> Tech > Réplication et mirroring des données

Réplication et mirroring des données

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

BrightStor High-Availability Manager utilise les tâches de réplication pour définir quelles données ont besoin de protection. Vous utilisez le Replication Task Wizard de la console pour établir une nouvelle tâche de réplication. Le wizard vous invite à  sélectionner le serveur que vous souhaitez protéger, à  choisir celui qui contiendra les

Réplication et mirroring des données

données répliquées et à  choisir une vitesse de réseau pour la liaison entre les deux serveurs. Le wizard vous invite aussi à  choisir entre Full Protection (avec des possibilités de failover) et Data Protection Only, et de choisir les dossiers à  répliquer. Je n’ai testé que l’option Full Protection. Ensuite, le wizard vous guide pour configurer les paramètres de détection des défaillances de communication, puis affiche un écran résumé qui contient des détails sur la tâche de réplication définie. Sur cet écran, vous pouvez cliquer sur Advanced Edit pour ouvrir le Task Editor, qui vous permettra de visualiser et de modifier les étapes d’une tâche donnée. Enfin, le wizard vous invite à  démarrer la nouvelle tâche de réplication.

Octopus offre cinq templates – appelés spécifications – qui aident à  définir les paramètres de réplication des données. Vous utilisez l’Octopus Client, illustré figure 1, sur l’ordinateur source pour choisir une spécification. La spécification File/Directory réplique certains fichiers, shares ou répertoires. La spécification Global Exclude, prioritaire sur toutes les autres, permet d’exclure certains fichiers de la réplication. La spécification Share réplique des shares mais pas leur contenu. La spécification Registry vous permet de répliquer des données de registres sur le serveur secondaire. La spécification DFS (pour NT seulement) permet de définir les shares DFS que vous voulez répliquer. Après avoir choisi l’une des spécifications et sélectionné les objets que vous voulez répliquer, le logiciel affiche une boîte de dialogue Options, dans laquelle vous pouvez affiner les caractéristiques de fichiers suivantes : protection, autorisation, suppression et exclusion. Enfin, dans la fenêtre Synchronization, vous choisissez quand et comment synchroniser les données qui seront répliquées.

A la première ouverture de la Management Console de Double-Take, le logiciel lance le Connection Wizard. Ce wizard vous aide à  établir vos serveurs source et cible et à  configurer un Replication Set. Quand le wizard a fini, vous pouvez cliquer sur Advanced Options pour amener la fenêtre Connection Manager, dans laquelle vous pouvez ajuster les options de mirroring, de scheduling et de failover. Si vous voulez déployer ce produit dans un environnement limité en bande passante, l’onglet Transmit de Connection Manager devrait vous intéresser : vous pouvez y définir les limites de pourcentage de la bande passante, les limites de temps, et les limites d’octets pour réduire l’usage de la bande passante. Parmi les trois produits testés, Double-Take est celui qui contrôle le mieux la bande passante. Dès la fermeture de la fenêtre Connection Manager, le nouveau Replication Set apparaît dans la Management Console.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Au-delà de l’effet de « corvée », souvent soulignée par les administrateurs, la sauvegarde moderne est un nouveau concept qui a le potentiel de transformer toute direction des systèmes d’information, quelle que soit sa taille, et d’apporter des réponses fonctionnelles nouvelles pour rendre le service informatique plus efficace. Découvrez comment aborder la sauvegarde moderne

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010