> Mobilité > OpenTrust ou la signature sur tablette en mode déconnecté

OpenTrust ou la signature sur tablette en mode déconnecté

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 24 juin 2014
email

La signature sur tablette ou smartphone en mode déconnecté est une véritable innovation pour les entreprises qui souhaitent réaliser leurs activités de façon numérique de bout en bout.

OpenTrust ou la signature sur tablette en mode déconnecté

La signature électronique prend de plus en plus d’importance notamment grâce au développement de solutions Cloud. Le concept de tablette pour la contractualisation connaît un grand succès (support d’aide à la vente, situation de nomadisme).

OpenTrust, spécialiste de l’authentification forte et de la signature électronique, a inventé le premier système de signature sur tablette ou smartphone en mode déconnecté (asynchrone) qui offre les mêmes garanties légales qu’une signature manuscrite. La signature off line sur tablette répond à aux besoins de souplesse, de rapidité d’exécution des transactions, et de réduction des coûts, elle permet de signer à tout moment et partout même s’il n’y a pas de réseau.

Par ailleurs, OpenTrust a vu sa dernière innovation récompensée par un Trophée de la Confiance Numérique, catégorie Innovation. « La solution de signature off line sur tablette d’OpenTrust est une nouvelle étape pour simplifier la vie de l’utilisateur qui n’a plus à se soucier de la disponibilité du réseau pour conclure sa transaction. L’innovation s’inscrit dans le respect des règles juridiques qui régissent la signature électronique en Europe. L’ensemble des étapes de la signature est garanti par notre rôle de Tiers de Confiance » déclare Michaël Lakhal, Responsable Marketing Produit Signature Electronique d’OpenTrust.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Protection des Données : Le Guide IT Expert

Protection des Données : Le Guide IT Expert

Le TOP 10 des meilleures pratiques, processus et solutions de sécurité pour mettre en œuvre une protection efficace des données et limiter au maximum les répercutions d’une violation de données.

Mobilité - Par Sabine Terrey - Publié le 24 juin 2014