> Enjeux IT > Les années folles des données : place au stockage rapide et unifié en mode fichier et objet !

Les années folles des données : place au stockage rapide et unifié en mode fichier et objet !

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 28 mars 2022
email

En pleines « années folles » des données, un stockage rapide et unifié en mode fichier et objet devient nécessaire. Gabriel Ferreira, directeur technique France de Pure Storage nous explique pourquoi.

Les années folles des données : place au stockage rapide et unifié en mode fichier et objet !

Cette décennie s’annonce comme celle des « années folles » des données non structurées, qui affichent désormais, selon Gartner, un taux de croissance de 30 % par an, de sorte que leur volume total aura presque quadruplé d’ici 2026. Si cette expansion représente déjà un défi en soi, les données non structurées en présentent d’autres, comme leur taille très variables et leur stockage sous forme de fichiers ou d’objets – nécessitant donc des performances de stockage considérables. Ces paramètres ont donné naissance à une nouvelle catégorie de solutions : le stockage rapide et unifié en mode fichier et objet.  

Stockage de fichiers et objets rapide : pourquoi ce et ?

L’ajout du stockage objet rapide est une innovation fondamentale. Longtemps, le stockage de fichiers a été l’option la plus courante, avec une montée en puissance des capacités et des performances sur les serveurs en réseau (NAS) scale-out au cours de ces dernières décennies, afin de prendre en charge les données non structurées.

Mais les systèmes de stockage objet sont également très populaires, notamment en raison d’Internet et de l’essor du cloud, puisque les deux concernent les mêmes types de contenus. Cependant, les premiers s’appuient sur des systèmes de répertoires hiérarchiques, tandis que les seconds utilisent une structure « horizontale », avec des objets affectés à un identificateur propre.

Par le passé, le stockage objet était la forme de stockage la moins performante, et constituait une catégorie à part. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, car les clients ont besoin de compulser des quantités considérables de données non structurées qui peuvent être au format objet aussi bien que fichier. De ce fait, on constate l’émergence de solutions de stockage ultraperformantes, qui combinent l’accès aux fichiers et aux objets.

Gabriel Ferreira

Avantages du stockage rapide et unifié en mode fichier et objet

De leur création aux différentes étapes de leur cycle de vie, les données non structurées peuvent résider dans de nombreux emplacements et prendre de nombreuses formes. Ces derniers sont très différents des anciennes bases de données avec systèmes ERP intégrés, où les données étaient générées et conservées en interne.

Les solutions de stockage rapide et unifié en mode fichier et objet qui émergent aujourd’hui sont capables de gérer des formats de fichiers NFS (systèmes de fichiers en réseau) et SMB (blocs de messages serveur) conformes à la norme POSIX et adaptés à la façon dont de nombreuses applications professionnelles existantes sont codées.

Mais elles peuvent également prendre en charge des données non structurées dont le format d’accès (en mode objet) tient au fait qu’elles sont natives dans le cloud (Amazon S3, par exemple). Le stockage rapide et unifié en mode fichier et objet est également fait pour fonctionner dans le cloud hybride, avec des données non structurées susceptibles de migrer entre des emplacements sur site et dans le cloud.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Travail hybride : 5 enjeux de mise en œuvre

Travail hybride : 5 enjeux de mise en œuvre

Pour rendre le travail hybride évolutif et durable pour la nouvelle ère, directions IT et Métiers doivent résoudre de nombreux défis. Bénéficiez d'un guide complet pour élaborer et exécuter une stratégie de Workplace capable de connecter et responsabiliser les employés pour créer un lieu de travail adaptable, robuste et résilient.

Répondre aux attentes et besoins des entreprises via le stockage

Pourquoi les clients ont-ils intérêt à opter pour une solution de stockage rapide et unifié en mode fichier et objet ? En premier lieu, pour des raisons de capacités. Une solution de stockage doit pouvoir s’adapter aux besoins ; pour de nombreuses entreprises, cela inclut des données non structurées. Ces ensembles de données peuvent être gigantesques, parfois de l’ordre de plusieurs pétaoctets, à l’image des quantités de fichiers image ou des agrégats de fichiers divers dans les sauvegardes d’une entreprise.

Ensuite, parce qu’ils doivent pouvoir accéder à un stockage en mode fichier et objet qui prend en charge les principaux protocoles (NFS et SMB pour les fichiers, S3 pour les objets).

Enfin, parce que la solution doit être conçue pour un accès rapide et un haut débit. Une faible latence – en particulier en lecture – est un prérequis sur un stockage prenant en charge l’IA ou l’apprentissage automatique, à l’image du domaine de l’imagerie médicale. Cela implique d’opter pour un stockage 100 % flash, qui offre un accès rapide basé sur des semi-conducteurs, couplé à un profil de coûts proche de celui d’un disque mécanique pour des performances de lecture séquentielles.

Cependant, une faible latence d’accès doit être couplée à un débit élevé. Le stockage des données non structurées nécessite – lors de la restauration de sauvegardes après une attaque de ransomware, par exemple – un accès simultané à un très grand nombre de fichiers ou d’objets, qui se mesure en To par heure. Les entreprises recherchent des débits approchant de 300 To par heure.

Alors que les entreprises s’engagent dans les « années folles » du stockage de données, leur besoin en solutions de stockage rapide et unifié en mode fichier et objet, conçues pour gérer de grandes quantités de données non structurées, ne va faire qu’augmenter. Grâce à ces solutions, elles bénéficieront de performances exceptionnelles pour les formats de données qui domineront les applications d’analyse, de traitement des vidéos et des images, ainsi que de protection des données.

 

 

Enjeux IT - Par Sabine Terrey - Publié le 28 mars 2022