> Tech > Les applications open source pour l’entreprise

Les applications open source pour l’entreprise

Tech - Par Jim Mason - Publié le 20 février 2012
email

Les applications ouvertes peuvent apporter beaucoup à votre environnement IT.

Ce dossier est issu de notre publication System iNEWS (12/09). Pour consulter les schémas et illustrations associés, rendez-vous dans le club abonnés.

Les applications open source pour l’entreprise


Le tout premier logiciel était open source, pas commercial. En effet, tout le monde faisait alors cadeau du logiciel : sociétés, développeurs et fournisseurs d’ordinateurs. Leur but était que les ordinateurs soient plus faciles à utiliser. Au fil du temps, sociétés et fournisseurs ont pris conscience que le logiciel avait de la valeur, coûtait cher à écrire et à maintenir, et représentait une source de revenus : vente, services, et maintenance. Aujourd’hui, le logiciel commercial de fournisseurs comme IBM, Microsoft, Oracle, SAP et autres est plus connu et plus utilisé que le logiciel open source, particulièrement sur le System i.

On voit dans la figure 1 pourquoi l’open source a du mal à s’imposer dans les entreprises. Le logiciel open source est plus ou moins bien accepté selon les sociétés, mais la plupart des solutions de ce genre se heurtent aux difficultés résumées dans le tableau.

Le mémo : pas d’open source

En tant que DSI, ingénieur IBM, chef de produit logiciel et consultant System i, j’ai vu toutes les facettes des solutions commerciales et open source. Il y a quelques années, j’aidais une grande société à mettre en oeuvre un réseau global sûr intégrant des usines de l’étranger avec des sites US sur ses serveurs System i avec WebSphere. L’un des managers me montra un mémo du CIO (chief information officer) sur leur nouvelle stratégie open source. Son contenu était catégorique : aucun logiciel open source ne serait admis dans cette entreprise (probablement pour la plupart des raisons recensées dans la figure 1). Un sentiment largement partagé parmi les DSI.

Le CIO aurait mieux fait de se renseigner avant de rédiger ce mémo. Beaucoup de logiciel commercial est bâti sur l’open source. Si le logiciel open source était toujours médiocre, IBM, Oracle, Sun et autres n’en mettraient pas des briques dans leur logiciel commercial. En regardant le logiciel généralement présent dans un site System i moyen, nous voyons que le serveur HTTP d’IBM est basé sur le serveur Apache HTTP open source, WebSphere utilise diverses composantes open source (dont Xerces et Xalan), et les outils de développement du System i reposent sur Eclipse open source.

Autre bon exemple d’open source dans la communauté System i : le Java Toolkit d’IBM. IBM a voulu que le toolkit soit open source (comme JTOpen). Ce toolkit rend toute la plate-forme System i (y compris la base de données, l’IFS, les jobs et les imprimantes) disponible comme de simples ressources Java. Il est donc très facile d’écrire des applications Java sur System i. Comme le toolkit IBM était open source, de nombreux fournisseurs ont écrit ou porté leurs solutions Java sur lui, pour exécution sur le System i : exactement ce qu’IBM escomptait.

Une nouvelle idée : Enterprise Open Source

Au cours de la dernière décennie, une nouvelle race de logiciel open source, Enterprise Open Source (EOS) est née et a évolué. Java, MySQL (la base de données EOS) et Linux furent les premiers exemples de logiciel EOS du milieu des années 90. Cette catégorie de logiciel diffère à plusieurs égards du logiciel commercial et open source traditionnel. Vous trouverez en page suivante quelques caractéristiques communes des solutions logicielles EOS.

Quelques aspects importants d’EOS méritent d’être soulignés. Les éditions Enterprise peuvent être payantes au même titre qu’un logiciel commercial. Les limitations des licences EOS doivent être examinées de près, même si ces dernières prennent moins d’importance dès lors qu’un produit utilise l’une des licences open source communes. Les clients peuvent mêler librement les éditions community (grand public) et enterprise à leur guise, tout en sachant que leurs fonctions peuvent être différentes. Souvent, les clients constatent que le support, le service, la qualité, les standards, et le succès dans la clientèle, sont supérieurs avec des solutions EOS qu’avec du logiciel open source ou commercial. EOS est séduisant pour les clients qui écrivent leurs propres solutions.

Figure 1

 

Facteur Logiciel Commercial Open Source classique
Fournisseur De nombreux fournisseurs, dont Microsoft, IBM, et Oracle, tirent le plus gros de leur profit de la vente de logiciel et de services connexes Les organisations open source et des fournisseurs plus petits ou de “seconde catégorie” tendent à fournir le logiciel open source gratuitement
Canal De grands canaux de distribution avec les principaux fournisseurs de logiciels et de services Moins de sociétés de service se consacrent au logiciel open source
Marketing Intensif de la part des fournisseurs et des canaux de distribution Peu de budget pour le logiciel open source, donc notoriété bien moindre chez les clients
Clients La plupart des entreprises ont de lourds investissements à long terme en logiciel commercial : i5/OS, Windows, Microsoft Office, ERP, CRM, Oracle Un petit pourcentage de grandes entreprises se sont éloignées du logiciel commercial, dont la Chine, la Belgique, certaines universités et une poignée de sociétés
Licence Les licences commerciales accordent aux clients des droits limités pour utiliser et/ou installer le logiciel Les licences open source (il en existe plusieurs types courants) offrent généralement aux sociétés des droits d’usage généreux et même quelques droits de distribution
Redevances Les contrats clients définissent normalement une licence et une redevance de maintenance Normalement, la licence ne comporte aucune redevance
Garantie Si une redevance de maintenance est incluse, elle s’accompagne normalement d’une garantie logicielle limitée pour la correction de défauts Il n’y a normalement aucune garantie compte tenu de la gratuité du logiciel
Modifications Les droits de modification et la propriété des modifications sont clairement définis dans les licences La plupart des licences open source permettent des modifications illimitées
Source Le code source est soit non fourni, soit fourni Le code source est inclus
Assistance Les contrats d’assistance sont inclus dans la vente initiale pour un fournisseur ou un partenaire channel Les fournisseurs n’ont pas toujours de plans d’assistance. Des sites web proposent généralement des forums de questions
Releases Des packs de service standard sont normalement inclus dans le plan d’assistance. Des changements de version majeurs entraînent un nouvel achat Les releases sont distribuées gratuitement
Mises à niveau Les releases n’incluent pas toujours des moyens de conversion ou de mise à niveau Les releases n’incluent pas toujours des moyens de conversion ou de mise à niveau
Perceptions

Avec une forte présence en clientèle, des redevances coûteuses, des contrats d’assistance, le logiciel commercial est perçu comme faible risque, haute qualité

Avec une présence moindre en entreprise, des plans et des moyens d’assistance plus limités, l’open source est perçu comme risque élevé, faible qualité

Téléchargez gratuitement cette ressource

Les 6 bonnes pratiques sur la protection des données

Les 6 bonnes pratiques sur la protection des données

Nouveau Guide thématique à l’intention des Directions informatiques. La Datasphere mondiale représente 40 Zo de données créées, dupliquées et enregistrées chaque année. La gestion et le stockage des données deviennent d’autant plus critiques que leur volumétrie ne cesse de croître et d’ici 2025, ce chiffre aura quadruplé. Découvrez dans ce nouveau guide les meilleures recommandations pour survivre dans l’univers de l’Infinite Data.

Tech - Par Jim Mason - Publié le 20 février 2012