> Enjeux IT > 2017 : Sur quelles tendances technologiques parier

2017 : Sur quelles tendances technologiques parier

Enjeux IT - Par Loïc Duval - Publié le 05 septembre 2017
email

Le monde change… Vite, trop vite. L’attente est une attitude qu’aucune DSI ne peut s’offrir. Voici ces transformations technologiques à ne pas perdre de vue, en 2017, pour garder l’entreprise sur la voie de la modernité numérique.

2017 : Sur quelles tendances technologiques parier

Il n’est pas facile de suivre le rythme des innovations. Il devient même de plus en plus difficile de savoir se projeter et d’assimiler les concepts imposés par la numérisation et la nécessité de rendre chaque entreprise plus agile. On connaît les trois grandes tendances auxquelles toutes les DSI essayent, chacune à son rythme, de se conformer : Cloud, Big Data, DevOps. Au-delà de ces grands axes s’inscrivent d’autres tendances innovantes qui vont impacter rapidement le fonctionnement des entreprises, leur capacité à communiquer avec leurs clients, leur capacité à prédire les évolutions de leurs marchés, leur capacité à suivre le rythme des nécessaires transformations. Voici quelques sujets phares sur lesquels il faudra, en 2017, réaliser veille, prospection et effort d’anticipation.

Intelligence artificielle à la demande

Le célèbre CES de Las Vegas est toujours un excellent indicateur des tendances. Et si l’on devait retenir un seul et unique mot de la dernière édition, il tiendrait en deux lettres : « IA ». En 2017, nous allons « manger » de l’intelligence artificielle à toutes les sauces. Nul doute que le moindre algorithme de rapprochement de patterns ou de déduction basique sera qualifié d’IA par les départements marketing. On va nous vendre de l’IA comme on nous a vendu du Cloud et du Big Data à tort et à travers.
Au-delà du phénomène « hype », se cache pourtant une vraie réalité. Le Deep Learning autrefois restreint aux centres de recherche d’entreprises comme Microsoft, IBM et Google (dont le Deep Mind a fait les preuves de la supériorité de la machine sur l’homme en battant un champion de Go) est en train de se démocratiser. Et ceci grâce à des API facilement accessibles d’analyses vocales, d’analyses d’images, d’analyses de texte contextuelles.
Bien des entreprises ont en 2016 commencé à découvrir ce que le Machine Learning pouvait leur apporter dans leurs analyses au travers de solutions comme Azure ML, Amazon Machine Learning, ou IBM Watson Analytics (SPSS Modeller). En 2017, c’est un Machine Learning accéléré par des ASICs, des GPUs ou des FPGAs qui va s’imposer dans les Data Centers, notamment au travers des multiples Frameworks désormais à porter de toutes les entreprises (Microsoft CNTK, Caffe, Chainer, Keras, Torch, TensorFlow, Theanos …).
Mais le Machine Learning reste une discipline différente de l’IA au sens large. Elle englobe des sciences cognitives qui, une fois intégrées au cœur des applications, peuvent transfigurer les expériences utilisateurs, les interactions avec les clients mais également ouvrir des champs d’analyse extraordinaire en matière de santé, de surveillance de lieux, de détection des fraudes, de workflows juridiques, de commerce, etc. Bref, il est grand temps pour les DSI de se pencher sur le potentiel de Cortana Intelligence Suite (https://gallery.cortanaintelligence.com/machineLearningAPIs), des Microsoft Cognitive Services (https://www.microsoft.com/cognitive-services/en-us/), des Watson Services (https://www.ibm.com/watson/developercloud/services-catalog.html), des IBM Bluemix Services (https://console.ng.bluemix.net/catalog/?category=watson) et autres HPE Haven OnDeman APIs (https://dev.havenondemand.com/apis). C’est en comprenant et mesurant leur potentiel que les DSI pourront lancer des projets innovants et différenciant exploitant cette IA à la demande simple à mettre en œuvre mais révolutionnaire.L’idée : proposer des interactions plus intuitives avec vos clients et créer des produits et des services cognitifs différenciant et créateurs de valeur.

