> Tech > Demain l’Euro

Demain l’Euro

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Benoît Herr
Plus que 500 et quelques jours avant cette nouvelle échéance fatidique qu'est le 1er janvier 2002 pour l'Euro. Nombreux sont ceux qui n'ont encore rien fait.

Et vous, où en êtes-vous ? La pénétration de l'Euro dans les entreprises françaises et européennes reste très faible (seuls quelques pour cents de l'ensemble des transactions se font aujourd'hui dans la monnaie unique).

Pourtant, les monnaies nationales des pays "in" ne sont officiellement plus que des subdivisions de la monnaie unique et, à  bien y regarder, il ne reste plus beaucoup d'occasions pour basculer. Si l'échéance du 31 décembre 2001, où l'on attend un "grand embouteillage" est à  éviter à  tout prix, la bonne date de basculement, pour les entreprises clôturant au 31 décembre, reste le 31 décembre 2000.

Bien sûr, selon la loi, on peut basculer à  n'importe quel moment de l'exercice, et les entreprises ne sont en aucun cas obligées de se caler sur une fin d'exercice.

Mais cela oblige à  gérer des transactions en francs sur une certaine période, puis en Euros sur le reliquat du même exercice.

C'est ce qu'on appelle la rétropolation. Selon Annie-Claire Poisson, Expert Comptable, Commissaire aux comptes et membre du comité Euro du CSOEC (Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables), "Il s'agit là  d'une possibilité extrêmement difficile à  mettre en pratique. Les logiciels sachant gérer une telle rétropolation sont en effet très peu nombreux sur le marché. Et quand bien même l'entreprise en serait équipée, le logiciel en question n'est en général pas installé isolément, et il y a de fortes chances pour que les logiciels avec lesquels il dialogue ne soient eux pas à  même de rétropoler. Le basculement à  l'Euro implique le changement du système de référence de toute l'entreprise."

Pour les entreprises clôturant à  une date différente du 31 décembre, la meilleure date de bascule est, comme cela a été le cas pour la société Calvet (cf. encadré "Le cas Calvet") la fin de l'avant-dernier exercice avant l'échéance. Au pire, il y a alors encore une "session de rattrapage", et on pourra toujours encore se caler sur la fin d'exercice suivante. Hélas, à  l'heure où vous lisez ces lignes, il est déjà  trop tard pour s'y prendre ainsi pour bon nombre d'entreprises.

Les monnaies nationales des pays "in" ne sont officiellement plus que des subdivisions de la monnaie unique

Le cas Calvet

Fondée en 1818, la maison Calvet fait véritablement partie du "paysage" bordelais. Elle produit trente millions de "cols" (comprenez "bouteilles") par an, pour un chiffre d'affaires de 400 MF en 1999 et un effectif de 113 personnes. 70% de cette production part à  l'exportation, dans quelque 110 pays du monde entier. Trois lignes d'embouteillage, alimentées par une cuverie de 80000 hl, conditionnent les produits livrés en 48h sur la France, et en 2 à  3 semaines au maximum partout ailleurs dans le monde.

Dès 1997 une réflexion sur ses systèmes d'information avait été initiée chez Calvet, et c'est finalement le progiciel Minos, édité par la société lyonnaise Ordirope, qui a été retenu et implémenté, pour assurer la gestion commerciale et de production de Calvet, en remplacement de développements spécifiques. Le démarrage en production est intervenu courant 1999. Parallèlement à  Minos, les progiciels Iris Finance et Iris Personnel de Viveo Entreprise (qui s'appelait alors encore Idsys) prennent en charge la gestion comptable et des ressources humaines de Calvet.
Dans la foulée de cette installation, et presque deux ans avant la date butoir du 1er janvier 2000, Calvet a trouvé suffisamment de motivation et de ressources pour basculer ses systèmes en Euro.

Comment cela se fait-il ? Tout a en fait démarré dès 1998, lorsqu'un rapport interne a mis en lumière les impacts colossaux d'un projet Euro sur l'ensemble des fonctions de l'entrepri

Demain l’Euro

On le voit, il est urgent d’agir.

Le Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie Laurent Fabius a présidé
le 4 mai dernier le Comité National de l’Euro. A cette occasion, il a insisté
sur le fait que la période qui nous séparait du 1er janvier 2002 devait être mise
à  profit pour préparer efficacement le basculement complet à  l’Euro.

Il a pour cela défini trois étapes, le 1er juillet 2000 (c’est déjà  du passé…),
le 1er janvier 2001, et le 1er juillet 2001.

· Depuis le 1er juillet 2000, tous les nouveaux marchés publics dont l’échéance
court au-delà  du 1er janvier 2002 (c’est-à -dire l’écrasante majorité) passés avec
des entreprises du secteur privé seront conclus en euros. Quelles sont celles
qui savent aujourd’hui le faire ?

· A partir de début 2001, une série de grandes entreprises publiques et privées
ont décidé de passer à  l’Euro. Le Ministre a encouragé les autres à  faire de même,
ce qui devrait avoir un effet d’entraînement vis-à -vis de leurs partenaires. Cette
assertion semble ne pas vous concerner ? Carrefour, Michelin ou d’autres entreprises
du même type font-ils partie de vos clients ? Vous êtes alors peut-être bien plus
concerné que vous ne le pensiez.

· Au 1er juillet 2001, les consommateurs seront prêts pour l’Euro! La profession
bancaire a proposé de basculer les comptes bancaires des particuliers et des entreprises
à  l’Euro dès cette date.

Cette demande s’explique par l’impossibilité matérielle prévisible qu’auront les
organismes bancaires de réaliser un basculement global fin 2001.

En effet, lorsqu’on sait que le basculement interbancaire à  l’Euro de fin 1998-début
1999 avait nécessité quatre jours de traitement, on imagine qu’un traitement plus
important encore nécessiterait encore plus de temps, ce que personne ne peut se
permettre. Le Comité national de l’Euro a accueilli très favorablement cette proposition.

Au cours de la même séance, Laurent Fabius a également attiré l’attention des
entreprises, et tout particulièrement des PME, sur la nécessité de prendre dès
maintenant contact avec les prestataires de services (experts-comptables, banques,
conseils en organisation et informatique…) en vue de préparer minutieusement leur
passage à  l’Euro. La date qui lui semble raisonnable pour achever les différentes
étapes d’une préparation à  l’Euro devrait être non pas la fin 2001 mais le début
2001.

Une campagne de communication destinée à  sensibiliser les chefs d’entreprises
à  leur préparation au passage à  l’Euro a également été lancée récemment.

Si toutes ces mesures et propositions n’ont évidemment pas force de loi, et que
le principe du « ni-ni » (ni obligation – ni interdiction : principe fondamental
de la période transitoire, au cours de laquelle il n’y a ni obligation ni interdiction
d’utiliser l’Euro) n’est pas remis en cause, il s’agit là  tout de même de quelques
sérieux coups de canif dans ce principe.

Téléchargez cette ressource

Guide de réponse aux incidents de cybersécurité

Guide de réponse aux incidents de cybersécurité

Le National Institute of Standards and Technology (NIST) propose un guide complet pour mettre en place un plan de réponse aux incidents de cybersécurité, nous en avons extrait et détaillé les points essentiels dans ce guide. Découvrez les 6 étapes clés d'un plan de réponse efficace aux incidents de cybersécurité.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010