> Data > Vous n’avez rien à  craindre des entités supertype et subtype

Vous n’avez rien à  craindre des entités supertype et subtype

Data - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Mis en ligne le 9/06/2005 - Publié en Juin 2004

Création de cubes, écriture de requêtes MDX, optimisation de DTS et plus encore...

Vous n’avez rien à  craindre des entités supertype et subtype

Les spécialistes de la modélisation des données utilisent les
entités supertype et subtype pour distinguer les différentes
catégories d’une entité, par exemple l’entité PERSON et ses
sous-types EMPLOYEE et AUTHOR, comme l’illustre la figure
1. Lors de la modélisation, vous devez préciser les différences
entre un employé et un auteur, et indiquer quels attributs
modifient chacune des trois entités (PERSON, EMPLOYEE,
AUTHOR). Le modèle supertype/subtype vous
oblige à  identifier les attributs et relations qui interagissent
avec les entités. Les attributs communs, à  savoir PersonID,
FirstName, MInit, LastName, Address Phone et Email sur la figure
1, modifient l’entité supertype PERSON. Il est nécessaire
d’enregistrer ces valeurs d’attribut pour toutes les personnes,
autrement dit les employés et les auteurs. Vous
devez ensuite identifier les attributs et relations spécifiques à 
chaque entité subtype. Sur la figure 1, un employé est chargé
des activités de publication et possède des ensembles de
compétences spécifiques. L’auteur écrit des articles et
touche des droits d’auteur.

Certaines relations font appel uniquement à  l’entité supertype
et non aux entités subtype. Par exemple, l’entité
PERSON est concernée par la relation PERSON_
PUBLISHER car, en effet, toutes les
personnes (employés et auteurs) travaillent
pour un éditeur (publisher). Si vous devez
représenter les catégories d’une entité dans
votre modèle, mais si vous ne parvenez pas
à  utiliser la structure supertype/subtype
pour analyser les exigences concernant les
données, vous risquez de mal appréhender
ces dernières. Vous courez aussi le risque de
créer des anomalies de modification dans
votre base de données. Ainsi, sur la figure 1, une personne
peut être à  la fois un employé et un auteur d’une maison
d’édition. Si vous n’avez pas utilisé la structure supertype
/subtype dans ce modèle (à  savoir, si vous avez inclus uniquement
une entité EMPLOYEE et une entité AUTHOR), les
données concernant cette personne exerçant deux fonctions
seront stockées dans les tables EMPLOYEE et AUTHOR.
Cette duplication aboutira à  la redondance de données non
essentielles au sein de la base de données, d’où des risques
d’anomalies d’insertion, de mise à  jour et de suppression
pouvant aboutir à  des données non synchronisées et à  une
perte d’intégrité de celles-ci.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Data - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT