> Tech > Comprendre les licences d’accès client

Comprendre les licences d’accès client

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

La comptabilisation des licences Microsoft ressemble à  bien des égards à  la comptabilité " légale " des entreprises : si vos calculs sont faux, vous pouvez perdre beaucoup d'argent, il existe beaucoup de règles à  connaître et la procédure à  suivre est complexe. En fait, à  bien y réfléchir, la comptabilité est probablement plus facile. Windows NT 3.1 coûtait un prix forfaitaire de 1.500 $ et permettait de connecter autant d'utilisateurs que l'on voulait à  un Windows NT Advanced Server (NTAS). Cette politique était avantageuse par rapport à  celle de Novell, alors dominant, car Novell faisait payer NetWare plus cher aux grandes entreprises qu'aux petites. NTAS, au contraire, coûtait le même prix qu'il y ait 5 ou 1000 utilisateurs connectés au serveur.Microsoft a tout changé dans NT 3.5 en ajoutant la notion de licence d'accès client, également baptisée CAL.
Il fallait acheter le logiciel serveur, qui coûtait environ 700 $, et des CAL pour connecter les utilisateurs au serveur. Le tarif des CAL était de 40 $, mais Microsoft proposait des CAL à  moitié prix aux entreprises qui migraient de Novell à  NT, à  celles qui faisaient un upgrade de LAN Manager et à  d'autres encore. Les migrations de NT 3.5 à  NT 3.51 ne nécessitaient pas l'achat de nouvelles CAL. En revanche, la mise à  jour vers NT 4.0 obligeait à  mettre à  jour chaque CAL NT 3.x vers une CAL NT 4.0 pour environ 20 $ chacune.
Lorsque vous passerez de votre version actuelle à  Windows 2000 (Win2K), vous devrez probablement acheter un autre jeu de CAL ou mettre à  jour vos licences.Le détail des licences jette le trouble chez beaucoup d'utilisateurs. Si vous vous faites prendre avec un nombre de CAL insuffisant, vous risquez de vous attirer des histoires. Nous allons donc jeter un coup de projecteur sur le fonctionnement des CAL.

Comprendre les licences d’accès client


Une CAL donne la permission d’accéder aux services de partage des fichiers
et d’impression sur un serveur NT

Une CAL donne la permission d’accéder aux services de partage des fichiers
et d’impression sur un serveur NT. Au-delà  de cette définition de base, les choses
se compliquent rapidement. Par exemple, parcourir des pages Web sur une machine
NT exécutant Microsoft Internet Information Server (IIS) ne nécessite pas de CAL.
J’exécute un simple serveur SMTP/POP3 Rockliffe et l’accès à  ma boîte à  lettres
à  partir d’un serveur NT exécutant Rockliffe ne nécessite pas de CAL. Mais si
votre serveur NT exécute Microsoft Exchange Server, vous avez besoin d’une CAL
pour accéder à  votre boîte à  lettres.
En revanche, lorsque vous accédez au service  » chat  » ou aux dossiers publics
via un browser Web ou un lecteur de news, vous n’avez pas besoin d’une CAL.

Microsoft offre deux moyens d’utiliser vos CAL : choisir une licence par serveur
ou par poste. La première est l’option par défaut, mais la plupart des
entreprises choisissent la seconde.

La licence par poste oblige à  acheter une CAL pour chaque station de travail qui
accèdera à  un serveur de l’entreprise.
Cette CAL autorise toute personne utilisant une station de travail sous licence
d’accéder aux services de fichiers et d’impression sur tout serveur de l’entreprise,
quel que soit le domaine ou le groupe de travail auquel appartient le serveur.

Quel que soit le nombre de personnes utilisant une station de travail donnée,
il suffit d’acheter seulement une CAL pour la station de travail. (Bien que Microsoft
parle dans ce cas de licence par poste, pour le reste du marché ce concept
est la licence par poste de travail). Vous n’avez pas à  acheter de CAL
pour les serveurs. C’est pourquoi une entreprise possédant 20 stations de travail,
un PDC et un BDC devrait acheter 20 CAL.

Il faut une CAL pour toute station de travail accédant aux services de fichiers
et d’impression sur un serveur NT, quelle que soit la manière dont la station
de travail accède à  ces services, que ce soit NT Workstation, Windows 9x ou Windows
for Workgroups. S’il s’agit d’un Macintosh, il peut accéder aux Services pour
Macintosh et avoir besoin d’une CAL. Vous n’avez pas besoin d’une CAL pour accéder
aux machines sous NT Workstation, Win9x ou WFW si vous voulez utiliser le partage
de réseau entre homologues que supportent ces OS.