Assistants virtuels & Chatbots

Évidemment, l’intelligence artificielle et les services cognitifs viennent aussi transfigurer le dialogue homme-machine. Au point que, désormais, on puisse dans certains contextes remplacer l’homme par des intelligences communicantes artificielles, des Chatbots. Ces derniers vont se multiplier en 2017 avec des SDK pour toutes les messageries en vogue : Facebook, Telegram, Kik, WeChat, Viber et bien évidemment Skype. Cela représente plus de trois milliards d’utilisateurs actifs. Or une étude du la société Aspect montrait fin 2016 que 71% des consommateurs américains préféraient résoudre leur problème par eux-mêmes (sans interaction humaine) et que 69% interagissaient déjà au moins une fois par mois avec des Chatbots.
Converser par texte avec des Chatbots « 24/24, 7/7 » devient donc progressivement une pratique ancrée dans les mœurs.
En 2017, les entreprises doivent profiter de la relative simplicité de mises en œuvre de nouveaux SDK (Microsoft Bot Framework, Howdy’s BotKit, Wit.ai) pour réfléchir à l’opportunité de telles intelligences conversationnelles dans leur domaine d’activité : notifications, engagements lors de visite du site Web, supports, réservations, etc. Les champs d’application sont vastes. Mais elles doivent aussi réfléchir à leurs usages internes alors que ces Chatbots commencent à s’imposer dans des outils comme Microsoft Teams (https://msdn.microsoft.com/en-us/microsoft-teams/bots), Yammer, Skype for Business, Facebook Workplace, Slack ou HipChat.
Il est un autre domaine où ces nouvelles interactions, pour ne pas dire ces nouvelles conversations, viennent enrichir la relation entre l’homme et le numérique qui l’entoure. Les assistants virtuels comme Amazon Alexa ou Microsoft Cortana sont des services très ouverts. Il devient dès lors possibles de les intégrer dans vos applications ou vos produits – ne serait-ce que pour bénéficier de leur remarquable reconnaissance vocale – comme en témoigne la multiplicité des lampes, enceintes Bluetooth, aspirateurs-robot et autres gadgets embarquant ces assistants virtuels sur le CES 2017.
Quoiqu’il advienne, 2017 marquera une étape clé, même si nous ne sommes encore qu’au début de ces intelligences conversationnelles. Mais il n’est plus très loin le temps où l’on pourra mener une conversation avec son ordinateur…

Automatisations, Workflows et IoTs

L’automatisation est omniprésente. Elle est la clé du SDI et de l’évolution du DataCenter. Elle est au cœur des processus DevOps. Elle s’étend désormais à tous les métiers, même le marketing (Salesforce Automation, Marketo, Eloqua, Userfox, Outmarket…). Les Chatbots sont d’ailleurs en soi une forme d’automatisation. Et les IoTs sont des composantes essentielles dans toute approche automatisée. Surtout, les DSI vont désormais devoir apprendre à se familiariser avec de nouvelles plateformes de Workflow qui permettent d’assembler les services avec une étonnante simplicité et créer ainsi des automatismes pour servir tous les besoins de l’entreprise : Microsoft Flow (intégré à Office 365), IFTTT, Zapier, Google Apps Script.

Téléchargez gratuitement cette ressource

6 bonnes pratiques de protection des données

6 bonnes pratiques de protection des données

La Datasphere mondiale représente 40 Zo de données créées, dupliquées et enregistrées chaque année. La gestion et le stockage des données deviennent d’autant plus critiques que leur volumétrie ne cesse de croître. Découvrez les meilleures recommandations pour survivre dans l’univers de l’Infinite Data.

Des services sans serveur

Ce sera l’une des grandes tendances de l’année 2017 : le « serverless computing », autrement dit l’informatique sans serveurs. Cette approche micro-services intimement associée au Cloud permet aux développeurs de créer des services sans se soucier d’infrastructure, de déploiement et de problématique de montée en charge. L’idée est de leur permettre de créer le plus simplement et rapidement possible des « fonctions », de les attacher à d’autres exposées via des librairies, et de les exposer sous forme d’APIs au sein d’une plateforme Cloud qui prend tout le reste en charge. Vous gagnez en temps de développement et en simplicité de mise en œuvre sans sacrifier ni la sécurité ni la montée en charge. Les leaders du Serverless Computing se nomment Azure Functions, AWS Lambda, Google Cloud Functions et « Iron.io ».

