> Cloud > Salons Solutions – Un ERP dans le Cloud, est-ce réellement possible ?

Salons Solutions – Un ERP dans le Cloud, est-ce réellement possible ?

Cloud - Par Sabine Terrey - Publié le 08 octobre 2013
email

Les ERP, oui, mais dans le Cloud, est-ce envisageable ? Plusieurs sociétés ont apporté leur éclairage sur le sujet et reviennent sur le rôle clé et évolutif du DSI.

Salons Solutions – Un ERP dans le Cloud, est-ce réellement possible ?

Philippe Plantive, Directeur Général de Proginov, éditeur d’ERP, souhaite apporter avant tout, à l’utilisateur final une application qui lui correspond parfaitement. C’est pourquoi, pour lui, il est tout à fait possible d’avoir un ERP dans le Cloud et des applications complémentaires sous forme d’outils exécutées sur le site client. Florent Cadouin, responsable du Système d’Information de Soriba, PME Vendéenne, client historique de Proginov, a connu une certaine évolution des solutions et confirme cette vision puisque la société est utilisatrice d’applications dans le Cloud et d’autres hébergées au sein de l’entreprise. Thierry d’Acremont, Directeur Général de Mismo Informatique (Nantes), éditeur d’une solution d’un ERP destiné aux activités de services, avec une activité autour de l’infrastructure, dispose d’une solide expertise de l’évolution du métier vers le marché du cloud (hébergement et intégration de solutions).

Entre infrastructure sur site et infrastructure dans les ‘nuages’, pour Soriba, la difficulté et la contrainte furent réellement d’avoir un applicatif en local mais aussi de récupérer toutes les informations pour alimenter la gestion commerciale hébergée dans le Cloud. Les flux d’information étant divers, il faut sans cesse récupérer les informations nécessaires (comme les lignes de commande, nomenclatures) au bon fonctionnement d’une gestion de production et d’une gestion commerciale. Soriba a choisi cette option car l’entreprise a finalement peu de temps à consacrer à l’infrastructure, elle veut  absolument se dédouaner de cette contrainte.

La performance et les compétence de la DSI

Face à un gros projet nécessitant une forte préparation en amont, il faut considérer l’impact des connexions, l’impact des utilisateurs, l’impact des accès en mobilité. Connexions entre sites distants, mise en place du VPN, sécurisation sont autant d’éléments qui entrent en jeu dans les décisions.

En outre, les applications dans le Cloud ne sont pas de simples applications qu’on exerce sur la Toile. L’usage doit être instantané et doit satisfaire l’utilisateur en terme de temps de réponse, sinon l’application perd tout son sens ! La performance doit être au rendez-vous si on se lance dans la bataille du Cloud « Nous devons être avant tout des créateurs de commodité en tant qu’éditeur de logiciels »  souligne Philippe Plantive. La bande passante ne doit en aucun cas être dégradée…c’est pourquoi la partie flux et la partie connexion sont absolument fondamentales dès qu’on évoque le cloud ! Même si les niveaux de connectivité semblent différents en fonction de la criticité des applications…le flux de l’information temps réel et la rapidité des flux eux-mêmes sont essentiels, l’aspect opérateur constitue un élément clé !

Un ERP doit garder ses lettres de noblesse y compris quand il est dans le Cloud. L’utilisateur doit retrouver le même niveau de  fonctionnalités. Si l’on aborde l’aspect freins comme la sécurité, l’accessibilité, la responsabilité, le contrôle des données, certains clients apprécient l’hébergement de cloud de proximité et la possibilité de visiter les centres où sont stockées leurs données, et ainsi voir comment sont gérées celles-ci ! Cet aspect peut être rassurant.

Afin de superviser la stabilité de l’ensemble, il est bon de penser et d’envisager le projet dans sa globalité à savoir s’appuyer sur l’aspect éditeur, intégrateur de l’ERP, hébergeur de l’ERP et administrateur des liens opérateurs pour le compte du client.

Le rôle du DSI évolue indéniablement aujourd’hui, rôle plus stratégique, il a besoin d’être accompagné. Plutôt que d’avoir des compétences informatiques tournées vers le système, l’idée est de tourner la compétence informatique vers l’accompagnement des clients internes dans leur quotidien. Au lieu de se focaliser sur la stabilité du système d’exploitation et la bonne exécution d’une sauvegarde par exemple, le DSI va accompagner les choix stratégiques et les flux d’information de l’entreprise, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour le DSI…

Et l’aspect juridique du Cloud ?

Plusieurs points clés à vérifier dans le contrat à savoir l’obligation de résultats sur toute la partie infrastructure, les pénalités dans le cas de défaut de non-fonctionnement et d’interruption, l’obligation de moyens sur la supervision de l’opérateur, la clause de réversibilité (restitution des données, sur quel support, par quels moyens), les prestations pour la gestion de cette réversibilité, la sauvegarde des données effectuée par l’hébergeur (comment se réalise cette sauvegarde), le niveau des temps de reprise d’activité et le niveau de localisation des données (Europe ou ailleurs). Ces éléments doivent être précisés dans le contrat afin d’avoir un engagement cohérent avec le client.

Téléchargez gratuitement cette ressource

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

Migrer une partie des services d’un système d’information vers Office 365 s’inscrit dans une démarche plutôt moderne. Mais elle va impliquer un certain nombre de changements majeurs qui bien souvent ne sont pas pris en compte lors de la décision d’acquisition du service, découvrez nos 6 recommandations clés !

Cloud - Par Sabine Terrey - Publié le 08 octobre 2013