> Tech > Le nouvel OAB

Le nouvel OAB

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Pour de nombreuses entreprises, le nouveau format OAB (Offline Address Book) introduit dans Exchange 2003, fonctionne très bien avec des clients Outlook travaillant en mode caché. Cependant, les grands comptes ont rencontré des difficultés lorsque les serveurs ont été submergés de requêtes client pour des téléchargements d’OAB. C’est pourquoi SP2

Le nouvel OAB

introduit un format OAB révisé (OAB v4) et un nouveau mécanisme de mise à jour pour alléger le fardeau des serveurs.

Les clients Outlook demandent un téléchargement d’OAB complet si plus d’un certain pourcentage de l’OAB a changé. Le seuil par défaut est de 12,5 pour cent, soit un huitième, des entrées OAB. Toutefois, même un changement minime, comme la modification d’un chiffre dans un numéro de téléphone, peut conduire Exchange à juger l’enregistrement modifié. Toute entreprise qui évolue à partir d’Exchange 5.5 consolide des serveurs, ajoute ou supprime des groupes administratifs, ou effectue des opérations de courriel classiques (par exemple, déplacer des boîtes à lettres entre des serveurs, changer des emplacements de bureau, ajouter un nouveau SMTP ou d’autres adresses proxy de courriel), génère un grand nombre de changements d’OAB. Par voie de conséquence, le seuil par défaut de 12,5 pour cent sera facilement dépassé, entraînant de nombreuses requêtes des clients pour obtenir des copies complètes de l’OAB et donc une forte sollicitation des serveurs. Les petites entreprises génèrent de petits OAB et donc leurs serveurs risquent moins d’être affectés, mais les grands comptes ont été échaudés et sont par conséquent moins enclins à déployer Outlook 2003 en Cached Mode.

Microsoft a répondu en introduisant la compression LZX pour accélérer le transfert des données OAB entre serveur et client (les clients utilisent cette même méthode pour télécharger des mises à jour Windows à partir du Web) et un mécanisme appelé Binpatch, qui utilise BDC (Binary Data Compression) pour appliquer des mises à jour aux fichiers OAB des clients. En outre, les clients génèrent désormais leurs propres ordres de tri pour les fichiers ANR et Browse en se fondant sur le paramétrage local du PC au lieu d’être tributaires des paramètres locaux que le serveur supporte. En raison des changements apportés au client, seuls les PC sous Outlook 2003 SP2 peuvent télécharger et utiliser les fichiers OAB v4. Les clients sous Outlook 2003 ou Outlook 2003 SP1 continueront à utiliser le format OAB v3a.

Pendant la génération d’OAB, les serveurs SP2 génèrent deux nouveaux fichiers appelés Binpatch.oab et Data.oab et les stockent dans le dossier public du système OAB v4, comme le montre la figure 2. Chaque fichier Binpatch.oab contient les changements delta provenant de la dernière session de génération d’OAB, ou tout changement apporté au GAL qui s’est produit pendant une journée. Les versions antérieures d’OAB changeaient les fichiers qui contenaient des enregistrements mis à jour complets, même si le changement apporté à l’enregistrement était minime. Mais les nouveaux fichiers contiennent des correctifs binaires que les clients Outlook 2003 SP2 peuvent combiner pour créer un OAB mis à jour. Par exemple, le fichier OAB v3 « full data » que montre la figure 2 est de 66 Mo et la mise à jour du 17 août est de 1003 Ko, tandis que les versions OAB v4 sont de 34 Mo et 239 Ko, respectivement. Il s’en suit qu’Outlook a désormais beaucoup moins de données à télécharger que les versions antérieures.

Microsoft s’attend à ce que le nouveau format OAB et les correctifs SP2 réduisent considérablement le nombre de fois où un client demandera un téléchargement complet d’OAB. Désormais, les téléchargements complets ne devraient survenir que quand les fichiers OAB n’existent pas sur un client, quand les fichiers sont corrompus, ou quand le client n’a pas téléchargé de mises à jour depuis plus d’un mois. Il faut mentionner un petit inconvénient : s’il est vrai que le nouveau format réduit la charge du serveur, il alourdit en contrepartie la tâche du client qui doit décompresser et appliquer les fichiers de correctifs binaires. Si votre PC est déjà surchargé, il n’appréciera pas le surcroît de travail et vous constaterez un ralentissement pendant le traitement d’OAB.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010