> Tech > Les outils d’intégration

Les outils d’intégration

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Il n'existe pas de middleware universel, capable d'intégrer n'importe quel ensemble d'applications. Bien qu'elles aient une grande richesse, des solutions d'intégration comme WebSphere d'IBM et M3 de BEA ont de nombreuses limitations, à  commencer par l'absence de moteur de workflow. Intégrer des applications exige donc une boîte à  outils et

du travail sur-mesure. Et ces outils ne peuvent être de simples outils de développement : ils doivent supporter l’intégration, en rendant la mise en oeuvre des middlewares aussi simple et transparente que possible.Ils doivent pouvoir créer facilement des interfaces avec des applications sous moniteur transactionnel, avec des applications client-serveur de base de données et avec des workflows de bureautique. Ils doivent aussi supporter l’interopérabilité par messages XML et l’utilisation de composants logiciels prêts à  l’emploi. La boîte à  outils doit permettre de créer des interfaces utilisateur utilisant des fenêtres aussi bien que des pages HTML. Elle doit permettre de décrire la logique applicative avec un langage de programmation aussi bien qu’avec un langage de règles. L’utilisation de règles sous forme de scripts, invoqués depuis une page HTML ou depuis un moteur de workflow, offre une souplesse d’évolution bien plus grande que du code de programme.Les applications créées avec ces outils doivent permettre l’accès par le Web, la coopération de multiples serveurs et une bonne montée en charge. Elles doivent aussi être faciles à  déployer et à  redéployer. On doit pouvoir démarrer, par exemple, avec une configuration de serveurs intégrant un mainframe, un AS/400 et un système UNIX. On doit pouvoir, ensuite, évoluer de manière très simple vers un doublement de certains serveurs pour répartir la charge et l’ajout de nouveaux serveurs offrant des services supplémentaires. Ces évolutions ne doivent pas nécessiter de récriture de code : la boîte à  outils doit pouvoir générer automatiquement le middleware adapté à  toute configuration définie. Une telle souplesse n’est pas un rêve inaccessible : on peut, aujourd’hui, développer des applications indépendamment de la configuration de déploiement, et les redéployer sur une nouvelle configuration en quelques heures : un outil comme Forté le permet.
Enfin, les applications créées doivent pouvoir être faciles à  intégrer avec des outils d’exploitation pour garantir aux utilisateurs une bonne qualité de service.

Téléchargez gratuitement cette ressource

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

Comment faire évoluer son patrimoine IBMi en le rendant Cloud compatible ? Comment capitaliser sur des bases saines pour un avenir serein ? Faites le point et partagez l'expertise Hardis Group et IBM aux côtés de Florence Devambez, DSI d'Albingia.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010