> Tech > Section NIC performance counters

Section NIC performance counters

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Revenez à la section Warnings en haut du rapport et cliquez sur le hotlink pour le NIC output queue length warning. SPA va naviguer jusqu’à la table Network Interface performance counter, que montre la figure 5. En promenant le curseur sur l’indicateur qui apparaît dans la colonne Mean sur le

Section NIC performance counters

Output Queue Length counter, on affiche une description de l’avertissement de performance.

La figure 5 contient plusieurs valeurs intéressantes. Le compteur Current Bandwidth montre 100 mégabits, indiquant que le NIC 10/100 fonctionne en fait à 100 Mbps. Le compteur Bytes Total/sec est à 3,6 Mbps, soit bien en dessous de la capacité du réseau. (Je sais que sur le serveur qui a produit ce rapport, tout le trafic du réseau sur le segment allait vers le DC ou en venait.) Enfin, nous voyons que Bytes Sent/sec représente la quasi-totalité du trafic. C’est logique, compte tenu que les recherches LDSP extraient beaucoup de données.

Mais alors pourquoi la file d’attente de sortie est-elle si longue ? On peut avancer plusieurs hypothèses :
• Le NIC a atteint sa capacité maximale, ou s’en approche.
• Il y a trop peu de tampons de sortie configurés pour le NIC.
• Le traitement des files d’attente de sortie est lent, tout simplement parce que la CPU n’est pas assez puissante.

Bien que, selon le rapport, le débit total moyen sur le NIC soit de 3,6 Mbps, il a connu une pointe à 10,8 Mbps, qui dépasse le maximum théorique de 100 Mbps (environ 10 Mbps). Il semble donc que le NIC soit parfois surchargé, ce qui laisse supposer que d’autres composants sur le segment du réseau pourraient l’être eux aussi. Comme la CPU est près de son maximum, il ne servirait probablement à rien d’ajouter un autre NIC. Il faudrait pousser l’analyse plus loin pour parvenir à une réponse définitive, mais le plus sage est probablement de réduire la charge sur le serveur en optimisant les requêtes (ou en ajoutant un index) et, si nécessaire, soit en passant à une CPU plus rapide, soit en ajoutant un autre DC et en répartissant la charge de requête.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010