> Tech > SoftGrid pour la virtualisation d’applications

SoftGrid pour la virtualisation d’applications

Tech - Par John Savill - Publié le 24 juin 2010
email

Microsoft lève le voile sur sa solution de virtualisation d'applications, Microsoft SoftGrid.

Je suis toujours étonné par la multitude de technologies présentes dans l’espace Microsoft. Il faut donc continuellement choisir les technologies prioritaires et déterminer les plus utiles. Il faut aussi savoir si une certaine technologie peut changer la manière dont vous gérez et maintenez votre entreprise.

SoftGrid pour la virtualisation d’applications
Je suis toujours étonné par la multitude de technologies présentes dans l’espace Microsoft. Il faut donc continuellement choisir les technologies prioritaires et déterminer les plus utiles. Il faut aussi savoir si une certaine technologie peut changer la manière dont vous gérez et maintenez votre entreprise.

Comme l’explique l’encadré « Les avantages de la virtualisation d’applications », de récents progrès en matière de gestion de clients et de serveurs et de virtualisation d’OS ont grandement facilité le déploiement du logiciel. Mais la compatibilité et la gestion des applications continuent à poser des problèmes.

La virtualisation d’applications permet d’exécuter des applications localement et élimine ainsi trois inconvénients : le gaspillage des ressources informatiques du serveur, les points de défaillance uniques, et la limitation du travail online. La solution de virtualisation d’applications SoftGrid de Microsoft offre un environnement de type « bac à sable », appelé SystemGuard, qui permet aux applications de tourner sur les systèmes de l’utilisateur sans aucune installation d’OS locale.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Protection des Données : Le Guide IT Expert

Protection des Données : Le Guide IT Expert

Le TOP 10 des meilleures pratiques, processus et solutions de sécurité pour mettre en œuvre une protection efficace des données et limiter au maximum les répercutions d’une violation de données.

Tech - Par John Savill - Publié le 24 juin 2010