> Tech > Les prérequis au support d’Unicode

Les prérequis au support d’Unicode

Tech - Par iTPro - Publié le 05 décembre 2012
email

Pour supporter directement Unicode dans un environnement d'impression, il faut utiliser une police TrueType.

Pour accéder aux figures, rendez-vous dans le Club Abonnés.

Les polices TrueType sont fournies avec l’option 43 (Additional fonts) du systèmed’exploitation i. Bien que ce ne soit pas strictement nécessaire pour Unicode, notre programme exemple demande aussi que l’option 8 (AFP Compatibility Fonts) soit installée (je reviendrai plus loin et plus en détail sur cette option). Les deux options sont fournies gratuitement avec les CD de votre système d’exploitation i. Si elles ne sont pas présentes sur votre système actuel, installez-les en utilisant GO LICPGM et l’option 11.
Vous allez aussi bientôt créer un fichier d’imprimante qui servira à générer des flux de données Advanced Function Presentation. C’est-à-dire, un CRTPRTF avec DEVTYPE(*AFPDS) spécifié. Si une imprimante de type AFPDS est attachée à votre système, vous pouvez continuer par la section Internationaliser l’application ci-après. En l’absence d’une telle imprimante, je ne vous propose ni d’arrêter la lecture ni d’aller en acheter  une sur le champ, pour finir cet article. Ici, nous utiliserons la fonction host print transform (HPT) du système d’exploitation i pour convertir le fichier de données AFP généré par le fichier d’imprimante en un flux de données ASCII approprié.

HPT peut générer un flux de données ASCII adapté à de nombreuses imprimantes laser et à jet d’encre. C’est d’ailleurs la méthode que j’ai utilisée pour écrire le présent article. En supposant qu’Access for Windows est installé sur votre PC et que vous disposez d’une imprimante all-points-addressable, vous pouvez définir une session d’émulation d’imprimante sur l’IBM i en précisant que le flux de données d’impression devra être transformé en ASCII sur l’hôte. Et cette session d’émulation d’imprimante sera ensuite utilisée pour imprimer une liste de livraison semblable à celle de la figure 3.

La figure 6a et la figure 6b démontrent comment, avec Access for Windows, j’ai défini mon imprimante attachée au PC, une imprimante laser Lexmark, en HPT. Après avoir nommé l’unité Lexmark et coché Printer comme type d’émulation, j’ai ensuite cliqué sur Setup, coché Transform print data to ASCII, et choisi un modèle d’imprimante approprié dans la liste. Résultat : une description d’imprimante créée sur l’IBM i nommée LEXMARK avec les attributs TRANSFORM(*YES) et MFRTYPMDL(*LEXOPTRA). La plupart des produits d’émulation 5250 permettent la définition d’une session d’imprimante, et beaucoup d’entre eux fournissent le support de conversion HPT semblable à celui d’Access for Windows.

À ce stade, créez une session d’imprimante pilotée par HPT pour produire nos listes de livraison. Si vous hésitez sur le modèle d’imprimante à spécifier lors du HPT print data transform, vous pourrez consulter utilement l’article IBM Knowledge Base « Information on Printers from Various Manufacturers » à tinyurl.com/24p6mlg. Vous y trouverez des recommandations sur des dizaines de constructeurs d’imprimantes. Et si vous en êtes à la version V6R1 ou ultérieure, vous verrez aussi qu’IBM a ajouté un wizard de configuration d’imprimante pour vous aider.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par iTPro - Publié le 05 décembre 2012