> Cloud > Microsoft joue la carte du Cloud hybride

Microsoft joue la carte du Cloud hybride

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 03 février 2014
email

Il y a du nouveau à la tête de la division Cloud de Microsoft France.

Microsoft joue la carte du Cloud hybride

Depuis la rentrée, Anne-Lise Touati remplace Jérôme Trédan, aujourd’hui responsable du segment SMB. Bien que l’informatique en nuage prenne de plus en plus de place dans les entreprises, la nouvelle directrice souligne l’importance de laisser le choix au client. Cloud et on-premise peuvent coexister.

iTPro.fr : Vous dirigez la division Cloud de Microsoft depuis trois mois. Où se situent vos priorités et quelle est la stratégie globale sur l’informatique en nuage ?

Anne-Lise Touati : L’axe principal est d’installer Microsoft comme le partenaire privilégié des sujets cloud et notre stratégie pour cela, repose sur notre capacité unique à fournir du Cloud sur mesure. Cette dimension est illustrée par nos récentes annonces de solutions disponibles aussi bien dans les datacenters de nos clients qu’à travers le Cloud public. Nous permettons à l’entreprise d’aller à son rythme vers le Cloud avec des technologies qu’elle maîtrise. Grâce à System Center, elle peut administrer l’ensemble des services, qu’ils soient dans le cloud public, chez un hébergeur ou dans leur propre centre de données. Nous avons également annoncé la disponibilité des offres Azure à travers les contrats « Accord Entreprise » des clients et le nouveau modèle de licensing SCE (Server and Cloud Enrollment, ndlr), adaptés à l’ensemble des entreprises qui souhaitent avoir des capacités d’évolution dans le Cloud. Nous apportons ainsi une complémentarité des offres en nuage et on-premise, à la fois en termes de produits mais aussi de contrats.

Quelles sont les principaux axes de développement pour les offres Cloud ?

La priorité est d’accompagner la transformation digitale des entreprises. Deux sujets principaux se dégagent. Le premier est l’évolution vers la mobilité et la gestion de lamultiplicité des devices et des environnements de travail.

Le deuxième axe est celui du Big Data. Un tiers seulement des employés des entreprises ont accès aux solutions de Business Intelligence. Notre objectif est de faire en sorte que chaque salarié puisse accéder aux informations dont il a besoin, qu’il s’agisse de données internes ou externes à l’entreprise. Avec HD Insight, nous pouvons démocratiser l’utilisation d’Hadoop.

En quoi les solutions Microsoft se distinguent-t-elles des autres acteurs sur le marché ?

Notre spécificité réside dans notre modèle hybride. Lorsqu’une entreprise souhaite refondre son environnement de travail aujourd’hui, la première question sera de déterminer ce qu’elle va garder en interne et ce qu’elle va mettre dans le Cloud. C’est une équation qui prend en compte le type de population concernée, les contraintes budgétaires, les besoins de sécurité et d’agilité,… Et ce qui est intéressant, c’est que nos clients font des choix différenciés. La richesse de notre offre est de pouvoir capitaliser sur les mêmes technologies tout en laissant le choix du mode de déploiement. Certains vont garder une partie de leurs outils de communication et de collaboration en interne et en déployer une autre dans Office 365. Certains administrateurs utilisent System Center pour les équipes internet et Windows Intune pour le réseau de franchisés.

Le niveau de fonctionnalités des applications est-il identique dans le Cloud ?

Absolument. Nous avons cette capacité de proposer un Cloud hybride et sur-mesure, et nous sommes les seuls à avoir une offre aussi large qui couvre l’intégralité du système d’information de l’entreprise : poste de travail, plateforme applicative, ERP, messagerie et collaboration.

Les revenus des offres Cloud vont-ils un jour dépasser ceux des licences traditionnelles ?

C’est dans l’air du temps. C’est une tendance importante annoncée par les différents analystes. Nous l’espérons car le Cloud est un accélérateur dans la transformation digitale. Dépenser les deux tiers de son budget IT dans l’exploitation des systèmes en place est un frein à l’innovation et à la transformation. Il faut pouvoir faire en sorte qu’à budget égal, l’entreprise puisse créer de l’innovation. Le jour où le curseur passera effectivement du côté des offres Cloud, c’est que nous aurons réussi à accompagner nos clients dans cette transformation.

Quel a été l’impact de l’affaire Prism sur le business de Microsoft ?

Chaque fois que l’on aborde la question du Cloud public avec des clients, nous abordons les questions de la sécurité, de la réversibilité ou de la localisation des données. Il n’y a rien de nouveau là-dedans. Nous réalisons depuis toujours des ateliers avec les équipes en charge de la sécurité ou de la réglementation,… Une fois tous les sujets abordés et expliqués, nous arrivons toujours à conclure favorablement la discussion. Depuis Prism, cela peut juste prendre une peu plus de temps parfois. Mais cette affaire ne constitue pas une remise en question majeure de la façon dont on gère les choses.

Téléchargez gratuitement cette ressource

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

Découvrez SMART DSI, la nouvelle revue du Décideur IT en version numérique. Analyses et dossiers experts pour les acteurs de la transformation numérique de l'entreprise, Gagnez en compétences et expertise IT Professionnelle avec le contenu éditorial premium de SMART DSI.

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 03 février 2014