> Tech > Boîte à  outils System iNEWS : intéret de iSCSI pour l’installation d’un SAN

Boîte à  outils System iNEWS : intéret de iSCSI pour l’installation d’un SAN

Tech - Par Mel Beckman - Publié le 24 juin 2010
email

Je suis chargé de choisir et d’installer un SAN (storage area network) dans mon entreprise. Je suis confronté au choix entre la connectivité fiber channel traditionnelle et le procédé iSCSI plus récent. A en croire mon entourage, le principal intérêt de iSCSI est qu’un HBA (Host Bus Adapter) spécial n’est pas nécessaire sur le System […]

Boîte à  outils System iNEWS : intéret de iSCSI  pour l’installation d’un SAN

Je suis chargé de choisir et d’installer un SAN (storage area network) dans mon entreprise. Je suis confronté au choix entre la connectivité fiber channel traditionnelle et le procédé iSCSI plus récent. A en croire mon entourage, le principal intérêt de iSCSI est qu’un HBA (Host Bus Adapter) spécial n’est pas nécessaire sur le System i. Est-ce le seul avantage ?

Plus récent ne signifie pas toujours meilleur. Mais, dans le cas présent, c’est le cas. En effet, iSCSI présente plusieurs avantages par rapport à FC (fiber channel) dans un SAN (storage area network). Vous avez raison, iSCSI n’a pas besoin d’un HBA spécial : il peut fonctionner sur n’importe quel port Ethernet System i. Mais ce n’est pas parce que vous pouvez utiliser iSCSI sur n’importe quel ancien Ethernet que vous devez le faire. Sauf si le trafic iSCSI est très lent, vous devez toujours vous relier à un SAN iSCSI par un port Ethernet dédié séparé ; et le débit de la connexion devrait être d’au moins 1000 Mbps (gigabits) ou plus. iSCSI ajoute une charge importante à la CPU, du fait de la « paquétisation » et « dépaquétisation ». Les HBA iSCSI délèguent ce travail grâce à un moteur « off-load » TCP/IP. Mais ces cartes sont onéreuses, ce qui contrebalance en partie cet avantage de iSCSI.

Heureusement, iSCSI a plusieurs tours dans son sac qui le valorisent par rapport à FC. En premier lieu, la vitesse. Bien qu’en principe il fonctionne à 1 000 Mbps par rapport aux 2 000 Mbps de FC, iSCSI est beaucoup plus apte à la vitesse que FC. Tout d’abord, en employant des trames géantes allant jusqu’à 9 000 octets chacune, iSCSI peut déplacer environ 400 % de données par paquet en plus que les trames de 2 148 octets de FC. L’efficacité des canaux est ainsi accrue, particulièrement pour des copies de gros fichiers. Cependant, un détail est encore plus important : iSCSI peut fonctionner aujourd’hui à des vitesses de 10 000 Mbps (10 GigE), soit une vitesse brute cinq fois supérieure à FC.

Le deuxième atout est l’homogénéité : iSCSI emploie exactement les mêmes organes de transport (câbles, commutateurs et routeurs) que l’Ethernet existant. C’est autant d’équipement spécialisé en moins à acheter, à apprendre et à maintenir.

Le troisième atout est la distance. La distance maximale de 500 mètres de FC amène à l’immeuble d’à côté. iSCSI peut aller jusqu’à 10 kilomètres sur fibre noire, c’est-à-dire la ville voisine. Quand on sait que les réseaux urbains (MAN, metropolitan area networks) de l’ordre du gigabit se généralisent rapidement, il est beaucoup plus facile de trouver un stockage System i. Malgré ces atouts, je n’irai pas jusqu’à prétendre que iSCSI est le SAN le plus rapide et le plus performant sur System i à ce jour. Mais la question que vous devez vous poser n’est pas celle du plus rapide, mais plutôt si iSCSI est suffisamment rapide pour l’instant, compte tenu des économies extrêmes en infrastructure SAN. Parce que iSCSI sera sans aucun doute le plus rapide quand 10 GigE deviendra bon marché.

Téléchargez gratuitement cette ressource

TOP 5 Modernisation & Sécurité des Postes Clients

TOP 5 Modernisation & Sécurité des Postes Clients

Pour aider les entreprises à allier les restrictions liées à la crise et la nécessaire modernisation de leurs outils pour gagner en réactivité, souplesse et sécurité, DIB-France lance une nouvelle offre « Cloud-In-One » combinant simplement IaaS et DaaS dans le Cloud, de façon augmentée.

Tech - Par Mel Beckman - Publié le 24 juin 2010