> Mobilité > Valider une infrastructure Exchange (1/2)

Valider une infrastructure Exchange (1/2)

Mobilité - Par Laurent Teruin - Publié le 06 octobre 2010
email

L’importance des services de messagerie est devenue si élevée dans les entreprises que le zéro défaut s’avère être de rigueur. La mise en place d’une nouvelle plate-forme de messagerie est une chose délicate car souvent annoncée comme présentant un niveau de service bien supérieur à l’ancienne, elle ne manquera pas d’être jaugée rapidement dans les premières périodes d’utilisation.

La mise en production est une période charnière où la nouvelle infrastructure doit faire l’objet d’une attention toute particulière. Afin de limiter ce que l’on conviendra d’appeler les risques inhérents aux premiers décollages, certaines batteries de vérification doivent être entreprises.

Valider une infrastructure Exchange (1/2)

Ces dernières s’assureront pré-migration du fonctionnement des interfaces et devront entre autres choses, valider les performances. Nous avons également noté au cours de nos différents projets que les équipes techniques responsables du fonctionnement des services de messagerie ne possèdent pas à ce stade une maturité technique leur permettant en cas de dysfonctionnement de posséder les reflexes adéquats.

L’assistance extérieure est donc vivement recommandée. L’absence de mauvaise configuration, la validation des infrastructures de préproduction, les tests de charges etc. font donc partie d’un processus de vérification qui devrait être déroulé de façon systématique et ce, quelle que soit l’ampleur du projet. Elles concourent de façon plus formelle aux processus de recette que vous seriez en droit d’exiger de toutes équipes techniques qu’elles soient internes ou émanant d’une société de service.
 

La validation d’une infrastructure telle qu’une messagerie Exchange 2007/2010 peut s’avérer relativement fastidieuse si elle comporte un nombre important de serveurs et de service d’accès. D’une façon générale, afin d’éviter toute déconvenue, nous nous efforcerons de suivre les recommandations éditeurs et sauf indication contraire d’installer les dernières versions logicielles ainsi que leurs correctifs associés.

Dans le cas de Microsoft Exchange nous aurons tendance à privilégier l’installation de la version Exchange SP1 sous Windows 2008 SP2 ainsi que les derniers Rollup. (A savoir le 8 à cette date voir le SP2 prévu dans les 3 ieme trimestre de cette année). Pour s’en persuader je vous invite à regarder le nombre relativement important de corrections apportées par les équipes internes de Microsoft dans l’ensemble des Rollup depuis la première version. Il serait dommage de s’en priver.

Ceci étant, quels sont les outils et la méthodologie que vous devrez employer pour réduire les risques liés au rôdage de vos infrastructures ? Vérification des configurations La première étape est la plus facile et consiste à utiliser l’outil de vérification fourni par Microsoft, à savoir, Exbpa pour les intimes, ou Exchange Best Practice Analyser pour ceux qui le découvriront.

Cet outil peut être soit téléchargé soit directement exécuté depuis la console Exchange. Avant de procéder à son exécution prenez soin de le mettre à jour à travers via Internet. Si vos serveurs n’ont pas accès au réseau externe procédez à une copie des fichiers de mise à jour Les fichiers concernés sont les suivants :

  • ExBPA.PreReqs.XML
  • ExBPA config XML
  • ExBPA.Readiness.XML
  • ExBPA.CHM
  • ExDRA config XML
  • ExTraceMan.Config.XML
  • ExTRA.CHM

L’outil EXBPA mériterait à lui seul un article complet aussi nous contenterons nous simplement de présenter les options que selon nous vous devriez exécuter afin de vous assurer que vos configurations correspondent aux meil – leures pratiques.

L’intérêt principal de cet outil est non seulement de vérifier que vos paramétrages correspondent aux récentes recommandations de l’éditeur mais également de présenter un rapport précis des différentes actions que vous auriez à entreprendre pour atteindre une parfaite conformité. L’ExBpa remontera du plus insignifiant défaut de configuration au défaut majeur.

D’une façon plus générale, nous vous conseillons de l’exécuter régulièrement sur vos plates-formes en production. Pour les heureux possesseurs de l’outil de supervision SCOM ils n’auront pas à s’en soucier car les agents dédiés à Exchange s’en chargeront régulièrement.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Conçu pour les directions IT et Métiers, ce guide vous permettra d'évaluer précisément vos processus de communication client, d'identifier vos lacunes et points d'inflexion pour établir un plan d’actions capable de soutenir durablement votre évolution. Bénéficiez maintenant d'une feuille de route complète.

Mobilité - Par Laurent Teruin - Publié le 06 octobre 2010