> Tech > Réplication asynchrone : DR intégral (full system) et avec IASP

Réplication asynchrone : DR intégral (full system) et avec IASP

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

La réplication asynchrone à l’aide de sous-systèmes disque IBM TotalStorage ne ralentit pas les écritures sur disque, et donc cette technologie convient à un environnement de réplication intégrale (full system) pour fournir une solution DR (disaster recovery) viable. Les mêmes étapes de reprise pour un fail-over intégral doivent être suivies,

au prix de nombreuses heures. Mais les heures nécessaires pour la reprise n’en font pas une solution non valide, parce que la plupart des stratégies DR accordent de nombreuses heures pour récupérer la totalité du système. La seule question de viabilité qui se pose est de savoir si vous avez assez de bande passante pour mener à bien la réplication intégrale, parce que toutes les écritures sur disque, y compris les écritures système et temporaires, doivent circuler entre les sous-systèmes disque.

Le fait d’utiliser les IASP et de ne répliquer que les données IASP offre de nombreux avantages dans un contexte de réplication asynchrone. Comme avec la réplication synchrone, une solution IASP permet un basculement entièrement automatisé et une reprise plus rapide. Elle permet aussi de capturer des instantanés plus souvent parce qu’il y a moins de données empruntant la ligne de communication. Le principal gros avantage de la réplication asynchrone IASP est la réduction des coûts de communication inhérents à la transmission des données. Nous verrons plus loin dans l’article la différence de bande passante requise.

Téléchargez gratuitement cette ressource

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

Téléchargez cette étude Forrester et découvrez comment booster la collaboration tout en dégageant un excellent R.O.I grâce au système de vidéoconférence HP Elite Slice G2 avec Microsoft Teams !

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010