> Sécurité > L’enseignement sous-estime le coût des cybermenaces !

L’enseignement sous-estime le coût des cybermenaces !

Sécurité - Par Sabine Terrey - Publié le 26 septembre 2019
email

Ce coût s’élève à 6,7 millions d’euros par an. Les universités subissent plus de cinq cyberattaques dévastatrices par semestre, pas de doute le secteur de l’éducation devient une cible prioritaire …

L’enseignement sous-estime le coût des cybermenaces !

Investir dans la sécurité

Le secteur de l’enseignement est durement touché par les cyberattaques puisque 86 % des établissements ont été victimes de cyberattaques DNS ayant échappé au contrôle des équipes de sécurité l’année dernière, ce qui en fait le deuxième secteur le plus touché après les administrations.

Ce secteur n’investit toujours pas dans sa propre sécurité, pour preuve

  • les établissements ont subi en moyenne 11 attaques l’année dernière
  • chacune a coûté 615 000 euros soit un coût annuel de 6,7 millions d’euros

 

Des attaques de phishing 

La moitié des attaques DNS subies l’année dernière étaient des attaques de phishing. Les effets sont dévastateurs :

  • arrêt des applications internes (66%)
  • compromission de sites Web (50 %)

 

ce qui est bien supérieur à la moyenne mondiale des établissements confrontés à ce problème (45 %).

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment protéger les données Microsoft Office 365 ?

Comment protéger les données Microsoft Office 365 ?

Savez-vous quelles sont les causes les plus fréquentes de perte de données dans Office 365 et pourquoi il ne faut pas compter seulement sur la Corbeille ou sur One Drive ? Découvrez, dans ce livre blanc Carbonite, quelles sont les mesures et les solutions qui permettent de garantir la protection des données Office 365.

Des méthodes intelligentes et innovantes

Pour protéger les informations personnelles sensibles et confidentielles des étudiants et des enseignants, des contre-mesures doivent être mises en prises. Les établissements essaient de limiter les attaques en arrêtant les serveurs et les services et en arrêtant les connexions et les processus concernés.

Se tourner vers une solution de surveillance DNS, d’analyse et d’information sur les menaces permet d’anticiper les menaces et mettre en quarantaine les attaques sans déconnecter les serveurs.

Le retard s’accumule par rapport aux sur les secteurs de la santé et de la distribution …

  • 22 % privilégient la surveillance et l’analyse du trafic DNS pour respecter les réglementations relatives aux données
  • 8%  seulement adoptent l’automatisation de la gestion des règles de sécurité

 

 Rapport EfficientIP Global DNS Threat Report 2019 & IDC –  900 experts sécurité – Amérique du Nord, Europe et Asie-Pacifique

Sécurité - Par Sabine Terrey - Publié le 26 septembre 2019

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT