> Sécurité > Ransomware, cybercrime et RGPD

Ransomware, cybercrime et RGPD

Sécurité - Par Sabine Terrey - Publié le 21 mars 2018

Près d’un quart des entreprises françaises ont, déjà, été victimes d’un ransomware. La violation des données et le phishing sont perçus comme les principales cybermenaces en 2018.

Ransomware, cybercrime et RGPD

23% ont été touchées par un ransomware

Les grandes entreprises et celles du secteur public sont les plus ciblées. A retenir :

  • Il faut moins de 8 heures pour que les collaborateurs et les clients aient, à nouveau, accès au système (56% pour les petites et moyennes entreprises et 73% pour les grandes entreprises)
  • l’impact le plus important est l’indisponibilité du système (56% et 60% des grandes entreprises)
  • l’attaque conduit à une mauvaise image de marque ou à une baisse de la satisfaction client (4%)

 

Être victime d’un piratage

22% des entreprises ont, au moins une fois, été victimes d’un piratage

 

  • 6% des moyennes entreprises ont été piratées
  • 94% des entreprises de petite ou grande taille ont été piratées

Le piratage visait à dérober des identifiants ou un mot de passe (36%) et des identifiants de clients (43% des grandes entreprises).

Les conséquences sont diverses et n’ont pas d’effet sur les moyennes entreprises qui n’ont pas modifié leur protection des données, alors que 71% de celles de plus de 2 000 salariés ont modifié leur protection.

Pour les entreprises n’ayant jamais été victimes d’attaques informatiques, 91%  les perçoivent comme un risque majeur pour leurs activités (98% grandes entreprises)

 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Découvrir DevOps pour tous les métiers

Découvrir DevOps pour tous les métiers

Vous vous intéressez aux systèmes d’informations innovants et aux notions d’agilité dans le monde IT ? Découvrez comment DevOps permet aux équipes de développement et d’infrastructure de collaborer plus efficacement face à ces nouvelles exigences du mode logiciel.

RGPD

Les entreprises françaises ont-elles conscience des sanctions du GDPR et du défi de la collecte de données ? Le 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données entrera en vigueur, mais une partie des entreprises n’est toujours pas prête.

 

  • 52% ont déjà engagé leur Data Protection Officer (DPO)
  • 10% sont en train de le faire

 

Les équipements basés sur l’IA sont un avantage sérieux pour les DPO, mais 48% pensent qu’il est encore trop tôt pour que l’IA et le machine learning, soulagent le DPO de tâches complexes d’ici à la fin 2018

  • 29% pensent que cela pourrait arriver dans 1 ou 2 ans
  • 23% d’ici 3 à 5 ans

 

 

Source Imperva

 

Sécurité - Par Sabine Terrey - Publié le 21 mars 2018

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT