> Tech > Personnaliser et étendre UML

Personnaliser et étendre UML

Tech - Par iTPro - Publié le 13 décembre 2010
email

La dernière version d’UML tend vers davantage d’automatisation tout en conservant un haut degré de généralité. La stratégie d’IBM suit l’approche MDA dans laquelle vous utilisez d’abord UML pour définir un PIM (Platform Independent Model) d’un système ou application. Ensuite, par des processus automatisés et manuels, vous créez un

Personnaliser et étendre UML

PSM (Platform Specific Model) qui, en théorie, a la même information que la mise en oeuvre de l’application en Java ou autre langage. Le PSM peut ensuite être traduit en une application exécutable.

A propos de MDA et d’UML, il faut bien voir qu’UML ne se limite pas aux diagrammes familiers. Vous pouvez définir des profils pour personnaliser et étendre UML, avec certaines limitations, pour supporter des domaines d’applications particuliers. Un profil peut contenir un ou plusieurs stéréotypes, lesquels ajoutent des propriétés spécifiques aux domaines et aux artéfacts définis par UML. UML fournit de quoi décrire les actions, mais laisse ouvert le langage d’action spécifique. Enfin, tout en haut du MDA de l’OMG, on trouve le standard MOF (Meta Object Facility), qui fournit « un cadre et des services de gestion de métadonnées ». OMG a utilisé MOF pour définir UML comme le langage de modélisation principal mais, en théorie, d’autres langages définis par MOD pourrait être con – formes à MDA.

Mais, dans la pratique, est-ce que le développeur d’applications System i moyen est susceptible d’utiliser MOF ou de créer des profils originaux, des stéréotypes ou des langages d’action, et est-ce que les traducteurs sont susceptibles de générer du code à partir de cela ? J’en doute.

Pour des raisons pratiques, la plupart des groupes de développement devront compter sur IBM ou sur un autre fournisseur pour fournir l’outillage de développement d’applications avec une collection complète, utile et facilement adoptable de ces divers éléments. Et au moment où un fournisseur particulier aura pris la myriade de décisions à propos de la conception des profils, des stéréotypes, des langages d’action et autres, le résultat effectif sera un environnement de développement d’applications propriétaires. Bien entendu, un environnement complètement conforme à MDA peut être capable d’exporter des définitions de modèles en format XML standard que d’autres outils conformes à MDA pourront lire et introduire dans leurs référentiels, mais cela ne signifie pas que l’outil d’un fournisseur permettra forcément à un développeur de manipuler tous les éléments d’un modèle créé avec l’outil d’un autre fournisseur.

Bien qu’IML fournisse un langage polyvalent unique au coeur de la stratégie IBM et OMG MDD, au moment où un générateur d’applications pratique sera délivré, il est probable qu’il présentera de nombreux aspects propriétaires. Les questions suivantes continuent à se poser : UML est-il le meilleur point de départ pour un langage de modélisation suffisamment simple et expressif pour convenir à des types d’applications de gestion particulières ? L’outillage basé sur MDA d’IBM et d’autres fournisseurs sera-t-il largement utilisé ?

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par iTPro - Publié le 13 décembre 2010