> Tech > Des Clusters pour Windows NT

Des Clusters pour Windows NT

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Pour les applications stratégiques de l'entreprise, les clusters sont le test décisif pour mettre à  l'épreuve un OS. Bien que les clusters Windows NT ne soient pas encore très répandus, plusieurs éditeurs ont commencé à  présenter des solutions, qui viennent modifier significativement le paysage du clustering sous NT. Selon les prévisions d'IDC (International Data Corporation), les entreprises mettront en cluster 60 pour cent des serveurs NT existants en 2001. Microsoft Cluster Server (MSCS) a fait son apparition dans NT Server 4.0, Enterprise Edition au début de 1998. C'était le projet Wolfpack, un cluster de type shared-nothing à  2 noeuds assurant une bascule en cas de panne d'un serveur.
Pour l'instant, les constructeurs comme Compaq garantissent 99,9 pour cent de temps de bon fonctionnement (c'est-à -dire seulement 8,76 heures d'indisponibilité) par an pour MSCS. De par les 5 minutes nécessaires pour une réinitialisation, MSCS peut prétendre à  la haute disponibilité, mais on ne peut pas parler de criticité. Je n'ai jamais admis l'argument de Microsoft selon lequel la majeure partie de la clientèle de Microsoft peut se contenter de 8,76 heures de temps d'indisponibilité par an.
Etant donné la lenteur laborieuse des progrès du clustering, MSCS sortira en version 2 noeuds dans Windows 2000 Advanced Server (AS). Mais la technologie de base du clustering Microsoft est sur le point de faire un pas en avant significatif. D'ici février 2000 Microsoft sortira une version de cluster à  4 noeuds basée sur MSCS dans Windows 2000 Datacenter Server (Data Center).
Dans un cluster à  4 noeuds, les membres utilisent successivement la ressource partagée qui définit le cluster (normalement un périphérique de stockage) et le cluster n'a pas besoin d'une réinitialisation du système pour ré attribuer les ressources lorsqu'un système membre tombe en panne. Les composants du cluster peuvent distribuer la charge de travail d'un membre défaillant du cluster avec un équilibrage des charges basé sur la redirection TCP/IP. Le cluster à  4 noeuds de Microsoft a donc plus de capacités de clustering que le cluster à  2 noeuds.
La technologie de base du clustering Microsoft est sur le point de faire un pas en avant significatif
Le clustering amélioré est une fonction majeure de Data Center. Avec l'extension du support SMP à  32 processeurs, Data Center assurera une évolutivité et une tolérance aux pannes que les grandes entreprises ne manqueront pas de considérer. Data Center bénéficiera également de Process Control, nouvel outil de gestion basé sur la technologie Job Object, développé par Microsoft conjointement avec Sequent Computer Systems. Process Control permet de créer des règles pour gérer les ressources applicatives dans les grands clusters de serveurs.
D'après les responsables du Clustering chez Microsoft, il existe trois architectures de serveurs sur le marché : les clusters de serveurs, les clusters d'équilibrage des charges du réseau et les clusters d'applications. Les clusters de serveurs fournissent le failover lorsqu'un serveur cesse de reconnaître la pulsation du cluster. MSCS appartient à  ce type de cluster. Les clusters d'équilibrage des charges de réseau ont un serveur maître qui distribue les requêtes aux serveurs membres pour créer l'équilibre. Network Load Balancing (NLB) de Microsoft effectue ce type de clustering sur 32 serveurs. Microsoft a basé NLB sur Convoy Cluster de Valence Research qu'il a racheté.
Les clusters d'applications, également baptisés clusters d'équilibrage de charges des composants, sont équipés d'un routeur équilibrant les charges des composants COM+. Les clusters d'applications permettent la haute disponibilité au niveau de la logique de gestion d'une solution de réseau distribuée.
A l'origine, Microsoft avait l'intention de faire des clusters d'applications un élément de Data Center.
Cependant, le 13 septembre dernier, l'éditeur a annoncé qu'il sortira le clustering des applications comme produit individuel baptisé AppServer
Microsoft a testé un cluster d'applications à  8 noeuds et sortira probablement un cluster à  16 noeuds très prochainement.
Il existe trois architectures de clusters : disque partagé, disque en miroir et shared nothing. Les clusters VAX et Oracle Parallel Server utilisent

Des Clusters pour Windows NT

Le projet Cornhusker d’IBM représente une avancée majeure dans le clustering sous
NT. En voyant un cluster Cornhusker à  8 noeuds lors de PC Expo au mois de juin
dernier, je me suis dit qu’IBM tenait là  de quoi faire vraiment la différence
pour sa gamme de serveurs Netfinity. Pour présenter Cornhusker IBM s’est chargé
des discours d’ouverture de la Windows Hardware and Engineering Conference (WinHEC)
et de la conférence TechEd dans le monde entier.
Cornhusker tourne seulement sur les serveurs Netfinity grâce à  des logiciels propriétaires
écrits par IBM pour étendre l’implémentation de MSCS sur NT Server 4.0. Les applications
doivent reconnaître le cluster ou être spécifiquement écrites pour utiliser MSCS.
DB2 reconnaît le cluster parce qu’IBM a écrit son logiciel de clustering pour
valider cette fonction pour DB2. Cornhusker a exécuté DB2 Universal Database d’IBM
comme une seule image d’application.

Cornhusker, cluster de serveurs à  équilibrage des charges, utilise les Netfinity
Availability Extensions for Microsoft Cluster Services. L’architecture d’IBM comporte
une couche d’administration qui effectue l’équilibrage des charges au moyen de
la technologie Phoenix d’IBM. IBM baptise ce compromis la X-architecture. Dans
Cornhusker, le cluster est un cluster n+1, le serveur supplémentaire servant de
serveur de secours.
Lorsqu’un noeud tombe en panne, le serveur de secours monte en ligne pour fournir
le failover à  un autre noeud. (On peut également distribuer la charge de travail
entre les noeuds).

De plus, le serveur de secours peut être actif à  tout moment. Cornhusker offre
une souplesse considérable dans la gestion et la configuration ; il permet de
mélanger divers types de serveurs Netfinity sans tenir compte de la puissance
et de la vitesse. IBM a conçu l’architecture de Cornhusker pour faciliter la mise
à  niveau aux versions à  4 (ou plus) noeuds de MSCS. Dans le projet Longhorn d’IBM
Oracle8i tourne sur Cornhusker.

Les progrès d’IBM ayant permis les clusters NT de grande taille, comme Cornhusker,
sont dus au remplacement du bus SCSI partagé à  2 noeuds, qui contenait le disque
partagé et la pulsation, par un commutateur fibre channel et des connexions par
fibres qui augmentent la connectivité et rallongent les distances de transmission.
IBM a fait appel aux membres de l’équipe RS/6000 pour travailler à  la conception
de Cornhusker.
Les concepteurs ont pris le commutateur SP fibre Netfinity du RS/6000 pour l’utiliser
dans NT. Ce commutateur (nom de code Redhawk) offre des transmissions à  2,4 Gigaoctets/s
par port sur 14 ports. IBM commercialisera le commutateur séparément.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Aborder la Blockchain, comprendre et démarrer

Une véritable révolution se prépare progressivement... les entreprises doivent veiller à ne pas rester à l’écart et se faire prendre de vitesse. Tout comme la mobilité ou encore le cloud, la blockchain est une composante essentielle de la transformation numérique. Découvrez, dans ce dossier, comment aborder, comprendre et démarrer la Blockchain

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010