> Tech > Les API à  l’oeuvre – avec des JOBS

Les API à  l’oeuvre – avec des JOBS

Tech - Par Carsten Flensburg - Publié le 24 juin 2010
email

Il n’est pas si facile de mettre les API au travail. En effet, elles renvoient des données en différents formats, par diverses méthodes, et certaines API ont des listes de paramètres complexes. En outre, il n’est pas toujours facile de percevoir immédiatement le sens d’un message d’erreur. Cependant, au fur et à mesure que vous gagnerez en expérience, vous saurez où commencer à chercher l’information et comment régler les difficultés en cours de route.En particulier, les API Open List offrent de riches fonctions et des paramètres de filtrage nombreux et efficaces, qui vous permettent de braquer le projecteur sur le sous-ensemble exact d’entrées de liste que votre programme ou utilitaire vise. Ces API ont aussi un paramètre d’information de tri, permettant de trier la liste obtenue d’après tous les critères imaginables. Mieux encore, vous pouvez spécifier quels champs l’API devrait renvoyer dans ces paramètres de données de renvoi, pour lui éviter de gaspiller des cycles de CPU à extraire des informations sans intérêt. Finalement, les API Open List peuvent construire la liste ouverte de manière asynchrone en arrièreplan. Vous pouvez donc démarrer le traitement de la liste avant qu’elle soit terminée, afin que la construction et le traitement de la liste aient lieu en parallèle, pour accélérer l’ensemble du processus.

A l’origine, IBM a créé les API Open List pour supporter des applications client/serveur et elle s’est efforcée de les rendre aussi souples et fonctionnelles que possible. System i Navigator est un exemple d’application client qui bénéficie des API Open List. (Il est important de noter que, avant la release V5R3, les API Open List faisaient toutes partie de Host Server (5722-SS1 option 12) du système d’exploitation et étaient situées dans la bibliothèque QGY. A partir de la V5R3, les API Open List ont été intégrées dans l’OS de base. Si vous travaillez sur une version V5R2 ou antérieure, vous pouvez utiliser la commande Display Software Resources (DSPSFWRSC) pour vérifier que l’option 12 est installée.)

Autre exemple, la commande Work with Jobs (WRKJOBS), que j’utilise ici pour vous faire couvrir les étapes nécessaires pour mettre l’API Open List of Jobs (QGYOLJOB) au travail. (Pour une liste des sources utilisées pour créer la commande WRKJOBS, voir l’encadré « Spécification des sources »).

Les API à  l’oeuvre – avec des JOBS

La figure 1 montre la liste de paramètres de l’API QGYOLJOB, telle qu’elle est documentée à l’Information Center d’IBM (publib.boulder.ibm. com/infocenter/iseries/v5r3/topic/apis/ qgyoljob. htm). La commande WRKJOB utilise le groupe de paramètres requis et le groupe de paramètres facultatifs 1. Le groupe de paramètres facultatifs 2 n’est pertinent que si vous voulez spécifiquement extraire des données statistiques de performances pour les jobs actifs. Par conséquent, je laisserai ces paramètres à l’écart dans cet article. La figure 2 affiche le prototype d’API QGYOLJOB avec l’appel d’API réel pour montrer les paramètres et leur interrelation. Pour illustrer l’interrelation entre les paramètres, j’ai groupé les 14 paramètres de l’appel d’API QGYOLJOB. Ce groupage n’a rien à voir avec les groupes de paramètres requis et facultatifs dans la documentation d’IBM. L’intention est simplement de présenter sous une forme facilement compréhensible la liste de paramètres plutôt complexe.

Examinons les paramètres de A en figure 2. OLJB0200 est la structure de données (figure 3) renvoyée par l’API QGYOLJOB. Le deuxième paramètre est une expression qui passe la taille de la structure de données OLBB0100 à l’API afin qu’elle sache quelle quantité de stockage elle peut adresser en toute sécurité. Sur la définition de structure de données j’ai spécifié une longueur accordant un espace supplémentaire pour que l’API renvoie les données de clé (attributs de job supplémentaires) définies par le paramètre KeyInf (que j’expliquerai plus loin).

Enfin, le troisième paramètre donne à l’API le nom de format et la structure de données. Le paramètre nom de format permet à IBM de développer différents ensembles d’information de renvoi, en termes d’extension et de type et, tout aussi important, d’ajouter de nouveaux formats pour préserver l’avenir.

Les deux paramètres en B spécifient la structure de données de clé de champ et sa longueur, respectivement. On l’a vu, pour certains formats de renvoi tels que OLJB0200 qui lui-même a un format prédéfini, vous pouvez spécifier en plus un certain nombre d’identificateurs de champs (clés de champs) pour composer un ensemble variable d’attributs de jobs répondant à vos exigences.

Pour chaque clé spécifiée en E, l’API QGYOLJOB renverra l’attribut de job associé dans une structure de données (figure 4), en définissant les métadonnées de l’attribut de job et le décalage du début de la structure de données OLJB0200 à la valeur d’attribut. Comme on l’a dit plus haut, les valeurs d’attributs sont renvoyées immédiatement après la part fixe de la structure de données OLJB0200.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Quel est l'état de l'art des solutions de Endpoint Security et les perspectives associées à leur utilisation ? Comment garantir la sécurité des environnements sensibles en bloquant au plus tôt les cyber attaques sophistiquées, avant qu’elles n'impactent durablement vos environnements de travail ?

Tech - Par Carsten Flensburg - Publié le 24 juin 2010