> Tech > L’évolution de la sauvegarde, de la bande vers le disque

L’évolution de la sauvegarde, de la bande vers le disque

Tech - Par Greg Shields - Publié le 20 juillet 2012
email

Je n’oublierai jamais le jour le plus long de ma carrière. Le soleil s’est levé, s’est couché, s’est levé de nouveau, s’est couché, puis s’est levé une troisième fois avant que je puisse aller me coucher. La raison : un crash majeur de serveur, ou plus spécifiquement, une restauration de toutes les données sur le serveur en question une fois le problème initial résolu.

L’évolution de la sauvegarde, de la bande vers le disque

Ce matin-là, un de nos ingénieurs a modifié par erreur une configuration sur notre SAN de production plein de documents Microsoft Office. La modification a corrompu immédiatement un téraoctet de données d’entreprise et a déclenché une série d’événements qui ont abouti à une restauration de 72 heures. Une entreprise de plusieurs milliers de salariés est restée les bras croisés pendant que nous surveillions des milliers de bandes en train d’effectuer leur travail.

Des disques dignes de confiance
Heureusement, ce jour ne se reproduira plus jamais. Cette restauration aurait pu être nettement moins longue si nous avions remplacé notre architecture de sauvegarde à base de bandes par une architecture utilisant des disques.

Pour une partie de la communauté informatique, les sauvegardes sur disque représentent une véritable révolution dans la majorité de nos carrières. La différence est évidente. La lecture à partir de et l’écriture vers des disques constituent une opération aléatoire, nettement plus performante que la lecture linéaire/l’écriture linéaire des bandes. Aujourd’hui, quasiment toutes les études comparatives montrent que les disques sont plus rapides que les bandes. Par ailleurs, la capacité des disques atteint voire dépasse celle de la majorité des bandes. Les solutions de disque haute densité moins gourmandes en alimentation sont désormais plus compactes.

Les actuelles solutions de sauvegarde sur disque sont aussi plus efficaces que leurs prédécesseurs sur bandes. En employant des pilotes de filtre de système de fichiers, notamment le service de moteur de sauvegarde en mode bloc (Block Level Backup Engine Service) natif, l’unité de la sauvegarde n’est plus le fichier individuel, mais le bloc de disque individuel. Vous ne sauvegardez plus des fichiers uniquement en raison d’un changement d’horodatage, une métrique facilement parodiée par des applications errantes. Le remplacement de cette approche qui n’a rien d’optimisée consiste à sauvegarder, compresser et dédupliquer les blocs de disque, uniquement lorsque chaque bloc a constaté une modification.

Déplacement des priorités vers les « restaurations »

Mais il est un point qui est nettement plus important que tout ce que nous venons d’évoquer. Notre secteur doit changer de priorité en matière de protection des données et abandonner l’approche historique centrée sur les « sauvegardes ». Celle-ci n’aurait d’ailleurs jamais dû voir le jour. Certes, les sauvegardes sont importantes et il faut déplacer les données ailleurs. Mais les sauvegardes ne vous sont d’aucune utilité si une simple modification de configuration met une entreprise à l’arrêt pendant trois jours. Si les bandes mettent l’accent sur les «  sauvegardes », les disques doivent impérativement se focaliser sur les « restaurations ».

Le temps est désormais venu d’examiner avec un œil critique toute votre approche des sauvegardes. Si vous perdez un serveur critique dont la défaillance aura des conséquences catastrophiques, est-il possible de le restaurer en quelques minutes, ou faudra-t-il plutôt des heures, voire des jours pour y parvenir ? Si ce même serveur est la cible de malwares, faut-il ramener son horloge à la « veille à 3 h 00 du matin » ou à toute période de 15 minutes au cours des six derniers mois ? Si vous devez restaurer un document, l’administrateur va-t-il y consacrer une heure de son temps ou quelques minutes ? Tous ces cas d’utilisation sont désormais résolus par la multitude d’éditeurs de sauvegardes sur disque vendant des produits Windows.

Lorsque vous recherchez une nouvelle solution, il faut également savoir que vous n’avez pas forcément besoin de mettre au rebut votre infrastructure de bandes existante. Les solutions de sauvegarde sur disque ne sont pas destinées au stockage d’archives. Elles résolvent le problème de l’élimination de la fenêtre des sauvegardes et restaurations rapides. En revanche, une bonne solution de sauvegarde sur disque vous permettra de « sauvegarder la sauvegarde » sur bande, afin d’assurer la rotation hors site et l’archivage indispensable pour la conformité réglementaire de votre entreprise.

Quelques disques bon marché et un nouvel ensemble d’agents de sauvegarde suffisent pour convertir une restauration de 72 heures en une opération n’excédant pas 72 minutes. Croyez-moi, le fait de voir le soleil se lever à plusieurs reprises avant d’aller se coucher constitue une situation que vous n’aurez pas envie de revivre de si tôt.

 

Illustration : IBM System Storage DS 3512 Express

Téléchargez gratuitement cette ressource

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

Actualités, Chroniques et Dossiers exclusifs pour les Décideurs et Professionnels IT. Vos ressources essentiels pour comprendre les enjeux, évaluer les perspectives et conduire la transformation numérique de l'entreprise. Découvrez en exclusivité une édition complète de la nouvelle revue SMART DSI.

Tech - Par Greg Shields - Publié le 20 juillet 2012