> Tech > Les fournisseurs de matériels se préparent à  conquérir le marché du middleware

Les fournisseurs de matériels se préparent à  conquérir le marché du middleware

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Cheryl Ross
Selon les experts, la bataille qui se livre sur le marché des serveurs applicatifs Web se résume rapidement à  la possession ou non du matériel.

Les fournisseurs de matériels se préparent  à  conquérir le marché du middleware

  Voilà  deux ans, plus de 30 éditeurs de logiciels se disputaient la domination du marché des serveurs applicatifs Web, alors naissant. WebSphere d’IBM avait très peu évolué à  partir des applications développées l’année d’avant pour les Jeux Olympiques de Nagano ; J2EE n’était qu’un éclair dans l’oeil de Sun et une poignée de fournisseurs dont BEA, Bluestone et Novera se disputaient les clients.

   Le décor a rapidement évolué, aujourd’hui, deux acteurs dominants ont vaincu la plupart de leurs concurrents plus faibles. BEA a rapidement hissé WebLogic à  la première place du marché. En même temps, WebSphere d’IBM jaillissait de l’arrière pour disputer la première place, tout en menant la charge qui façonnera le marché pour demain, d’après Forrester Research.

  Cette forte tendance de façonnage du marché découle de l’union entre le serveur applicatif Web et le matériel et le système d’exploitation sous-jacents, déclare Joshua Walker, analyste senior de Forrester.

  Les autres fournisseurs de matériels et de systèmes d’exploitation ont tardé à  percevoir cette tendance, mais ils essaient de rattraper le retard. Sun s’est associé à  Netscape en 1999 pour transformer le serveur d’entreprise de Netscape en iPlanet et, pas plus tard que cette année, Hewlett-Packard a acheté Bluestone pour acquérir sa suite de middleware d’entreprise.

  Tandis que les fournisseurs de matériels n’attachent que peu d’importance à  la promesse de J2EE d’ « agnosticisme » vis-à -vis des plates-formes, selon Walker, tous essaient de doper les performances et les ventes de leur middleware en l’optimisant pour un ou plusieurs systèmes d’exploitation. C’est une technique très efficace pour dissuader les clients d’acheter du middleware à  quelqu’un d’autre. « Quand les gens voient que WebSphere est livré entièrement réglé pour le système d’exploitation de l’AS/400, ils commencent à  s’intéresser à  cet aspect par rapport à  l’utilisation de BEA » déclare Walker.

  La triade de fournisseurs de middleware affilié au matériel écartera efficacement les éventuels concurrents restants auxquels il manque « un fournisseur de système comme canal ou comme point d’intégration » déclare Patrick Dorsey, marketing manager d’iPlanet. Cela laissera BEA comme le soldat de fortune dévoyé qui devra de plus en plus séduire des clients des trois autres, déclare Walker.

   BEA elle-même a atteint sa position actuelle sur le marché en coopérant avec Sun et Oracle pour pousser la combinaison de bases de données WebLogic/Solaris/Oracle comme standard pour le développement Internet. Mais ce filon est en cours d’assèchement dès lors qu’iPlanet monte en puissance et commence à  recevoir un traitement préférentiel de Sun, déclare Stefan Van Overtveldt, program director d’IBM pour le marketing technique de WebSphere.

   Le meilleur pari de BEA pour survivre à  long terme consiste à  s’accrocher à  un ou plusieurs fournisseurs de matériels non affiliés, déclare Walker, plus précisément Dell et Compaq. Avec sa réputation de leader du marché, BEA peut négocier le prestige de sa marque dans une étroite relation avec ces fournisseurs, déclare-t-il. En fait, les serveurs PowerEdge de Dell sont déjà  livrés avec WebLogic. Toutefois, Walker pense que BEA hésitera à  conclure un accord aussi exclusif par crainte de mettre en péril son canal de ventes classique, Solaris.

   De son côté, BEA considère que le fait de n’être inféodé à  aucun fournisseur de matériel « plaide énormément en notre faveur, comme ç’a été le cas en faveur d’Oracle sur le marché des bases de données » déclare John Kiger, directeur marketing de BEA. « Cet état de fait donne à  nos clients l’assurance que leur plate-forme est indépendante vis-à -vis du matériel, du système d’exploitation et de la base de données, et qu’ils ne font allégeance à  aucun fournisseur. Nous fonctionnons aussi bien sur du matériel IBM, sur du matériel SUN, sur de nombreuses formes de solutions de type Intel, jusqu’aux AS/400 et aux mainframes. Personne d’autre ne peut en dire autant. »

   Mais BEA appuie son pari sur le fait que les clients veulent une fonction pour systèmes d’exploitation hétérogènes, déclare Walker. Tandis que Forrester, de son côté, s’attend à  ce que le middleware s’amalgame au système d’exploitation.

   Il reste à  voir si l’indépendance de BEA l’emportera face à  un marché de serveurs applicatifs Web de plus en plus partisan. « Il leur faudra être aussi volontaires et capables que l’était Oracle » déclare John Capobianco, general manager de la division middleware d’HP, « parce que, si l’on y réfléchit bien, il n’y en a pas beaucoup d’autres qui ont réussi ».

Cheryl Ross – News Editor

Téléchargez cette ressource

Microsoft 365 : HP Subscription Management Services en détail

Microsoft 365 : HP Subscription Management Services en détail

Collaboration à distance, environnements de travail et productivité optimisés, gestion évolutive des licences, accélérez la transformation de votre business pour le faire entrer dans l’ère de la collaboration hybride. Découvrez comment le service de gestion des abonnements HP peut vous aider à optimiser vos investissements et votre stratégie de gestion de vos abonnements Microsoft 365.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT