> Tech > Bull refroidit un supercalculateur polonais à l’eau chaude

Bull refroidit un supercalculateur polonais à l’eau chaude

Tech - Par Guillaume Rameaux - Publié le 18 mars 2014
email

L’entreprise française vient d’être sélectionnée pour fournir au Centre national polonais pour la recherche nucléaire le plus grand supercalculateur du pays.

Bull refroidit un supercalculateur polonais à l’eau chaude

L’infrastructure embarquera 896 processeurs déca-cœurs Intel Xeon E5 2680 v2 de dernière génération, 57 To de RAM et 180 To d’espace de stockage sur des unités SSD de 400 Go.

Ce dernier sera donc basé au Centre de Calcul de Swierk et sera doté d’un système de refroidissement à eau chaude. Ce dernier est composé de deux circuits. Le premier amène jusqu’au supercalculateur une eau dont la température est située entre 30° et 40°. Il sert à refroidir l’eau du second circuit, qui elle va circuler directement à l’intérieur de l’ordinateur avec une eau à un peu moins de 50°. C’est cette eau qui va abaisser la température en absorbant la chaleur des processeurs, mais également  d’autres composants comme la mémoire et les disques.

« Ces composants peuvent supporter une température jusqu’à 60° ou 70°, explique Paul Rousseau, Responsable Commercial HPC chez Bull. C’est pour cette raison que nous pouvons utiliser ces températures ». Bull affirme pouvoir réaliser 120 000 euros d’économies par an par rapport à un système plus traditionnel à eau froide.

Le système a été conçu de manière à effectuer des opérations de maintenance et des changements matériels sans risque de fuite du liquide et sans devoir interrompre le fonctionnement de la machine. D’autres supercalculateurs en France et en Europe exploitent déjà cette technologie. C’est le cas notamment de « Froggy », l’infrastructure inaugurée à l’Université Joseph Fourrier de Grenoble en mars 2013.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Les Nouveaux Enjeux du Stockage

Les Nouveaux Enjeux du Stockage

L’informatique est entrée dans l’ère du « Software Defined Everything », autrement dit, des infrastructures dont le pilotage est automatisé par logiciel. C’est particulièrement vrai dans le domaine du stockage, composante clé de toute infrastructure : l’informatique s’éloigne progressivement des approches monolithiques reposant sur des appliances matérielles propriétaires et des baies SAN au profit de démarches définies par le logiciel. Découvrez, dans ce guide thématique exclusif, comment répondre aux nouveaux enjeux du stockage.

Tech - Par Guillaume Rameaux - Publié le 18 mars 2014