Le processus vous paraît peut-être assez simple (mais coûteux) : il suffit d’acheter
une CAL pour chaque PC et chaque Mac de l’entreprise accédant à  NT. Mais n’oubliez
pas les portables – ils ont aussi besoin d’une CAL. Sans oublier les télétravailleurs.

Supposons qu’un employé allume son PC chez lui et appelle le serveur RAS de son
entreprise, copie une feuille de calcul et un document Word sur son PC, puis se
déconnecte. Comme il vient d’accéder aux services de partage de fichiers et d’impression,
son PC à  domicile a besoin d’une CAL. Supposons qu’un autre employé veuille vérifier
ses courriers électroniques reçus au bureau, avant de partir de chez lui le matin.
Se connectant au réseau de son entreprise par le biais de son modem, il lit quelques
messages et se déconnecte. Son PC domestique doit, lui aussi, avoir une CAL dans
ce cas.

Les entreprises n’ont pas de moyen simple de faire le suivi de ce type de violations
de licences involontaires.
Les CAL ne sont que des bouts de papier. Bien que NT comprenne une aide à  la surveillance
des licences baptisée License Manager, cette dernière n’a pas pour vocation de
détecter ce type de violations. License Manager sert plutôt à  faire le suivi des
licences par serveur. Le respect de la conformité des licences par poste dépend
d’une combinaison reposant sur l’honneur et sur des employés mécontents dénonçant
les entreprises violant les licences.

Comment éviter d’avoir des problèmes avec la politique de licences ? En premier
lieu, votre entreprise peut acheter des CAL pour les machines personnelles des
employés. (Au fait il est possible de transférer des CAL. Si vous licenciez Jean
et embauchez Martine, vous pouvez cesser de comptabiliser la machine se trouvant
chez Jean comme l’une de vos CAL et compter, en revanche, celle qui se trouve
au domicile de Martine). Cette option risque de devenir très vite assez compliquée,
car les employés n’ont pas tous des PC à  domicile et que ceux qui en ont peuvent
très bien ne jamais accéder au réseau de l’entreprise. Acheter une CAL supplémentaire
pour chaque employé, c’est probablement jeter l’argent par les fenêtres.

Regardez d’un peu plus près votre choix de licences. Il se peut qu’il vous
en manque quelques unes

Deuxièmement, votre entreprise peut interdire l’accès des employés au réseau
de l’entreprise à  partir de chez eux, sauf s’ils utilisent un portable de l’entreprise.
Dans ce cas, le portable doit avoir une CAL.

Troisièmement, au lieu d’une licence par poste, vous pouvez choisir la licence
par serveur. Cette option ne sera pas utile à  beaucoup d’entreprises, sauf, éventuellement,
aux petites. Il vaudrait mieux appeler cette option, licence par connexion.
vous configurez une machine par serveur, pour qu’elle n’accepte qu’un nombre
prédéterminé de connexions simultanées. Par exemple, si vous choisissez le nombre
30, seuls les 30 premiers utilisateurs essayant de se connecter au serveur y parviennent.

Le 31ème obtient un message de refus de connexion.

Si une entreprise possédant un serveur et 100 employés n’a jamais plus de 60 utilisateurs
connectés au serveur à  tout moment, elle n’a besoin d’acheter que 60 CAL et doit
installer le serveur avec la licence par serveur, plutôt que par poste. Le serveur
ne cherche pas à  savoir qui sont les 60 utilisateurs qui l’accèdent ou si ces
machines se trouvent au domicile des employés ou au bureau.

L’inconvénient de la licence par serveur est qu’il faut acheter des CAL pour chaque
serveur. Si l’entreprise de mon exemple ajoute un second serveur et veut permettre
à  60 utilisateurs d’y accéder, il lui faut acheter 60 CAL de plus pour le second
serveur. Si elle avait choisi la licence par poste, elle n’aurait besoin que de
100 licences pour tous ses employés. Dans ce cas l’ajout d’un second ou d’un troisième
serveur par poste ne nécessite pas d’autres CAL – reste à  traiter le problème
compliqué des ordinateurs à  domicile.

La morale de l’histoire est simple : regardez d’un peu plus près votre choix de
licences. Il se peut qu’il vous en manque quelques unes.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide PME : 5 leviers pour accélérer votre développement

Guide PME : 5 leviers pour accélérer votre développement

Grandir, se développer et piloter la croissance sont des enjeux majeurs pour les PME qui doivent sécuriser le quotidien pour s’engager vers demain. Découvrez, dans ce Guide infographique, les différents leviers qui vous permettront de consolider durablement votre développement.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT