> Tech > Simplifier les infrastructures

Simplifier les infrastructures

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Les clients ont utilisé la technologie, entre autres, pour simplifier leurs infrastructures. Qu'il s'agisse de consolider la charge de travail, l'empreinte au sol ou les compétences, le partitionnement s'y prête dans tous les cas. Côté charge de travail, les clients exécutent souvent de multiples instances indépendantes des systèmes d'exploitation pour

Simplifier les infrastructures

les charges de travail
de production et de test. Ils consolident
aussi des applications distribuées
sur une machine et séparent les
éléments – les données d’unités de
gestion de l’exploitation, par exemple.
Ce procédé est particulièrement utile
pour les sociétés qui utilisent différentes
langues.
Par exemple, Glenn VanBenschoten,
vice-président de la stratégie produit
chez Lakeview Technology, voit le
marché global en pleine expansion inciter
un grand nombre d’entreprises à 
consolider les opérations mondiales
en Amérique du Nord, tout en réalisant
la fabrication dans d’autres pays. « Ces
sociétés veulent des partitions séparées
pour les langues nationales des
sites concernés », déclare-t-il.
Dans le même esprit, LPAR sert
beaucoup aux consolidations régionales
et (à  un degré moindre), aux
consolidations multinationales,
d’après Dave. Les clients les plus
divers, dans le détail, la banque et
l’assurance, consolident des serveurs
sur une machine et partitionnent différents
fuseaux horaires pour optimiser
les ressources processeur et isoler des
opérations différentes. D’autres consolident
des serveurs multiples dans des
partitions, sur une poignée de grosses
machines, dans un souci logistique.
L’exploitation n’est pas disséminée
dans tout le pays et l’équipe informatique
qui gère les systèmes peut être
bien plus réduite.
A cet égard, le fait de rassembler
plusieurs serveurs dans deux ou trois, réduit le nombre de machines et les effectifs nécessaires
pour les gérer. Là  encore, VanBenschoten pointe du doigt le
marché global qui incite, quand il n’oblige pas, à  réduire les
effectifs en regroupant les compétences. « Plus les machines
sont distribuées, plus il faut du talent dans ces sites éloignés »
poursuit-il. « En éliminant les machines, les sociétés éliminent
cette dépense ».
Mais, le plus souvent, les machines sont moins éliminées
que remplacées. En effet, il est prudent d’avoir des boîtes séparées
pour pallier une interruption non prévue. Kimball,
par exemple, ne voit pas de clients prendre deux boîtes pour
en faire une. « La plupart consolident leurs applications majeures
en partitions », déclare-t-il, « mais toujours avec une
seconde boîte quelque part pour préserver la haute disponibilité
». Certes, la catégorie de clients souhaitant uniquement
éliminer les machines physiques, sans considération pour la
haute disponibilité, ne s’intéressera probablement pas à 
Vision ou à  d’autres fournisseurs de ce style. Mais cette catégorie
est peu nombreuse et en diminution dès lors que Big
Blue, les revendeurs de matériel et les fournisseurs de solutions
clament l’urgence de la sauvegarde et de la reprise
après sinistre, à  l’occasion de chaque mouture de LPAR.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Quel est l'état de l'art des solutions de Endpoint Security et les perspectives associées à leur utilisation ? Comment garantir la sécurité des environnements sensibles en bloquant au plus tôt les cyber attaques sophistiquées, avant qu’elles n'impactent durablement vos environnements de travail ?

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010