> Tech > Focus : le grand jeu

Focus : le grand jeu

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Benoît Herr
Focus 2000 : une conférence des utilisateurs de JDEdwards placée sous le signe du foisonnement à  l'excès Comme nous vous l'annoncions déjà  dans notre éditorial de l'été, la conférence des utilisateurs de logiciels JDEdwards qui s'est tenue à  Denver (Colorado) du 19 au 22 juin dernier a été un franc succès. Il faut dire que l'association Quest, organisatrice de l'événement et largement épaulée par l'éditeur, avait déployé le grand jeu : introduction de la conférence appuyée par le Colorado Symphony Orchestra aux accents de ce cher Ludwig Van Beethoven (traîtreusement et à  maintes reprises interrompu d'ailleurs : une hérésie totale pour le mélomane que je suis.
Eh oui, c'est aussi cela, les Etats Unis !), intervention de Bill Gates en personne, plusieurs motos Harley Davidson et voitures Volvo à  gagner, et, en point d'orgue un gigantesque concert de la chanteuse de rock tendance Rythm'n Blues Bonnie Raitt. Si cette dernière n'est que peu connue en Europe, même si l'on commence à  voir apparaître certains de ses enregistrements dans les bacs, il en va tout autrement de l'autre côté de l'Atlantique, et plus particulièrement à  l'ouest des montagnes rocheuses, où elle bénéficie d'un renom important.

Au total, ce sont près de 8000 personnes qui avaient fait le déplacement de Denver, un chiffre jamais atteint auparavant.

L'assistance de cette conférence se composait quant à  elle de clients, de prospects (700 selon JDE), de partenaires, mais aussi d'investisseurs effectifs ou potentiels, d'analystes et de représentants des media. Au total, ce sont près de 8000 personnes qui avaient fait le déplacement de Denver, un chiffre jamais atteint auparavant. Les organisateurs de la manifestation sont contractuellement liés au centre de conférences de Denver pour encore deux ans, mais si le nombre des participants continue d'augmenter à  ce rythme, ils se verront contraints de quitter la ville natale de l'éditeur pour gagner l'une des rares villes des USA capables d'absorber des manifestations de grande envergure, comme CA World à  la Nouvelle Orléans, par exemple.
Outre les locaux de l'étape, il y avait là  des européens bien sûr, mais aussi des coréens, japonais, singapouriens, australiens, néo-zélandais, et des citoyens de plusieurs dizaines d'autres nations. L'exposition, indissociable de ce genre d'événement, comptait plus de 200 exposants, soit à  peu près le même nombre que les sessions de formation, qui se subdivisaient en douze filières.

Focus : le grand jeu

Présidée par Robert A. Rosati, Quest est l’association des utilisateurs de JDEdwards.
Indépendante et internationale, son ambition est de servir de moyen de communication
entre la communauté des utilisateurs, l’éditeur et ses partenaires. A l’instar
d’autres groupes d’utilisateurs, comme COMMON par exemple (avec qui Quest n’a
que des rapports extrêmement éloignés et sporadiques, affirme Robert Rosati) l’association
représente un forum d’échange d’idées et de solutions, un creuset pour le développement
professionnel, et un levier permettant d’influencer la direction prise par le
développement du produit.

Si le moins que l’on puisse dire est que les français n’étaient pas représentés
en nombre à  Focus 2000, on en dénombrait malgré tout quelques uns. Il en allait
de même pour bon nombre d’autres pays européens. D’origine américaine, Quest se
développe néanmoins de plus en plus à  l’international, surtout dans les pays anglo-saxons
: Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle Zélande, y compris dans des pays où
il existe déjà  des groupes d’utilisateurs, à  la recherche de synergies.

Focus 2000 a également été pour Quest l’occasion de lancer son nouveau magazine
utilisateurs. Baptisé Q&A, il remplace Quest Network et le « Technical Journal »,
est publié trimestriellement, et ambitionne de mieux répondre aux besoins des
membres de l’association en leur fournissant plus d’informations techniques.

Uh! What’s up, Mister Bill ?

La vedette de la manifestation était sans conteste le Chairman & Chief Software
Architect de Microsoft Corporation : Bill Gates en personne.

Pas de révélation fracassante du côté de la présentation du co-fondateur
de Microsoft : bien qu’amusante et teintée d’autodérision, son intervention
était à  peu de choses près la même que celle qu’il avait faite au Comdex
Fall de Las Vegas, de nombreux mois auparavant. En outre, si de l’heure
qui lui était impartie on soustrait les périodes de projection de vidéos
(Bill Gates déguisé en Austin Powers par exemple. Intéressant!) et celles
où il a fait intervenir d’autres personnes (pour nous montrer comment faire
passer un message d’une machine A vers une machine B située à  10 cm de la
première, ce qui a tout de même nécessité entre 5 et 10 minutes!), il ne
restait à  Mister Bill plus qu’une vingtaine de minutes, au cours desquelles
il n’a rien annoncé de fondamental. C’est à  peine s’il a explicité un tant
soit peu l’initiative Biztalk (qui représente l’ensemble des investissements
réalisés par Microsoft pour faciliter l’intégration des processus de gestion
au sein et entre les organisations, par l’intermédiaire des protocoles et
formats standard de l’Internet – traduisez : standards Microsoft!).

Quant à  la séance de questions/réponses initialement prévue, elle a purement
et simplement été supprimée de l’agenda. Exit donc la vedette de Redmond,
sous les ovations un peu forcées de la foule!

Mais sa simple présence à  Focus était à  elle seule déjà  tout un symbole
: celui de la collaboration entre les deux entreprises pour proposer des
solutions de gestion « Idea to Action ». Même si l’on s’attendait plus à  voir
Bill Gates jouer la vedette du show Focus que Larry Elison par exemple,
à  travers ce programme, la direction stratégique prise par JDE avec OneWorld
est clairement affichée. Pourtant, ils étaient nombreux dans l’assistance,
les utilisateurs de WorldSoftware (la version « green screen » du produit
de JDE). Et pour tous ceux là  la pilule était peut-être un peu dure à  avaler
: en effet, même si l’éditeur s’est engagé à  supporter WorldSoftware jusqu’au
28 février 2005, avec une possibilité d’extension de cette durée, dont le
principe sera rediscuté en 2003, que peut-il donc leur apporter comme vision
stratégique fondamentale, à  tous ces gens-là , le maître de Redmond?
Quant à  JDE, souhaitons pour l’éditeur qu’il ne suive pas l’exemple malheureux
de bon nombre de ses confrères de par le passé, et lâche trop vite la proie
pour l’ombre.

Téléchargez cette ressource

Guide de cybersécurité en milieu sensible

Guide de cybersécurité en milieu sensible

Sur fond de vulnérabilités en tout genre, les établissements hospitaliers, pharmacies, laboratoires et autres structures de soin font face à des vagues incessantes de cyberattaques. L’objectif de ce livre blanc est de permettre aux responsables informatiques ainsi qu’à l’écosystème des sous-traitants et prestataires du secteur médical de se plonger dans un état de l’art de la cybersécurité des établissements de santé. Et de faire face à la menace.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010