> Tech > ENTERPRISE EXTENDER : l’avenir de SNA sur L’I5/OS

ENTERPRISE EXTENDER : l’avenir de SNA sur L’I5/OS

Tech - Par John McGinn et Hector Fierros - Publié le 24 juin 2010
email

Des forces convergentes dans l’industrie informatique poussent les entreprises à faire passer tout leur trafic applicatif sur une infrastructure IP.

La nouvelle fonction Enterprise Extender, disponible dans l’i5/OS V5R4, fournit un standard permettant aux applications SNA de communiquer sur un réseau IP. La déclaration de planning de l’i5/OS V5R3 émise en avril 2005 évoque l’éventuel retrait des divers adaptateurs et protocoles de liaison de données capables de transporter le trafic SNA en mode natif. Cependant, l’Enterprise Extender protègera l’investissement que les entreprises ont consacré à leurs applications SNA au fil des ans.Dans cet article, nous décrivons l’architecture Enterprise Extender, analysons comment elle a été mise en oeuvre sur l’i5/OS, et expliquons divers aspects de sa configuration et de son utilisation sur le système i5. Nous présentons aussi divers scénarios auxquels les entreprises seront confrontées lors du passage de leur environnement SNA actuel à un qui utilise Enterprise Extender.

ENTERPRISE EXTENDER : l’avenir de SNA sur L’I5/OS

Enterprise Extender encapsule le trafic SNA dans des trames IP. A première vue, cette description ressemble un peu à AnyNet. Ce n’est qu’une impression car de nombreuses fonctions distinguent Enterprise Extender de AnyNet. Entre autres

• la possibilité d’établir des sessions de points de contrôle entre des noeuds sur un réseau IP
• la configuration APPN au niveau du noeud ; AnyNet exige une configuration APPN au niveau de l’unité logique
• l’utilisation de UDP (User Datagram Protocol) ; AnyNet utilise TCP (Transmission Control Program)

Enterprise Extender permet d’utiliser des réseaux TCP/IP via le protocole HPR (High-Performance Routing) qui assure la commutation de chemin et le contrôle de flux réactif, tout en assurant la fiabilité des données sur un support non fiable. Cela, combiné à l’utilisation par Enterprise Extender de UDP (User Datagram Protocol), fournit un canal fiable pour acheminer le trafic SNA sur un réseau IP.

Enterprise Extender envoie le trafic HPR en utilisant plusieurs ports UDP :
• Port 12000 pour le protocole LDLC (Logical Data Link Control)
• Port 12001 pour le trafic de priorité réseau
• Port 12002 pour le trafic de haute priorité
• Port 12003 pour le trafic de priorité moyenne
• Port 12004 pour le trafic de faible priorité

Enterprise Extender permet d’établir des sessions CP-CP (control-pointto- control-point) entre des noeuds sur un réseau IP. Le protocole LDLC permet l’échange d’informations XID (Exchange Identifier), de sorte que les relations au niveau du noeud (y compris les exigences de session CP-CP) soient négociables entre les systèmes. Cette fonction clé permet deux choses : la découverte dynamique des emplacements et le calcul dynamique des routes.

Les flux de contrôle sur HPR sont l’un des préalables nécessaires à Enterprise Extender. Pour l’essentiel, cela signifie que les sessions CP, le trafic qui leur est inhérent (mises à jour de la topologie, recherche de répertoires, par exemple) et les requêtes de mise en place de routes, utilisés par HPR, tout passera par des connexions RTP.

La figure 1 montre la structure de noeuds SNA d’un système i5 sans Enterprise Extender. On voit les diverses LU dépendantes communiquant au travers du support DLU. Le trafic LU dépendant peut aussi communiquer directement par l’intermédiaire du support APPN/SNA si le système i5 est directement attaché à un système hôte. Le diagramme montre que le trafic qui traverse APPN/SNA peut s’écouler soit directement au travers de la couche de contrôle de la liaison de données, soit au travers de la fonction HPR (représentée par les couches RTP (Rapid Transport Protocol) et ANR (Automatic Network Routing).

La figure 2 montre la structure de noeuds d’un système i5 avec Enterprise Extender. Le diagramme ne montre que la vue à partir de la couche APPN/SNA et au-dessous – du point de vue d’une application, il n’y a pas de différence notable entre le fonctionnement dans des environnements Enterprise Extender et dans des environnements non Enterprise Extender. Enterprise Extender ressemble à la structure de noeuds standard d’un noeud de type APPN/HPR jusqu’à la couche DLC (data link control). La couche DLC pour Enterprise Extender (LDLC) assure l’interface avec la couche sockets du système, fournissant ainsi l’accès à la couche de transport UDP de la pile IP.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par John McGinn et Hector Fierros - Publié le 24 juin 2010