> Tech > Sauvegarder la base de données

Sauvegarder la base de données

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Toute application qui utilise un SGBD doit aider les utilisateurs à  protéger leurs données et à  les récupérer après un sinistre. La stratégie de sauvegarde décrite ici n'est qu'une partie d'un dispositif de sauvegarde plus complet qui prévoit la copie périodique du fichier de sauvegarde sur une unité hors site.

SQL Server (MSDE) protège remarquablement
les données contre les dommages
que pourraient causer des
crashes ou des coupures de courant.
Mais il ne vous protège pas contre des
défaillances plus catastrophiques. Il
faut donc déplacer le fichier de sauvegarde
ailleurs (hors site) pour empêcher
la destruction simultanée du fichier
de sauvegarde et de la base de
données.

La sauvegarde d’une base de données
MSDE peut se faire par plusieurs
techniques. L’un des moyens les plus
simples consiste à  utiliser des wizards
Enterprise Manager pour établir un job
de maintenance SQL Server Agent.
Mais si vous ne voulez pas créer un job,
vous pouvez facilement écrire vousmême
le code de sauvegarde de la base
de données. Vous pouvez confier la
sauvegarde à  l’utilisateur ou l’effectuer
vous-même à  son insu.

Mon application exemple permet
aux utilisateurs de choisir le moment
de la sauvegarde, mais l’application le
leur rappelle s’ils ne l’ont pas fait pendant
un jour ou deux. Comme cette
base de données ne contient pas beaucoup
de données et que les changements
sont peu fréquents, il est acceptable
de sauter un jour ou deux. Le
code du renvoi H montre la routine de
sauvegarde de la base de données. A
noter que j’utilise une ADO
Connection cn ouverte pour exécuter
la requête d’action de sauvegarde. Ce
code n’utilise pas SQL-DMO ; il exécute
simplement la commande BACKUP
DATABASE de T-SQL avec
quelques options pour être certain que
le fichier de sauvegarde de la base de
données est initialisé chaque fois qu’il
est sauvegardé. Si votre base de données
est plus complexe ou davantage
sollicitée, vous n’utiliserez probablement
pas l’option WITH INIT : vous
laisserez plutôt la commande BACKUP
ajouter chaque sauvegarde au jeu de
sauvegardes existant. Vous pourrez
ainsi restaurer la base de données à 
partir de l’une quelconque des sauvegardes.
Le code exemple enregistre
aussi la date de la dernière sauvegarde
dans le registre, afin que vous puissiez
suivre le moment où il faut inviter à 
une autre sauvegarde.

Quand vous créez votre script de
base de données, veillez à  ce que l’utilisateur
ait les droits de sauvegarde et
de restauration de la base de données.
Si vous créez un compte admin spécial,
vous devrez l’utiliser pour ouvrir une
autre connexion avant de tenter la sauvegarde.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010