suivante (8xx et 270). Mais nous continuons à  aller
de l’avant en vous proposant par exemple Apache sur iSeries dès la fin de cette
année, ou Linux dès le début de l’année prochaine dans une partition logique. »
(cf. encadré « La V5R1 sera la plus version la plus conséquente de l’histoire de
la plate-forme »).
Plus tard, au cours d’un entretien plus confidentiel, Tom a précisé « qu’il comptait
plus sur le développement de Java et de Linux pour maintenir et développer les
compétences AS/400, en faisant venir à  la plate forme les compétences existant
sur le marché, complémentant ainsi celles déjà  existantes sur les produits et
outils actuels ».

Mais le clou de la conférence a sans aucun doute été la soirée de gala, intitulée
« An Extreme Odyssey into a New World » (Une odyssée extrême vers un nouveau monde).

Entièrement sponsorisée par IBM (par extraordinaire!), le spectacle de la soirée
a également été chorégraphié spécialement pour Big Blue, sous la houlette de Malcolm
Haines, qui se complait à  se baptiser « chief propagandist of the AS/400 ». La troupe
a exécuté la « Dance of the Sugarplum Server » (la danse du serveur bonbon), qui
comportait quatre éléments : Nemesis of the Nerds (La némésis des accrochés),
Sacking of the Soothsayers (La mise à  sac des devins), Banishment of the Bugs
(le banissement des bugs) et Vanquishing of the Viruses (la victoire sur les virus),
ainsi qu’un choeur baptisé « Chorus of Contented Customers » (le choeur des clients
satisfaits).
Dans chacun des actes, les mouvements des danseurs exprimaient le chaos et l’insatisfaction.
Puis, un énorme « i » est apparu sur les écrans, et un danseur habillé en papillon
blanc est apparu, symbolisant l’harmonie et le bonheur. « Il est entièrement blanc
parce que les iSeries, c’est du pur IBM », a expliqué Malcolm Haines, qui s’est
vu gratifié d’une « standing ovation » à  la fin du spectacle, rythmée des cris « Malcolm,
Malcolm ».
Quel succès!

L’événement se voulait mémorable, pour marquer le changement de nom.

« J’espère que ce fut le cas, et que ce gala restera dans les mémoires comme le
reflet de notre politique marketing du iSeries » conclut Malcolm Haines L’événement
se voulait mémorable, pour marquer le changement de nom La fête se voulait une
sorte de communion et de trait d’union entre le passé et l’avenir.
A travers ces 40 ans de COMMON, et au delà  l’inévitable dose d’autosatisfaction
des uns et des autres dans ce genre de circonstances, IBM a sans aucun doute marqué
un essai en face de sa base d’utilisateurs américains. Ne reste plus qu’à  le transformer
avec les nouveaux clients, et surtout à  en marquer d’autres, de ce côté-ci de
l’Atlantique, où l’on attend toujours un peu plus de persuasion tant de la part
du constructeur que des membres de COMMON.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Que vous souhaitiez développer ou renforcer votre approche du Cloud hybride, évaluer les meilleures options ou encore enrichir votre processus de prise de décision, découvrez dans ce Guide, 4 stratégies de Cloud hybride alignées avec vos objectifs business & technologiques.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT