> Tech > RPG IV et le Web

RPG IV et le Web

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

En dépit des différentes promotions de Java et de Websphere comme outils de prédilection, le RPG IV peut également être un moyen de commencer les développements Web. En utilisant uniquement le RPG IV, HTML et les Web Server HTTP natifs de l'AS/400, on peut construire des applications Web, des programmes

RPG IV et le Web

CGI, des rapports basés
Web qui utilisent des données de l’AS/400 et des applications de e-commerce.

Un nouveau livre, intitulé « e-RPG : Building AS/400 Web Applications with RPG »,
est disponible; cet ouvrage vous guide pas à  pas dans votre programmation RPG
IV. Il est disponible sur amazon.com ou sur le site www.bvstools.com/erpg.html.
Bien que de nombreux utilisateurs envisagent aussi Java comme possibilité pour
le Web et les interfaces utilisateurs, de nombreux programmeurs RPG apprécient
la possibilité d’être performant en programmation Web sans avoir les exigences
de l’apprentissage de Java ou de Websphere.

Il faut admettre que CGI a des limites, qui tombent quand on travaille en Websphere
ou en Java. Le passage de RPG III à  Websphere est encore un pas que les programmeurs
AS/400 trouvent difficile à  franchir d’un seul coup. Avec le RPG IV pour se faire
de l’expérience CGI, HTML et Web Server AS/400, le premier pas pour passer au
Web peut paraître moins difficile. Après avoir travaillé avec ces technologies,
les débutants gagnent en confiance et sont dans une position meilleure pour progresser
avec des outils plus sophistiqués tels que Websphere.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Avec Cloud in One, les entreprises ne gagnent pas uniquement en agilité, en modernisation et en flexibilité. Elles gagnent également en sécurité et en résilience pour lutter efficacement contre l’accroissement en nombre et en intensité des cyberattaques. Découvrez l'axe Cybersécurité de la solution Cloud In One.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010