> Tech > Optimisation des performances pour les VM

Optimisation des performances pour les VM

Tech - Par iTPro - Publié le 26 mars 2012
email

J’ai lu plusieurs articles laissant entendre que l’Analyseur de performances (Performance Monitor) est inutile dans un environnement virtualisé. Je peux comprendre pourquoi certaines personnes ont le sentiment qu’il est devenu un outil obsolète.

Le problème tient au fait que l’hyperviseur fausse le travail des compteurs. En effet, les hyperviseurs implémentent la virtualisation de telle sorte que chaque serveur virtuel croit qu’il s’exécute sur du matériel physique. Une VM n’est pas consciente des autres VM s’exécutant sur l’hôte. L’OS au sein d’un serveur virtuel n’a également pas conscience de l’hyperviseur sous-jacent.

Autrement dit, lorsque vous exécutez l’Analyseur de performances au sein d’une VM, il n’analyse pas les ressources matérielles réellement disponibles, mais plutôt les ressources allouées au serveur virtuel.

Le même phénomène peut aussi se produire au niveau de l’OS hôte. La majorité des produits de virtualisation sur le marché utilisent un hyperviseur sans système d’exploitation, mais Windows Server 2008 et Windows Server 2008 R2 peuvent être configurés de sorte que Hyper-V s’exécute en tant que service par-dessus un OS Windows Server complet. Dans ces types d’environnements, vous pensez obtenir une évaluation précise de l’utilisation globale du matériel en exécutant l’Analyseur de performances au sein de l’OS hôte, mais il n’en est rien. Au final, c’est l’hyperviseur (Hyper-V) et non l’OS hôte qui contrôle l’allocation des ressources. En tant que tel, l’OS hôte est incapable de voir les ressources allouées aux VM et il souffre donc de la même vue limitée des composants matériels du serveur que les VM.

Comme indiqué précédemment, cela ne signifie toutefois pas que l’Analyseur de performances soit devenu complètement obsolète. Il peut continuer à vous rendre de bons et loyaux services, à condition de changer légèrement son mode d’utilisation.

Une raison explique ce rôle toujours pertinent de l’Analyseur de performances sur une VM : l’hyperviseur est configuré pour allouer certaines ressources à la VM et celles-ci demeurent constantes, à moins de modifier la configuration au niveau de l’hyperviseur. Même si l’Analyseur de performances voit uniquement les ressources allouées à la VM dans laquelle il s’exécute, il demeure un outil de référence tant que les ressources matérielles allouées ne varient pas.

Par exemple, supposons que vous souhaitiez optimiser un serveur de fichiers virtualisé. Vous pouvez commencer par exécuter l’Analyseur de performances afin de voir le mode d’utilisation des ressources de processeur, de mémoire, de réseau et de stockage disponibles. Les résultats initiaux documentés serviront ensuite de point de référence pour comparer de futurs relevés de l’Analyseur de performances après le début du travail d’optimisation.

Dans ce contexte, quels types d’approche sont envisageables pour optimiser une VM ? Une des mesures les plus importantes peut consister à désactiver les services inutiles et à supprimer les applications non indispensables. Cela réduit la consommation des ressources de la VM et renforce, en outre, la sécurité par une réduction de sa surface d’attaque.

Si possible, vous pouvez aussi envisager d’exécuter des OS Server Core au sein de vos VM. Les OS Server Core ne conviennent pas à tous les serveurs, mais ils consomment moins de ressources qu’une installation Windows Server complète comparable.

Si vous avez le choix entre des systèmes d’exploitation 32 bits et 64 bits sur vos serveurs virtuels, privilégiez systématiquement la deuxième option. En effet, des OS 64 bits délivreront des performances supérieures sur un serveur virtuel. J’ai également vu des situations où l’exécution d’un système d’exploitation Windows 32 bits par-dessus certains hyperviseurs entraîne des problèmes de corruption du Registre sur les machines invitées.

Après avoir défini une référence et optimisé vos VM, vous allez peut-être constater qu’il faut allouer des ressources supplémentaires à une ou plusieurs d’entre elles. De la même façon, après l’optimisation des VM, vous allez peut-être remarquer qu’il est possible de récupérer certaines ressources matérielles allouées. Dans un cas comme dans l’autre, il est important de rappeler que la modification de l’allocation des ressources invalide les données de référence de l’Analyseur de performances. Pour toute optimisation supplémentaire au niveau VM, commencez par collecter de nouvelles données de référence.

Autre aspect important à noter, l’analyse des performances au sein d’une VM est valide tant que les ressources allouées à celle-ci sont constantes. En cas de surallocation de ressources de processeur ou de mémoire, les données d’analyse de performances risquent d’être incohérentes du fait de la charge créée par d’autres serveurs virtuels.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par iTPro - Publié le 26 mars 2012