Windows 10

Voilà une « prédiction » qui peut surprendre. Après tout, Windows 10 a déjà été pour nombre de services informatiques l’un des grands casse-têtes de l’année écoulée. Pourtant 2017 est encore une année charnière pour le système de Microsoft. Voici pourquoi…
* Nombre d’entreprises n’ont pas encore commencé leurs déploiements Windows 10. C’est une étape indispensable : elle affecte la gestion de la mobilité, la gestion des sécurités et les développements internes. En matière de sécurité notamment, la future version « Creators Update » apportera en 2017 des innovations remarquables comme Windows Defender Application Guard (avec une conteneurisation d’Edge) et des améliorations à Windows Information Protection (qui isole les données entreprises des données personnelles), à Windows Defender Advanced Threat Protections (pour détecter et répondre aux attaques réseau) et à Windows Analytics (gestion du parc).
* Les PC hybrides sont aujourd’hui prêts pour l’entreprise. Ils constituent aujourd’hui une réponse viable et fiable à bien des scénarios métiers. Qu’ils soient des PC à écran rotatifs ou des « 2 en 1 » à écran détachable, ils bénéficient des nouveaux processeurs Intel Kaby Lake pour associer 6 qualités essentielles : ergonomie tactile+stylet, performances, autonomie (plus de 10h), légèreté (moins de 1 Kg pour des 12 pouces), et silence de fonctionnement. Et Windows 10 est au cœur de ces appareils.
* Avec Windows 10 Creators Update débarque Windows Holographic qui est à la fois une nouvelle couche Windows, un nouveau Shell, un nouveau Framework et de nouveaux outils de développement, tous destinés à simplifier et standardiser l’élaboration d’applications en réalité virtuelle et augmentée et font rentrer VR et VA dans l’ère de l’industrialisation.
Ce qui nous amène tout naturellement au point suivant…

Réalité Mixte

2016 aura été marqué par l’introduction des premiers casques de « Réalité Virtuelle » et du casque de réalité augmentée « Hololens ». 2017 devrait marquer leur popularisation avec l’arrivée de modèles à moins de 300 euros. Et si leurs applications sont aujourd’hui essentiellement ludiques, il est essentiel que les entreprises prennent dès maintenant conscience de leur potentiel notamment dans les domaines de l’immobilier, de la maintenance, de la santé, de la vente et du tourisme. L’un des intérêts phares des nouveaux casques « Windows Holographic » annoncés chez Dell, Lenovo, HP ou Acer, est d’encourager une réalité mixte : même plongé dans un univers 100% virtuel, l’utilisateur garde (par différentes astuces graphiques) notion de l’environnement physique qui l’entoure ce qui lui permet du coup de se lever et de se déplacer. Cette réalité mixte est aussi moins perturbante pour nos sens. Aux entreprises innovantes d’en saisir les opportunités…

2017, l’année du Blockchain ?

Déjà largement investi par le domaine bancaire, le principe des Blockchains intéresse aussi l’industrie de la musique, de l’authentification d’identités ou des dépôts de brevet. Tous les Business s’appuyant sur des certifications et des contrats sont aussi susceptibles d’être impactés par cette technologie. L’idée des Blockchains repose sur le principe d’une base de données distribuée dans laquelle les informations sont listées séquentiellement en blocs autovérifiés et vérifiables interdisant toute altération. Elle induit de nouveaux concepts comme celui des « Smart Contracts » qui peuvent intéresser les domaines de la santé (confidentialité du dossier patient) et des chaînes logistiques. Jusqu’ici cantonnés à la recherche et aux PoCs, les Blockchains deviennent en 2017 accessibles à bien des entreprises avec l’apparition de services BaaS (Blockchain as a Service) chez Microsoft Azure et IBM Smart Cloud.

 

Enjeux IT - Par Loïc Duval - Publié le 05 septembre 2017

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT