> Tech > Architecture IFS : l’essentiel

Architecture IFS : l’essentiel

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Michael Otey - Mis en ligne le 17/11/2004 - Publié en Novembre 2003

Pour une meilleure intégration des systèmes, il est bon de savoir ce que l'IFS iSeries peut faire et comment l'utiliser

L'un des aspects les plus mal compris de l'iSeries est son système de fichiers intégré (IFS, integrated file system). L'IFS constitue la base de tout l'accès aux fichiers iSeries. De plus, on peut le mettre en oeuvre et l'utiliser sans rien en connaître. En fait, pour l'accès classique aux bibliothèques et fichiers de style QSYS, l'utilisation de l'IFS est transparente.L'IFS est l'une des fonctions iSeries à  la fois la plus méconnue et la plus importante. Il simplifie l'intégration de l'iSeries à  beaucoup d'autres systèmes : PC attachés, serveurs Windows et NetWare, systèmes Linux et hôtes Unix. L'IFS confère aussi à  l'iSeries une souplesse sans égale, en étendant la plate-forme afin de permettre aux applications l'accès à  des données non structurées. Pour mieux comprendre les possibilités d'IFS et son mode d'utilisation, examinons l'architecture de son système de fichiers et les divers moyens d'accès.

IBM a doté la V3R1 de l’IFS pour que
l’iSeries permette l’accès aux fichiers
stream utilisés à  la fois par les PC et les systèmes
Unix. Le but était de faciliter le portage
des applications et l’intégration des
données provenant de ces plates-formes, à 
l’iSeries. Cette possibilité est nécessaire
parce que de nombreux types de fichiers,
comme des documents de traitement de
texte et des données stream (fichiers image
et audio, par exemple), ne s’harmonisaient
pas bien avec le système de fichiers de bibliothèques
plus structuré.
Aujourd’hui, l’IFS permet à  IBM
d’étendre facilement les fonctionnalités de
l’iSeries en ajoutant de nouveaux systèmes
de fichiers sans imposer des changements
aux existants, aux systèmes d’exploitation
sous-jacents, ou au modèle matériel. La figure
1 montre l’architecture globale de
l’IFS. On voit que l’IFS donne un nom unique à  chaque système de fichiers
pour référence dans les commandes et
les descripteurs de chemins de fichiers.
(Nous verrons un résumé de
chaque système de fichiers dans un
moment.)
Pour gérer des systèmes de fichiers
multiples, l’IFS utilise l’architecture
VFS (Virtual File System) d’IBM. VFS
est une interface orientée objet vers
l’IFS qui offre un mécanisme d’accès
commun au stockage des données
pour tous les systèmes de fichiers supportés
par IFS. Le but poursuivi par
IBM avec l’architecture VFS était de séparer
distinctement les parties haut niveau
et bas niveau du système de fichiers
IFS, dans le but d’ajouter
davantage de systèmes de fichiers logiques
sans changer les mécanismes
d’accès aux fichiers sous-jacents ou le
matériel.
Le VFS est constitué de noeuds virtuels
(virtual nodes, vnodes) dans lesquels
chaque vnode représente un objet
réel stocké dans le système de
fichiers physique. Chaque système de
fichiers logique travaille exclusivement
avec des objets vnode. Aux vnodes est
associé un ensemble d’opérations abstraites
applicable au vnode (open,
close, read, write, delete, autres actions
orientées fichiers, par exemple).
Les applications travaillent avec le
VFS indirectement. Quand une application
effectue un appel du système de
fichiers, le contrôle est transmis au système
de fichiers logique approprié.
Ainsi, quand un programme RPG effectue
une ouverture de fichier, sa requête
est traitée par le système de fichiers
logique QSYS.LIB. Ce système, à 
son tour, trouve le vnode qui représente
l’objet du système de fichiers
physique qui correspond au fichier demandé
par l’appel ouvert du système
de fichiers de l’application. L’application
RPG et le système de fichiers logique
QSYS.LIB n’ont pas d’interaction
directe avec la structure ou les données
du fichier physique sous-jacent –
tout cela est traité par le VFS.
L’architecture VFS de l’IFS sépare
le système de fichiers logique de l’emplacement
physique et du stockage
des données rangées dans le système
de fichiers. La moitié supérieure de
l’IFS, le système de fichiers logique, ne
sait rien à  propos du stockage physique
des données. Il lui suffit de savoir
comment accéder aux vnodes. De
même, la moitié inférieure de l’IFS
n’est concernée que par le stockage
des données physiques et leur accès.
Elle ne sait rien du système de fichiers
logique de niveau supérieur qui demande
l’accès aux données.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Au-delà de l’effet de « corvée », souvent soulignée par les administrateurs, la sauvegarde moderne est un nouveau concept qui a le potentiel de transformer toute direction des systèmes d’information, quelle que soit sa taille, et d’apporter des réponses fonctionnelles nouvelles pour rendre le service informatique plus efficace. Découvrez comment aborder la sauvegarde moderne

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010