> Tech > De meilleurs outils de développement DB2 UDB

De meilleurs outils de développement DB2 UDB

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Paul Conte - Mis en ligne le 29/06/2005 - Publié en Octobre 2004

Depuis de nombreuses années, la plupart des développeurs iSeries utilisent des outils de type écran passif ou écran vert, comme SEU. Aujourd'hui, il existe de nouveaux outils : WDSc (WebSphere Development Studio client), basé sur Windows et Linux, et d'excellents outils d'édition et de débogage graphique dans RSE (Remote System Explorer). Ces mêmes développeurs disposent donc d'un environnement moderne pour la programmation classique en RPG et Cobol, ainsi que pour le développement Java ...Mais qu'en est-il des tâches de développement en base de données ? Dans cet article, je présente quelques nouveaux outils d'IBM basés sur le client, y compris ceux de WDSc et d'iSeries Navigator.

WDSc s’appuie sur la plate-forme Eclipse open-source, une
plate-forme d’outils de développement extensible de grande
classe. IBM et d’autres fournisseurs offrent
des outils tournant sur Eclipse en écrivant
des « plug-ins » : tout simplement du code
Java qui respecte les standards Eclipse en matière
d’interopérabilité. Les plug-ins Eclipse
appliquent des perspectives : des collections
d’éditeurs et de vues spécialisés. Un développeur
choisit un éditeur, par exemple, pour
coder en Java, RPG ou SQL. Ce même développeur
peut utiliser des vues pour la navigation,
la génération de code, le débogage ou
d’autres tâches.
Pour le coding DDS (et autres) en base de données classique,
WDSc fournit l’éditeur Remote System LPEX, un éditeur
graphique richement doté en codage couleur, vérification
de syntaxe, prompting, et autres moyens d’aide. En fin
de compte, les développeurs iSeries disposent d’un éditeur
tout à  fait capable de remplacer ce bon vieux SEU. LPEX offre
également l’édition en code source SQL de base (par
exemple, le codage couleur), mais pas de constructeur d’instructions
à  part entière.
Les autres outils base de données de WDSc sont ciblés
SQL : c’est logique car SQL est le langage de base de données
standard et la seule interface de développement et d’exécution
de base de données iSeries qu’IBM juge stratégique. Les
outils WDSc que je couvre s’inscrivent dans la perspective
Data, qui fait partie du produit WSSD (WebSphere Studio
Site Developer) sur lequel WDSc est fondé. (Voir « Guide rapide
des produits WebSphere Studio », qui explique les relations
entre les divers produits cités ici.)
Donc, les développeurs iSeries obtiennent une suite de
nouveaux outils base de données en même temps que de
nouveaux outils Java et HLL. Attention tout de même : la release
actuelle (5.1) de la perspective Data ne prend pas entièrement
en charge DB2 pour iSeries. Voici donc un aperçu
rapide des outils disponibles et quelques commentaires
d’utilisation.
La perspective Data inclut trois vues et cinq éditeurs, résumés
figure 1 et illustrés figure 2. La vue DB Server permet
de se connecter à  un iSeries et d’importer des définitions
d’objets base de données. Malheureusement, la vue ne reconnaît
correctement que les schémas (bibliothèques) et les
tables de base de données (fichiers physiques). Dans mon
expérimentation avec la vue DB Server, les alias base de données
étaient importés mais avaient été placés dans le dossier
Tables au lieu du dossier Aliases. Je n’ai pas pu importer des
vues de base de données, des index, des déclencheurs, des
procédures stockées, des UDF (user-defined functions) et
des UDT (user-defined types).
L’outil de génération SQL de la vue DB Server n’inclut
pas une variété d’attributs de colonne dans le code généré.
Parmi les attributs non supportés on trouve le nom du système
OS/400 (clause For) et la clause Allocate pour une colonne
VarChar. Les UDT n’ont pas non plus été reconnues
dans des définitions de colonnes. Table Editor de la vue Data
Definition souffrait des mêmes limitations.
View Builder de la vue Data Definition (figure 2) utilise la
même interface utilisateur multipanneau que le SQL
Statement Builder. (Dans le View Builder, le Statement
Builder ne montre que les clauses Select Statement.) Le View
Builder aide à  créer les instructions Select appropriées pour
définir une vue. L’outil est commode mais sachez qu’il vous
permet de composer des instructions Create View incorrectes
(en incluant une clause Order By, par exemple).
La vue Data Definition offre un wizard permettant de
créer des procédures stockées SQL. Ce wizard génèrera des
déclarations de paramètres et de variables et insèrera des
modèles d’instructions provenant de quatre gabarits qui
sont inclus. On utilisera l’éditeur Storage Procedure and
UDF (un éditeur de code source de base) pour compléter la
procédure stockée. Je n’ai pas pu créer ou éditer des UDF
pour DB2 pour iSeries, bien que les outils UDF aient fonctionné
correctement pour une base de données DB2 UDB
for Windows locale.
Le Statement Builder complet permet de construire des
instructions Insert, Delete et Update, ainsi que des instructions
Select. Après avoir créé une instruction, on peut l’exécuter
via une connexion iSeries, ou bien couper et coller le
code source dans l’éditeur Storage Procedure (ou l’éditeur
LPEX).
Après avoir créé une table, une vue ou une définition de
procédure stockée, on peut générer l’instruction SQL Create
appropriée et l’exécuter sur un iSeries connecté. Cela demande
quelques clics, mais on s’y habitue rapidement.
En résumé, les outils base de données WDSc actuels
s’avèreront utiles pour créer des vues, des procédures stockées,
et des instructions Select, Insert,
Delete et Update. Le Statement Builder,
en particulier, peut être utile pour coder
du SQL imbriqué dans des programmes
RPG et Cobol quand on édite le source
HLL avec l’éditeur LPEX.

Téléchargez gratuitement cette ressource

TOP 5 Modernisation & Sécurité des Postes Clients

TOP 5 Modernisation & Sécurité des Postes Clients

Pour aider les entreprises à allier les restrictions liées à la crise et la nécessaire modernisation de leurs outils pour gagner en réactivité, souplesse et sécurité, DIB-France lance une nouvelle offre « Cloud-In-One » combinant simplement IaaS et DaaS dans le Cloud, de façon augmentée.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010