> Tech > Ca roule pour MBK

Ca roule pour MBK

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Claire Rémy
MBK Industrie (Groupe Yamaha Motor) assure le passage à  l'an 2000 de ses applications AS/400 avec l'aide de la société Databorough et de son logiciel XAnalysis. MBK Industrie dispose d'applications de gestion commerciale (Andersen Consulting) et de gestion de production (Macpac) sur AS/400. Dès octobre 1995, l'entreprise commence à  se préoccuper du « problème » du changement de millénaire. « A l'époque, nous nous posions simplement la question: quel serait l'impact du passage à  l'an 2000 sur notre système informatique ? », rappelle Isabelle Aubert, Chef du Projet an 2000.
Les premières discussions déclenchent une série d'actions: étude d'impact, définition de solutions, et communication pour informer la Direction Générale des risques encourus, des diverses solutions envisageables et du coût de l'opération.

Ca roule pour MBK

L’étude d’impact, impliquant l’équipe MBK assistée de Cap Gemini, a été effectuée
durant le dernier trimestre 1996. Elle a consisté à  considérer l’existant, et
à  étudier des solutions comme la modification, l’évolution de version ou le changement
de produit. « Nous avons décidé de modifier nos programmes de GPAO et de gestion
commerciale, car une évolution du produit était inenvisageable du fait de la part
de spécifique dans notre société (environ 80%) et que le temps était compté pour
une étude et un changement d’applicatif », indique Isabelle Aubert.

Trois solutions ont été envisagées:

– sous-traitance intégrale du projet, avec un coût d’environ 3 MF et une durée
de 10 mois;
– réalisation entièrement en interne après l’achat d’un outil, ce qui coûterait
environ 2 MF avec trois personnes en interne sur une durée de 12 mois;
– sous-traitance de la partie modifications et tests en interne, ce qui représente
un coût d’environ 1,5 MF avec trois personnes en interne sur 8 mois.

C’est cette dernière solution qui est retenue pour d’évidentes raisons de coûts
et de délais. Toutes les dates devront être modifiées afin de coder l’année sur
quatre chiffres, et ce pour l’ensemble des programmes.
En revanche, la saisie de dates sur les écrans ou les sorties papier ne nécessitent
pas de modifications, afin qu’aucun changement ne soit perceptible par les utilisateurs.

Avant d’entreprendre toute modification, il faut effectuer un important travail
préliminaire de mise à  niveau des applications. C’est ainsi qu’à  partir de 1997,
MBK va « faire le ménage » dans les quelque 2000 programmes concernés, comme l’explique
Isabelle Aubert: « Durant quatre mois, deux personnes ont « fait le ménage » des
quelque 2000 programmes concernés: nous avons vérifié l’existence de tous les
sources et nous sommes assurés de l’unicité source/objet; nous avons supprimé
les sources et les objets obsolètes ; nous avons préparé une bande 8 mm des applicatifs
« propres » à  modifier. »

D’août à  fin décembre 1997, MBK a confié en sous-traitance à  la société Databorough
les applicatifs ainsi « nettoyés » pour rénovation. En parallèle, MBK recense
manuellement toutes les zones dates contenues dans les fichiers. Début octobre,
les deux sociétés confrontent les zones dates ainsi trouvées, et MBK valide les
résultats. Les modifications sont effectuées par Databorough à  l’aide de son outil
XAnalysis. Après livraison des programmes rénovés, les tests sont faits par MBK.
Le premier trimestre 1998 a été consacré aux tests de non-régression. Les tests
de vieillissement sont étalés dans le temps au cours de cette année, en commençant
par les applications les plus sensibles. « Nous avons installé la base rénovée
durant le week-end de Pâques 1998, ce qui n’a créé aucun problème », rappelle
Isabelle Aubert.
Près d’un an avant la date fatidique, MBK peut dresser un constat très positif
: « Nous avons migré une GPAO et une gestion commerciale complexes en un an ;
nettoyé notre système d’information et proprement documenté chaque programme ;
réécrit et testé environ 2000 programmes ; défini un cadre juridique de fonctionnement
avec nos prestataires extérieurs ; réussi un basculement de l’applicatif en un
week-end ; respecté un budget limité ; enfin, nous avons globalement réussi et
respecté nos engagements avec l’aide de nos collaborateurs et de nos prestataires.
»

Après cette expérience satisfaisante, MBK a décidé d’utiliser certains modules
du même produit pour effectuer les modifications relatives à  l’euro et, plus généralement,
pour la maintenance applicative. « Nous avons acheté deux modules à  Databorough
: XAnalysis pour l’étude des zones impactées par des modifications, et l’outil
de gestion des développements XControl pour faciliter les remises en production.
« XAnalysis nous permet d’être cohérents dans la mise à  jour de programmes, notamment
pour le passage à  l’euro », commente Isabelle Aubert. « Cet outil qui pilote les
traitements facilite la vie de tous les jours des informaticiens. »

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Détournement d’applications légitimes, élévation de privilèges, logiciels malveillants furtifs : comment les solutions de Endpoint Security permettent elles de faire face aux nouvelles techniques d'attaques complexes ? Découvrez, dans ce Guide Endpoint Security, les perspectives associées à leur mise en œuvre.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010