> Tech > France Très Haut Débit : 940 millions d’euros de subventions accordées

France Très Haut Débit : 940 millions d’euros de subventions accordées

Tech - Par Guillaume Rameaux - Publié le 10 février 2014
email

Le plan visant à équiper le territoire français en très haut débit progresse.

France Très Haut Débit : 940 millions d’euros de subventions accordées

Il y a presque un an, le 20 février dernier, François Hollande dévoilait un programme d’investissement de 20 milliards d’euros pour couvrir l’intégralité du pays d’ici 2022.

Le processus est aujourd’hui bien engagé puisque 46 dossiers impliquant 56 départements ont déjà été déposés devant le Fond National pour la société numérique, en charge du projet. Au total, le montant des subventions accordées atteint aujourd’hui 940,8 millions d’euros. L’agenda fixé par le gouvernement prévoit que 50 % du territoire devrait être couvert d’ici trois ans.

Le Plan France Très Haut Débit est divisé deux zones, l’une d’initiative publique (43 % de la population), pour laquelle l’État et les collectivités territoriales apporteront entre 13 et 14 milliards d’euros, et l’autre d’initiative privée (57 % de la population) qui implique un investissement de 6 à 7 milliards d’euros pour les opérateurs. Pour remplir leur objectif, ces derniers n’auront d’autres choix que l’utilisation de la fibre optique.

Les collectivités publiques auront quant à elles davantage de souplesse, notamment pour atteindre les zones les plus isolées. Celles-ci pourront voir leur débit améliorer via des technologies VDSL2,  Wimax, satellite ou même 4G.

La couverture globale devra néanmoins atteindre un minimum de 80 % en FttH (Fiber to the Home – Réseau de fibre optique déployé jusqu’à l’abonné) sur l’ensemble du pays.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Surveillance du SI : Cas client du CROUS Paris

Surveillance du SI : Cas client du CROUS Paris

Avec une vision complète des ressources réseau, le logiciel phare de Progress, WhatsUp Gold, permet au CROUS Paris d’optimiser ses ressources humaines, dans la mesure où le temps normalement alloué à la surveillance réseau est désormais consacré à d’autres projets.

Tech - Par Guillaume Rameaux - Publié le 10 février 2014