> Tech > Architecture de référence ou comment (bien) démarrer son Cloud

Architecture de référence ou comment (bien) démarrer son Cloud

Tech - Par Thierry Bollet - Publié le 15 juin 2020
email

Il y a plusieurs questions que l’on se pose avant de démarrer son expérience Cloud. Et la phase de décision et de préparation peut être longue !

Architecture de référence ou comment (bien) démarrer son Cloud

Lorsque la partie technique est abordée, et même avec une bonne connaissance du fonctionnement d’un Datacenter en propre (On premise), il reste pas mal de questions en suspens. Le Cloud a ses particularités, ses exigences et une première expérience réussie ne s’improvise pas. La phase d’étude technique apporte son lot d’hésitations, de doutes et de « Suis-je en train de le faire correctement ? »

Pourtant, il existe quelques pistes pour bien démarrer ce sujet. Celle que je présente aujourd’hui est assez méconnue et peu de personnes avec qui j’ai l’occasion de discuter de ce sujet avaient la connaissance de cette documentation.

Prenons quelques instants pour découvrir les architectures de référence, ou comment bien démarrer !

 

Une architecture de référence, c’est quoi ?

Une architecture de référence, c’est une documentation (schémas, formations, informations, scénarios … etc) qui présente et partage un ensemble de bonnes pratiques.

Microsoft propose sur ce lien https://docs.microsoft.com/fr-fr/azure/architecture/browse/ des modèles pour tout un ensemble de catégories. De l’IA + Machine Learning en passant par les scénarios de migration, les applications Web de base ou un guide d’architecture du Pare-Feu Azure.

On y trouve du déploiement, des pratiques éprouvées ou de l’implémentation.

 

Vue partielle des scénarios de gestion et de gouvernance

 

Sur cet exemple, les scénarios simples de type Archiver des données locales dans le Cloud sont accompagnés de scénarios plus complexes comme Créer une haute disponibilité dans votre stratégie BCDR. Le constat est simple, les architectures de référence, en plus de permettre un démarrage dans les règles de l’art pour un nouvel entrant, permettent également aux entreprises déjà dans le cloud d’étendre les usages et de se rassurer sur de nouvelles demandent.

 

Laissez-vous guider

Le maître mot est l’accompagnement.

Prenons l’exemple du scénario simple Archiver des données locales dans le Cloud. L’architecture de référence nous apprend que cette solution est basée sur (informations éditeur) :

En lien, les services gérés sauvegarde Azure et stockage BLOB pour faciliter la compréhension de l’architecture.

Ici, il faut prendre le temps de découvrir les 2 sujets en lien pour avancer un peu plus loin dans la compréhension de l’ensemble. Ces sujets sont transverses et aideront à la compréhension d’autres briques basées sur les solutions de stockage.
Puis il faudra consulter la courte présentation et quelques schémas pour une vue haut niveau. Les schémas au format SVG sont fournis.

Schéma SVG, source éditeur

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cloud hybride : les 5 défis de la DSI

Cloud hybride : les 5 défis de la DSI

Cette étude mondiale, menée auprès de 800 DSI, met en évidence l'écart croissant entre les ressources informatiques disponibles et les exigences de la gestion des écosystèmes cloud d'entreprise. Découvrez, dans ce nouveau rapport CIO, comment l’IA permet de combler le fossé entre les ressources informatiques limitées et la complexité du cloud.

Enfin, une mise en pratique est proposée, il est temps de démarrer avec des convictions un peu plus solides !
Pour une solution simple, un mode pas à pas détaillé qui permet de déployer la solution … dans les règles de l’art.

 

Mode pas à pas, préparer sa stratégie de sauvegarde, image éditeur

 

Du véritable pas à pas, écran par écran, du déploiement assisté, garantie d’une bonne mise en service.

Pour des solutions plus complexes, par exemple Exécuter une batterie de serveurs SharePoint Server 2016 hautement disponible dans Azure (disponible à cette adresse , un dépôt Git pour un déploiement automatique de cette référence) !

 

Ici, le déploiement est beaucoup plus conséquent. Les sources du Git permettront de déployer plus facilement (et beaucoup plus rapidement) et conformément au modèle présenté. Sur ces déploiement de grande ampleur, des opérations manuelles longues sont sources d’erreur, il est préférable de s’appuyer sur le Git.

Une remarque toutefois, certains déploiements de test consomment des ressources soumises à facturation. Les offres d’essais du Cloud Azure permettront de défricher les sujets sans engager de dépenses pour la majorité des cas.

Et ensuite ?

Ces documents de référence ne sont pas figés. Les bases sont solides, mais ce sont des bases. Il faudra adapter aux spécificités de l’entreprise. Oui, si tout était aussi simple que de suivre les recommandations éditeur, il n’y aurait plus de sujet d’études d’architectures.

Mais attention à ne pas trop s’éloigner des bonnes pratiques, même pour des cas très particuliers. Ces documents de partage sont le fruit de longues années de mises en pratique et des « Ça marche » clients. De la théorie oui, mais validée par une mise en pratique sur les environnements de production.

 

 

Pour résumer, un rappel des points importants :

  1. Les architectures de références sont des documents de partage d’implémentations réussies et de bonnes pratiques
  2. Les déploiements sont accompagnés par des opérations manuelles ou des déploiements totalement automatisés pour les architectures les plus complexes.
  3. Un document d’architecture de référence est une base solide pour une solution efficace, il restera à intégrer avec bon sens les spécificités de l’entreprise.

 

 

Tech - Par Thierry Bollet - Publié le 15 juin 2020

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT